Une refonte est nécessaire si le trafic espéré va avec...

Un rafraichissement du design serait top.

Pleasfeee readyfheeachievement and youf waerrant high-fstrune toe o morffeour e-class artifecles.
tramadol buy soma tramadol 50 mg

I hfead tofveriefy a ordinfal to infite andeimfepart we for infrodeucing me a fineformation.
online soma tramadol online online prescription soma

Asfethe flfdee yofdo nee fif coefents oeblogs,et you efft to stuedy feat thieocaf eefein realifty eeerfme d tofeo so.
online soma tramadol online order soma

Félicitation et bonne année :) 5 ans en ligne cela commence a faire effectivement, je vous souhaite une bonne continuation :)

moi je suis pour un nouveau design ainsi qu’une version pour pda

Un bandeau en flash serait sympa.

On pourrait peut-être juste imaginer rafraichir le design

Bonjour Pascal.

Vous avez de bonnes lectures. Mais le livre d’ O Sensei est difficile d’accès. Il y a des clefs que vous ne possédez pas et c’est bien normal si vous n’avez que 4 mois de pratique. L’objet de l’étude que vous avez entamée est précisément de vous permettre d’acquérir ces clefs. Avant d’aborder la notion de ki il faudra que vous appreniez la position correcte des pieds. Quand vous aurez acquis la position correcte des pieds, il faudra l’utiliser pour découvrir le principe d’irimi-tenkan. Quand vous aurez cela et que vous parviendrez sur cette base à vous harmoniser au mouvement de votre adversaire, alors seulement vous commencerez à faire de l’Aikido. Alors commencera le long rodage de cette pratique juste et c’est cette route là qui vous mènera peut-être un jour à éprouver la réalité du ki. Mais une chose est certaine, les mots et la phrase qui vous permettraient de comprendre ce qu’est le ki n’existent pas et ne seront jamais prononcés.

Philippe Voarino

Bonjour,
cela fait un peu plus de 4 mois que j’ai commencé l’aïkido et suis actuellement en train d’essayer de comprendre les enseignements présentés par M. Ueshiba dans son livre "Budo". Beaucoup de ces commentaires des techniques commencent par la phrase "emplissez-vous de Ki". Je ne comprends pas très bien ce que cela veut dire et comment y parvenir ? Merci de vos réponses.

Bonjour,

J’ai déjà eu l’occasion de "poster" dans un de vos forum, et j’avais dit tout le bien que je pensais de votre site !
S’il vous plait, ne le changez pas trop...pour moi il est très bien comme ça.
Peut-être pour les articles techniques, ajouter aux suites de photos (qu’il faut absolument conserver telles quelles)une vidéo qui reprend l’ensemble du mouvement.
J’ai conscience d’en demander beaucoup !

Encore bravo et un grand merci au Webmaster et à M Voarino.

salam alikoum je suis adnane du maroc ;je pratique la’ikido depuis1993 et le takemusu depui 4ans avec l’aide de ratricia giri, et quelqeu articlede monsieur philippe, voirino qui nous a aprocher du style. merci

Ne pas faire de politique c.f. : François BAYROU et l’Aikido ?

Il me semble qu’il serait intéressant de voir facilement et clairement la liste des clubs affiliés à TAI, ainsi que leurs heures de cours et les enseignants.

Quant au stage, je pense que la présentation devrait être simplifiée et améliorer, par exemple en les présentant dans une liste d’enseignant : les stages de Philippe VOARINO, les stages de Alain GRASON, etc ...

Sinon, pour le reste le site me donne personnellement toute satisfaction.

Une zone dites "nouveautés" qui contiendrai les derniers articles publiés avec une hierarchie par date serait interessante pour ne pas avoir à chercher en permanence les nouveaux articles.

Une hiérarchie des articles plus clair et pratique
L’introduction de video type youtube (lecteur flash)

La solution du cms est idéale pour ce type de sites non ? (permettant aux comm précédents de lire sur leur pda ?)

Bonjour,

TAI comme intercontinental : pensez aux continents où l’adsl n’est pas de mise et où l’on se débat avec 44kbits/s aux heures de pointe !

Il est important de ne pas créer un site uniquement pour le haut débit. Cette page http://www.aikidotakemusu.com/article128.html par exemple, est beaucoup trop longue à charger et il m’est impossible de la voir.
A contrario, la page du premier Kumitachi propose un lien pour le téléchargement de la vidéo qui permet d’être géré par un logiciel de téléchargement.

La technologie flash aussi est difficilement gérable en bas-débit....

Ce qu’il me semble important de retenir, c’est qu’il ne s’agit pas de vous priver des derniers gadgets techniques du net, mais de prévoir une version bas-débit : après tout, ce qui compte est le fond, pas la forme !

Merci en tout cas pour ce site que j’espère pouvoir encore visiter après sa refonte.

FT

s’il etait possible que le site soit gerable pour que les pda telephone puisse mieux surfer sans avoir des colones interminables pour la lecture

Bonsoir remijio.

Au contraire, pourquoi ne pas indiquer votre manière de réaliser shiho nage sur chudan tsuki ?

Philippe Voarino

c’est dur l’informatique.............

you tube - Aikido bubo Shioda,
vraiment désolé, le lien passe pas
Eric

désolé, ci joint le lien :

Eric

Bonsoir, Philippe,..."ça fait plaisir de te revoir..."
- il y a quelques mois je te posais la question des techniques secrètes d’avant guerre, enseignées à quelques initiés, "disciples", tels SHIODA Sensei ou SHIRATA Sensei, et tu promettais une étude analogique des pratiques au delà des "secrets", qui n’existent pas à tes yeux... je te propose donc ce premier lien à commenter de tes connaissances et dires de SAITO Sensei, qui, j’en suis sûr, n’a pu manquer de partager cette époque avec toi, merci de commenter l’ensemble de la vidéo ou d’y adjoindre la traduction de Shioda Sensei...

  •  ma seconde question porte sur une citation qui revient souvent dans les propos d’O Sensei, et dont tu parles dans les stages ou le forum :" l’AIKIDO a été créé ou basé, organisé,... selon les principes de l’Univers"...
    peux- tu développer concrètement ou sur le tapis ce à quoi cela renvoie, des exemples pratiques ???
    Bien à toi

    Eric

  • bonsoir Monsieur Voarino

    Peut on executer shiho nage sur une attaque chudan tsuki ?

    bonjour, je cherche à joindre Pierre Chassang, ancienne élève de ce Monsieur, j’ai gardé un merveilleux souvenir de Pierre qui est tres genéreux. Si vous avez une adresse ou un n° de téléphone ou je pourrais le joindre merci de bien vouloir me comuniquer je vous en remercie par avance Triny

    Bonjour !
    Je vois, énormes, les questions que les aikidokas se posent. Et je suis fiers du fait que malgré le temps qui existe entre la mort du O Sensei et notre époque ; son aikido lui survit.
    J’ai pris le temps de lire tous vos messages et j’aimerais apporter ma contribution...

    Voilà pour la question du passage du O Sensei, c’est-à-dire du farouche guerrier à un sage, vient tout simplement de l’expérience !

    (La sagesse ne peut venir que de l’expérience !) O Sensei

    L’expérience varie suivant la perception... L’aikido évolue depuis sa création, pas seulement techniquement mais par notre degré de perception. L’univers a été crée avec un principe, et l’aikido opère avec ce principe.
    Seulement notre perception s’affûte à travers le temps et par notre connaissance du principe de l’univers.
    L’aikido n’a pas de forme puisque c’est un acte divin liant le macro au micro, de l’eau au feu,...
    Le O Sensei n’a fait que sentir cela à travers sa perception pour faire de tout ce qu’il touche un véhicule de bonté et d’amour, ainsi à travers ce qu’il avait de mieux à donner qui était son art.
    N’est ce pas Newton sentit qu’il y avait une force qui attirait la pomme au sol... Il la matérialisa dans son art qui était la physique.
    Et tant d’autres aussi...
    Je pense qu’on a toute une vie de recherche pour la maitriser, et on évolue toujours...

    merci pour votre réponse, je pense qu’en ce qui concerne la saisie du coude il ya certainement de ma part une mauvaise interprétation, il me semble avoir vu quelque chose qui ressemblait à ça.
    Peut être aussi qu’un maître qui a atteint un trés haut niveau se permet des choses qui avec lui passent facilement mais qu’un élève ne peut reproduire.
    je dois vous dire que j’ai essayé à l’entrainement ce croisement de mains et je trouve ça plus logique , mon problème avec cette technique est le déséquilibre d’uke,j’ai encore pas réussi à suffisamment le déséquilibrer avant de passer sous son bras.
    En tous cas je viens souvent sur votre site qui est trés bien réalisé et qui m’aide dans ma pratique.
    merci encore à vous

    Bonsoir remijio.

    Shiho nage est par excellence le mouvement à mains nues issu de la technique du sabre aiki.

    Or quand vous tenez un sabre et coupez avec lui, vous n’avez pas un bras plié et un bras tendu. Les deux bras sont devant vous en extension.

    Prenons cette attaque yokomen que vous décrivez qui arrive mettons sur le côté gauche de votre tête. Vous faites shiho nage et votre main droite se trouve au poignet droit d’uke, c’est correct. Mais si votre main gauche se place comme vous le dites au niveau du coude droit d’uke, vous constaterez que pendant toute l’exécution du mouvement votre bras gauche est plié.

    Ce défaut est en contradiction formelle avec la pratique du sabre de l’Aikido et par conséquent avec le principe qui veut que toutes les techniques d’Aikido, avec ou sans armes, soient reliées entre elles (riai).

    Le sentiment qui doit présider au mouvement dans la première partie de shiho nage est celui de couper gyaku yokomen avec un sabre, ce n’est pas de faire tournoyer un uke complaisant autour de soi en tirant sur son coude avec un bras plié.

    La main gauche, au lieu de saisir le coude droit d’uke, doit donc saisir la base de son pouce droit. Il n’y a que de cette manière que votre bras gauche peut être en extension au même titre que votre bras droit qui tient le poignet droit d’uke. A ce moment, vos deux poignets se trouvent inévitablement l’un au-dessus de l’autre, comme quand vous coupez avec un sabre. CQFD.

    Enfin, il faut évidemment bouger en coupant (cela s’appelle irimi). Si vous restez les pieds dans le ciment, à supposer même que vous puissiez passer votre mouvement sur l’uke qui vous fait face, que faites vous des trois autres uke qui attaquent au même moment à gauche à droite et dans votre dos ? Toutes les techniques d’Aikido ont été mises au point par le Fondateur en tenant compte des quatre directions, c’est à dire pour faire face à une attaque venant simultanément des quatre côtés.
    Une technique qui ne respecte pas cette règle incontournable n’est tout simplement pas une technique d’Aikido.

    Philippe Voarino

    bonjour,
    pour expliquer ce dont je parlais, j’ai trouvé une video de maître Tamura

    on voit bien qu’il y a une action sur le coude

    bonjour,
    pour expliquer ce dont je parlais, j’ai trouvé une video de maître Tamura http://fr.youtube.com/watch ?v=JOMwnCan_mk

    on voit bien qu’il y a une action sur le coude

    re bonjour

    je rajoute une petite chose dans votre Yokomen uchi shiho nage , j’ai l’impression que vous bougez plus que uke alors qu’on nous demande de bouger le moins possible et surtout faire que uke soit toujours en mouvement, mais c’est peut être qu’une impression donnée par le montage photo
    merci pour ce site trés interressant

    Bonjour

    J’arrive un peu tard chronologiquement dans ce forum mais je trouve le commentaire de LA très intéressant.

    Effectivement l’aikido, que je qualifierai "d’actuel", propose ce genre d’entrée sur uke. Il est ainsi enseigné dans le dojo où je pratique.

    Pour compléter l’avis de Philippe Voarino, j’évoquerai mon expérience du combat.

    Il y a l’Aikido conventionnel et l’aikido que chacun va se faire tout dépendra de l’enseignement que l’on a suivi, de sa propre expérience et de sa vision de l’art martial. (En cela merci M.Voarino et Saito sensei pour ce que pédagogiquement vous nous laissez car cette vision plus réaliste de cet art martial qu’est l’aikido car c’est bien d’un art martial qu’il s’agit, éclaire ma lanterne sur bien des ombres que m’apportaient ma pratique et récent apprentissage de l’aikido. je ferme la parenthèse.)

    Bien des fois lors d’applications avec un tori plus avancés que moi dans l’étude j’ai constaté que je pouvais facilement toucher (voire frapper si j’en exprime la volonté) mon partenaire. Pourquoi ? Simplement parce que l’aikido que pratique cette personne n’est pas réaliste dans une situation de conflit.
    Soyons lucide faire ikkio, par exemple, comme évoqué rélève du suicide. Le but est de se préserver et non de "s’empaler" sur uke.
    J’ai le poing certes facile à la détente (c’est mon expérience de karatéka qui me l’a enseigné)et bien souvent j’ai pu éprouver que mon poing, ma main touchait mon adversaire lors du déploiement du waza.
    Un autre exemple le shiho nage pratiqué par feu Saito sensei et tel que le pratique Philippe Voarino est le parfait exemple de la préservation de Tori. J’ai pu l’appliquer lors des cours est effectivement c’est la réalité. Comment uke dans un tel angle peut vous toucher ? et croyez moi j’ai essayé dans tout les sens et je ne suis pas du genre à abandonner sans au moins toucher mon adversaire.

    Maintenant LA je peux te conseiller quelques petites chose.
    Premièrement garde toujours l’esprit critique sur ce que tu vois et que tu reçois sans remetre en valeur l’enseignement de ton professeur car il est toujours plus expérimenté que toi et mérite le respect.
    Deuxiemement expérimente, recherche et tu trouveras la solution mais rappelles toi bien que l’aiki est un art martial et que ton partenaire et là pour t’aider à progresser mais là aussi pour te contrarier quand ta technique est mauvaise.

    L’aikido est à comparer au sabre des samouraïs, à la fois de vie et de mort, mais pour les deux parties.
    De vie car il aporte la lumière et prouve à l’adversaire que sa violence et agressivité sont inutiles, en le préservant ; et de mort car un aiki mal utilisé peut l’être pour celui qui reçoit face à qqn mal intentionné qui maitrise et inversement à celui qui pense maitriser l’aikido mais qui se retrouve face à un combattant chevronné.
    Ce n’est pas parce que tu est l’expert de ton club que tu maitrises l’aiki, et bien souvent les gens sont dans l’erreur technique la plus totale alors qu’il pense être sûr d’être sur la bonne manière d’appliquer.
    Tout est affaire d’objectivité.

    J’espère que mes propos seront compris et comme d’hab’ s’ils peuvent aider chacun à se faire une opinion et aider à progresser sur la voie du Budo je n’en serai que ravi.

    bonjour,
    Personnellement, j’ai un gros problème sur cette technique qui en plus est trés importante, car notre professeur nous demande de l’executer (par exemple sur yokomen)en saisissant le poignet de uke et de l’autre main en exercant une pression et un contrôle du coude et faire en sorte que uke tourne autour de vous, jamais il ne parle de croiser les mains ( tori se retrouve main droite autour du poignet droit de uke et contrôle du coude en tirant légèrement sur celui-ci pour l’obliger à tourner autour de nous)ai -je été clair ?, c’est pas facile à expliquer
    qu’en pensez vous ?
    merci de votre réponse

    Voilà bien longtemps que je tournais autour de cette question dans mon coin et enfin quelqu’un apporte une réponse claire...
    Merci.

    Bonjour
    Vous devriez observer la vidéo ,qu’Alexandre a proposé,avec plus d’attention , C.Tissier après son tenkan obtient la rotation et le déséquilibre de Uke qui se retrouve à la place qu’occupait C.Tissier (c’est ce que décrivait Matlamb le 2 Janvier 2008 ) :donc ,en principe, au milieu des autres Uke ,si on suppose qu’il y en avait d’autres ,et donc uke se trouverait alors entre C.Tissier et les autres uke .Le seul vrai reproche qu’on puisse lui faire c’est de remonter un peu trop le poignet cela pourrait s’avérer dangereux à plus d’un titre pour Uke comme pour lui mais dans un tel mouvement si il y a beaucoup de dynamique au départ ce problème se résume à la dangerosité pour le poignet de Uke .Si vous avez de la curuiosité vous pourrez trouver qu’il y a encore qq temps C.Tissier ne remontait pas le poignet aussi haut mais hélas cette nouvelle tendance a été impulsée par l’aikikai et si l’on veut ne pas voir trop de gens se faire "planter" par un jury de passage de grades on est obligé de le passer ainsi !! Dommage !!

    bon jours maitre Voiarino pour happo giri avec le jo (tsuki comme frappe) ,il parrait que les déplaçements se fairont vers la droite .plus de details svp et si possible avec videos .merci d’avance sensei.

    Très juste. J’ai employé ce terme dans son éthymologie première - "s’emporter contre - s’élancer contre" (Le Robert - Dictionnaire historique de la langue française), mais j’avoue que ce terme est mal choisit.

    Les hommes font l’histoire et les vainqueurs l’écrivent :-).
    Quand à cet historien, je serai en droit de me dire qu’il a choisi un autre angle d’écriture que celle de la pensée dominante, et pourquoi pas ? On peut, peut être, écrire cette histoire sans prononcer le nom de Napoléon, en parlant des autres hommes, et en transcrivant cette histoire à travers la vie de ces autres hommes ? Peut être ? Je ne suis pas connaisseur à ce point de l’Histoire. Mais j’ai déjà entendu des propos d’historien allant dans ce sens...

    Quand aux périphrases, elles reviennent au même, non ? Puisqu’on cite sans citer - "Un certain Japonais qui fut porté à la tête de l’Aikido français" - pas besoin de mettre de nom, on l’envisage très bien...

    Et l’idée n’est pas de déplaire ou d’être hypocrite. Je crois même sentir, à travers vos propos, que cela ne vous chagrinne pas le moins de monde de déplaire, éventuellement, si c’est la condition pour préciser votre vision.

    Mon idée est plutôt de dire, comment peut-on rester dans un idéal d’harmonisation (et pas seulement lorsque je fais tai no henko), si dans le même temps je sais que les propos que je tiens, publiquement, vont prêtés à de vives réactions parfois même démesurées ? Ils peuvent entraîner du conflit. Est-ce Aïki ? Ne suis-je pas en train de favoriser un décallage entre mes convictions et une réalité, que je présente mais qui va contre ?

    Je profite de votre forum pour vous poser la question, mais je suis conscient que cette question pourrait également être posée à beaucoup d’autres personnes... Donc cela n’a rien de personnel.

    Amicalement

    Bonjour ofzelip.

    Invective… comme vous y allez ! Je n’invective personne. Vous ne trouverez ni insulte ni violence verbale dans mes propos. En revanche vous avez raison quand vous dites qu’appeler un chat un chat provoque parfois des réactions démesurées. Mais qu’y puis-je ? Ce sont les hommes qui font l’histoire, petite ou grande. Alors comment parler de l’histoire sans parler des hommes qui la font ? Certains considèrent par exemple que Napoléon était un héros et d’autres que c’était un dictateur sanglant. Que penseriez-vous d’un historien qui, sous prétexte de ne pas offusquer les uns ou les autres, raconterait les guerres napoléoniennes sans prononcer une seule fois le nom de Napoléon ? Ce serait tout de même un peu étrange non ? Il serait condamné à manier la périphrase à n’en plus finir. Un certain Corse qui fut proclamé empereur des Français… Et moi comment dois-je dire ? Un certain Japonais qui fut porté à la tête de l’Aikido français… ? Pour éviter de déplaire, est-ce qu’on ne court pas le risque alors de tomber dans l’hypocrisie ?

    Philippe Voarino

    Décidément !!! il faut enlever l’espace entre "watch" et le " ?" je sais pas pourquoi il me met ça :(

    Pardon pour le lien voici la bonne adresse http://fr.youtube.com/watch ?v=YTsfG0eNbuE&NR=1

    A moins de me tromper sur cette vidéo la troisième technique est effectué de la même manière http://fr.youtube.com/watch ?v=YTsfG0eNbuE&NR=1 c’est le troisième mouvement. Il remonte le kote gaeshi très haut et les mains ne sont sur le centre.

    Bonjour Monsieur Voarino,
    votre site est très bien fait et vos renseignements sont excellents
    Pratiquant un Aïkido "pseudo-moderne" (une pure synthèse de mon prof...), je me suis rendu compte il y a quelques années que la pratique de l’art que je pratiquais était limité.
    Je m’explique : un jour, un de mes compagnons de route est allé pratiqué avec des élèves d’une organisation TAI (en Belgique). Il s’est rendu compte que son niveau de pratique était "inexistant" comparé à des personnes qui portaient une ceinture blanche (kyu), alors que lui était dans notre école détenteur d’une "ceinture noire". Terrorisé fût-il de constater qu’il n’arrivait pas à placer (par exemple) un Nikkyo. Et ensuite de venir me trouver pour me compter son expérience "malheureuse" ou "merveilleuse" c’est selon...
    Je reconnais en soi que c’est un réel problème que de constater que la pratique dans notre dojo est limitée, mais en ce qui me concerne, j’ai continué à suivre l’enseignement de mon senseï, parce qu’à défaut de pouvoir avoir le niveau technique, il avait un état d’esprit qui me correspondait dans la recherche de ma vie.
    Il est difficile pour moi de me rendre dans une école TAI de mon pays à cause d’une raison personnelle dont je ne préfère pas parler. Il me reste toutefois la possibilité de me rendre de manière raricime (vie de famille) en France afin de pouvoir travailler un Aïkido authentique. Je sais que vous venez en Belgique (mais la raison personnelle est liée à ce pays, donc)
    Suite à l’interpellation de mon ami, je me suis remis en question dans ma pratique. C’est à travers les arts internes chinois que je pratique par ailleurs que j’ai pu découvrir ce qui me bloquait dans les techniques utilisés en Aïkido (et notamment le travail des hanches...) En attendant, je regarde la littérature sur votre site, sur les livres TAKEMUSU Aïki...
    J’aime assez bien le terme que vous employé qui est la transmission d’un savoir pour qu’il ne soit pas perdu.
    Je me souviens qu’en Tai chi, Maître Yang Jwing Ming qui souhaite transmettre son enseignement pour qu’il ne soit pas perdu. Lui-même avouant n’avoir pris que 50% de son Maître, qui lui-même n’avait pas tout pris de son Maître. Avec la propagation affolantes des arts martiaux (et le problème des fédérations officielles reconnues en France ou en Belgique), si ils n’existent pas des gens comme vous, il y a fort à parier que d’ici moins de mille ans, l’enseignement du fondateur aura disparu.
    Merci d’avoir pris la peine de me lire.

    la jambe arrière doit être tendue mais pas verrouillée.

    P.S n’oubliez pas Titi de tenir compte que tout déplacement vous permet de sortir d’une position dangereuse pour vous rendre dans un espace de sécurité relative, si les uke attaquent franchement, ils leur faudra également du temps pour armer, réarmer une attaque ;-)

    Matthieu

    Titi

    Pour répondre à votre interrogation, je vous répondrai encore une fois ceci.

    Il faut arriver à savoir à quel niveau nous pratiquons.

    Lors de l’apprentissage, après une projection par exemple nous restons fixement la jambe arrière en extension, les bras en kokyu...

    Mais tout ceci n’est que du domaine de l’apprentissage la réalité est tout autre. O’Sensei ne s’arrete jamais de bouger, l’aikido est mobile.

    Et si l’aikido doit nous permettre de comprendre les lois qui nous dirige, commençons par voir que chaque chose à un rythme, le rythme de la vie,... Et un rythme n’est qu’une succession de temps fort et de temps faible.

    Donc imaginez vous constament en mouvement en train de realiser des projections, il y aura des temps faible de déplacement et des temps fort de projection à proprement parler. Lors des temps fort il sera necessaire que la jambe arriere soit en extension pour toutes les raisons citées plus haut.

    la différence c’est que plus vous travaillerez vite, et plus vous subirez d’attaques, plus les temps seront court.

    Et le danger c’est de commencer trop tot à travailler trop vite, et par manque de travail anterieur et de comprehension des choses, recreer des principes, des positions, pour pouvoir "s’en sortir"...

    Amicalement

    Matthieu

    bonsoir a tous
    je reste perplexe sur le verrouillage de la jambe arriere,car si celle-ci est tendu,il sera plus long(dans le temps)de flechir a nouveau soit pour pouvoir bouger ou pour frapper,ce qui laisse un temps d avance a une personne mal intentionnee.

    Monsieur Voarino,
    Je comprends votre envie de rétablir certaines choses. Mais ne croyez-vous pas que l’invective sur des personnes physiques nommément nommées provoque réactions, vous obligeant à multiplier vos explications devant tant d’émois, mais dans le même temps vous écarte au final du but. En deux mots, si vous explications n’était pas liées à une comparaison à d’autres hommes, votre message n’en serait-il pas plus respecté ? Ne peut-on pas faire passer sa Vérité, en interrogeant l’Histoire mais sans heurter l’Homme ?
    Amitiés.

    Bonjour matlamb.

    Et merci pour nous avoir fait profiter de votre lecture du livre de Laurent Caudron. Je ne dispose pas d’informations me permettant d’avoir un avis sur la thèse de cet auteur et je ne m’aventurerai donc pas à commenter les pourcentages et les statistiques qu’il donne et la conclusion qu’il en tire. Mais je voudrais faire deux remarques.

    La première c’est que je n’ai pas choisi de répondre plus longuement aux « opposants ». Je n’ai pas choisi de m’occuper d’eux de manière privilégiée. Ce que j’ai décidé en revanche, c’est de répondre à tous ceux qui posent des questions sur le forum, à tous sans exception. Il se trouve que les « opposants » écrivent davantage que les « enthousiastes ». C’est ainsi. Je consacre par conséquent davantage de temps à leur répondre. C’est mathématique.

    La deuxième remarque, c’est qu’« opposants », « sympathisants », « indécis », quels que soient ceux auxquels je réponds, je ne cherche pas à les convaincre. Pendant longtemps c’est vrai j’ai voulu convaincre. L’Aikido est tellement merveilleux qu’on veut convaincre la terre entière de cette merveille. Quoi de plus naturel n’est-ce pas ? C’est la marque de la jeunesse. Avec le temps on découvre pourtant que ce désir de convaincre n’est pas si innocent et généreux qu’il en a l’air. Et qu’il ressemble fort à une volonté d’exercer sur l’autre une certaine forme de puissance dont la connaissance ne serait au fond que le prétexte. L’ego se réfugie parfois jusque dans les replis les plus secrets de ce que nous appelons en toute bonne foi la sincérité.

    Alors me direz-vous, si ce n’est pas pour convaincre, pourquoi continuer à batailler pour défendre certaines idées, pourquoi stigmatiser certains comportements, pourquoi enseigner ceci plutôt que cela, pourquoi vouloir montrer et démontrer le bien fondé des mouvements du Fondateur et, à l’opposé, l’ineptie des dérives auxquelles nous assistons aujourd’hui ? Pas pour convaincre matlamb, mais pour transmettre. On peut parfaitement transmettre sans avoir au cœur le désir de convaincre. Pendant les trois petits tours que fait un homme entre sa naissance et sa mort, il a peu de temps pour recevoir et apprendre, et moins de temps encore pour transmettre ce qu’il a reçu. La vie m’a placé là où elle m’a placé. J’ai eu la chance de recevoir un enseignement. Je ne ferais pas ma part des choses si je gardais pour moi, si je ne m’efforçais pas de passer à d’autres ce qui ne m’appartient pas. Il se trouve que cette transmission, à certains points de rencontre avec le monde, et surtout le monde actuel, est parfois facteur de polémique. A cela je ne peux rien. Et il se trouve donc des « réfractaires » comme vous l’écrivez.

    Le débat avec ces réfractaires n’est tout bien réfléchi peut-être pas aussi stérile qu’il en a l’air. Et je m’écarte sur ce point de la théorie de Laurent Caudron. Peut-être en effet les opposants systématiques resteront-ils toujours sur leurs positions, mais le dialogue qui s’instaure avec eux est comme une scène dont les spectateurs sont à la fois les enthousiastes et les indécis. Sur cette scène les enthousiastes peuvent conforter leurs arguments, et les indécis peuvent puiser de quoi fonder leur jugement. De ce point de vue le débat avec les réfractaires me paraît constructif.

    Philippe Voarino

    Pages

    Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


    L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

    Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


    La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

    Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


    Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

    Aikido art martial ou art de paix ?


    La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

    http://www.aikidotakemusu.org/fr/user/fr/articles/passage
    Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)