Maître Saito explique sur cette vidéo combien il est important de ne pas confondre le mode kotai (statique, carré) et le mode kino nagare (dynamique).

Les deux ne sont pas du tout exécutés de la même manière : le mode ki no nagare n’est absolument pas un mode kotai dont la vitesse d’exécution aurait été augmentée. Les points techniques fondamentaux que nous avons relevés dans "Yokomen uchi irimi nage kotai" sont conservés bien sûr, mais dans le mode ki no nagare tori n’"arrête" plus la frappe d’uke (cette notion n’existe pas en Aikido), il la détourne et la guide avec la lame de son bras, et l’utilise pour le contrôle, le déséquilibre, et la projection d’uke. Il faut une bonne compréhension et une bonne pratique des détails appris dans le mode kotai, si l’on veut les mettre en œuvre avec justesse dans le mode ki no nagare, qui se présente sous un jour différent.

L’irimi nage démontré par maître Saito au début de cette vidéo est effectué directement sur l’extérieur d’uke.

La deuxième forme démontrée exige au contraire que tori entre préalablement sur l’intérieur d’uke (atemi au visage). Il reprend ensuite la projection sur l’extérieur, après avoir contrôlé le bras d’uke en coupant vers le bas, puis en saisissant son poignet.

Il faut bien comprendre que ces différentes manières de faire sont encore et toujours des formes d’étude, elles appartiennent à ce titre au domaine de la méthode. Le ki no nagare démontré au tout début de la vidéo reste lui aussi un exercice d’étude. La projection est peut-être spectaculaire, mais il serait dangereux d’effectuer irimi nage de la sorte dans un contexte martial véritable où tori serait attaqué simultanément par plusieurs adversaires venant de directions différentes.

Philippe Voarino, juin 2019.