Shomen Uchi Ikkyo Omote #5

  1. Les deux genoux sont le long du bras (pas de genoux dans les côtes) et l’abdomen est donc face au coude d’uke. Parce que le coude d’uke est le centre de l’action.
  2. Le bras d’uke doit former un angle à 90° avec sa colonne vertébrale :

Il est nécessaire (...) de fixer le bras de l’adversaire selon un angle droit. - O Sensei, BUDO p 46

Si cet angle est respecté, alors tout le corps d’uke est contrôlé avec la seule main qui tient le coude, et il est possible de frapper la tête avec l’autre main comme démontré ci-dessus.

Si l’angle est supérieur à 90° uke a la possibilité de pivoter l’avant bras car le coude est moins bien maintenu.
Si l’angle est inférieur à 90°, uke a la possibilité de s’échapper en chute avant (non démontré ici).

Commentaires

C’est juste un probleme mecanique et musculaire me semble t il, car on peut toujours plier le bras, meme a 90, mais le bras va alors sur un plan presque perpendiculaire au sol tandis que le bras, avec un angle ouvert part presque dans le meme plan que le sol. Donc avec un angle trop ouvert le degagement reste simple.
Mais meme avec le bras a 90 il y a une possibilite pour revenir proche dans le meme plan que le sol et donc se degager. On peut ainsi plier son bras pris, par un roulement des epaules et du poignet (souplesse obligatoire) et se retrouver dans le 2eme cas , mais avec la photo page 46 justement quelqu’un de souple ne peut plus plier ce bras. Tandis que meme avec cette position du bras entre les genoux si l’angle est ouvert alors on peut toujours retirer le bras par un mouvement de retrait rotation supinatoire. Ah moins que je me trompe.

Si le coude est maintenu fermement dans la position correcte d’immobilisation, la pression exercée est suffisante pour maintenir la personne au sol sans qu’il puisse s’échapper. Il existe évidemment des hommes d’une puissance physique exceptionnelle. L’atemi prend tout son sens dans de tels cas. N’oubliez pas cette définition donnée un jour par O Sensei "L’Aikido c’est irimi atemi."

Bonjour,

Petite question car il me semble que cela n’existe (tout du moins que O’Sensei ne l’a jamais enseigné car ce n’est pas logique ??) pas et pourtant c’est demandé parfois par le jury UFA au passage de grade DAN. ???? mais je me fourvoie peut être...

Hanmi Handachi waza
Shomen uchi Ikkyo

Site FFAAA.........
PRINCIPES
EXEMPLE DE PROGRESSION POUR LES GRADES KYU
L’idée même de progression technique ou pédagogique est extrêmement difficile à manier en Aïkido puisque toute la pratique n’est que répétition et aller-retours incessants entre des " bases " et des " variations ".
Il faut bien pourtant aborder les différentes techniques et formes de travail dans un certain ordre, obéissant à une certaine logique. Il y aurait, bien sûr, d’autres combinaisons possibles et il ne faut surtout pas comprendre, ni tenter d’appliquer, cette progression de façon rigide. Il ne s’agit en aucun cas d’une liste de techniques à apprendre pour des examens.
Dans cet esprit elle peut servir de base à l’évaluation des grades Kyu, aidant ainsi professeurs et pratiquants à situer les différents niveaux.
Ces grades Kyu sont attribués au sein du club, par le professeur, dans les premiers mois et années de pratique avant l’obtention de la ceinture noire.
1er KYU

Hanmi Handachi waza
Shomen uchi Ikkyo - Nikyo - Gokyo

Monsieur Voarino,

J’ai vu en effet que sur l’immobilisation Ikkyo, on place au sol le bras de Uke à 90°. Dans mon dojo, ainsi que lors des stages organisés par la FFAB entre autres, on nous dit toujours de placer le bras de Uke plus haut que la ligne des épaules et ce afin de bien l’immobiliser.

En essayant de guider mes partenaires novices qui ont quelques jours ou semaines de pratique, en devenant Uke j’ai remarqué que lorsque mon bras est placé à plus de 90°, il y a un interstice entre mon épaule et le sol. on le voit bien sur la photo sur le site "Shomen Uchi Ikkyo Omote 5#" Et j’ai vu que si mon épaule n’est pas correctement placée je peux me dégager de la saisie avec plus ou moins de facilité. Avec un partenaire, un ancien judoka, cela devient flagrant et si l’angle n’est pas respecté, il peut se dégager de l’immobilisation facilement.

je pense en effet que ce que j’apprend en tout cas sur ikkyo est une erreur, mais malheureusement, dans le cadre fédéral si on veut réussir ses examens de grade pour avoir un jour la chance d’enseigner, on a pas vraiment le choix et on doit se plier à des exigences qui ne sont pas toutes fausses, mais qui ont quand même des lacunes que j’ai découvertes grâce à des ressentis, des recherches personnelles ainsi qu’aux explications présentées sur le site de TAI.

Donc je pratique aujourd’hui deux formes d’aikido, un aikido "personnel" on va dire avec les quelques enseignements techniques que vous proposez et que j’essaie tant bien que mal d’appliquer et ce afin de découvrir le véritable aikido, l’aikido de O’Senseï que j’essaie de comprendre. Puis je fais l’aikido fédéral français que l’on nous demande aux examens et ce afin d’avoir une chance d’enseigner un jour l’aikido que je souhaite, l’aikido qui me semble juste avec le moins de lacunes possibles, d’enseigner un aikido qui se rapproche de ce que faisait O’Senseï et aussi de ce que faisait Saito Senseï que j’admire beaucoup. J’ai vu beaucoup de vidéo de Saito Senseï et j’aime ce qu’il fait, un aikido que je trouve puissant, martial, juste.

Bien entendu je ne suis pas contre tout ce que fait la fédération et l’aikikai, mais je commence de plus en plus à penser qu’un jour hélas la séparation entre mon senseï qui est un ami proche et moi-même sera inévitable, car ma conception de l’aiki s’éloigne petit à petit de ce que fait mon professeur.

En tout cas le site de TAI est très instructif et j’y apprends des choses nouvelles, des choses intéressantes sur l’aikido en général, sur le côté technique que vous proposez, ainsi que sur vos expériences, votre vécu et vos ressentis. Un site très enrichissant.

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/comment/381
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)