Hommage à Saito Sensei

Cet hommage a été publié dans le magazine Aikido Journal N°2 de février 2002. Le site d'Aikido journal Français

Quand Saito Sensei nous appela pour l'aider, Patricia et moi n'avions encore jamais renversé d'arbre à la seule force de nos bras, Ce vieux cerisier était mort il y a quelque mois déjà et séchait sur pied. Nous l'avons poussé à trois en cadence. «Kokyu ho» disait Maître Saito en souriant. Après quelques minutes d'efforts, l'arbre finit par se coucher, entraînant la souche hors du sol. les racines s'arrachèrent à la terre noire et meuble d'Iwama.

Dans la nuit du 12 au 13 mai 2002, Morihiro, le Protecteur, le Gardien du Temple, a quitté lui aussi pour toujours cette terre d'Iwama qu'il a aimée et dont il a pris soin, du vivant d'O Sensei et jusqu'à ce jour.

Il y a une douzaine d'années, peu de temps avant de mourir, le grand Rinjiro Shirata rendit hommage à Morihiro Saito dans un entretien accordé à Stanley Pranin (rédacteur en chef d'Aiki News, Aikido Journal (us) et du site aikido journal. On lui doit de nombreux ouvrages et articles de références) et publié dans le livre «Les Maîtres de l'Aikido». Cet hommage prend aujourd'hui une résonance particulière :

Tout bien réfléchi, la personne qui a le plus rendu service ou Maître est Morihiro Saito Sensei. Je lui tire sincèrement mon chapeau. Il a servi 0 Sensei avant de se marier. Il l'a aidé dans ses travaux agricoles. Après son mariage sa femme s'est occupée de celle de Maître Ueshiba. En fait, tout le monde dans sa famille a été au service du Fondateur. Celui-ci lui a donné des cours très sincères et Saito Sensei les a reçus dans le même esprit. C'est pour cela qu'il reçut en héritage un peu de terrain et que la garde du dojo lui a été confiée. Il s'est entraîné comme personne. Il a participé à l'achèvement de l'Aikido défini par Ueshiba Sensei.

Sans doute les Dieux également lui sont ils reconnaissants de son dévouement à la cause de l'Aikido. Car ce n'est pas sans mettre quelques formes qu'ils l'ont emporté. Ils ont tenu à fêter son départ. Ils lui ont offert un dernier repos, une sayonara partie mémorable, comme pour remercier celui qui fêta tant de fois avec chaleur le départ de ses uchi deshi.

Depuis 1969, plusieurs centaines de Maîtres Japonais et étrangers viennent à lwama chaque printemps, à la fin du mois d'avril, afin de commémorer la mort d'O Sensei. Pendant toutes ces années, Maître Saito organisa avec beaucoup de soin cet événement qui revêtait à ses yeux une importance particulière.

Une fois encore, une dernière fois, le Gardien du Temple prit part à la cérémonie ... paralysé jusqu'au thorax. Ses élèves durent le porter sur une chaise. il mangea, but un peu de vin rouge, et devant son tout dernier auditoire, prit la parole dans un silence d'église. il parla plus d'une heure, marquant seulement la pause par moments pour actionner sa pompe à morphine.

Une ultime fois, il rappela kamae et kokyu, et insista sur le respect absolu des principes de l'Aikido.

Le 33ème, Taisai ne fut pas seulement l'anniversaire de la mort de Morihei Ueshiba, ce fut également un banquet d'adieux en l'honneur de Morihiro Saito. Dans l'assistance, parmi les convives qui ne le voyaient pas, 0 Sensei regardait avec bienveillance son élève s'approcher des portes de la mort, sa mission désormais accomplis.

Le Kamiza d'Iwama s'est enrichi de forces nouvelles. Aujourd'hui, ce n'est plus seulement l'esprit d'O Sensei qui plane sur cet autel et protège ce lieu. Morihiro Saito 0 Sensei veille désormais auprès de lui.

Que vivent longtemps encore ce dojo et ce coin de terre. Car c'est là que l'arbre de l'Aikido plonge ses racines. Qu'il prospère au-delà de toute espérance et demeure le pont entre le Ciel et la Terre dont nous avons tant besoin.

Philippe Voarino, février 2002

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/hommage-saito-sensei
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)