kumitachi #1: Uchi tachi waza #2

Maai et awase sont deux dimensions de l’étude qui n’existent pas tant que l’on s’entraîne seul, et qui apparaissent seulement avec uchi tachi, avec l’autre donc. C’est l’autre qui donne naissance au temps (timing), à l’espace (distance) et à l’harmonie (synchronisation), rien de tout cela ne serait possible sans lui. L’autre est donc nécessaire à notre progression. Toutefois il l’est pour autant que ses attaques sont véritables et justes. Un shomen, par exemple, porté sans intention de toucher, avec une distance fausse, n’exige pas de celui qui le reçoit un quelconque mouvement d’harmonisation. Pour que le mouvement naisse et que l’étude soit bénéfique, il est donc indispensable que le maai de l’attaque soit juste, et l’intention de toucher réelle. C’est alors seulement que l’awase peut apparaître à son tour. La vitesse d’exécution en revanche n’a aucune importance, c’est un problème secondaire, et il ne faut surtout pas en faire une priorité de l’étude.

L’entrée dans l’attaque adverse (ici gyaku yokomen, cf. Au-delà de la méthode 103) doit également être exécutée dans le respect du maai, c’est-à-dire pour toucher vraiment, sans quoi la suite du mouvement devient incohérente.

Pour le dire en deux mots, si le maai n’est pas correct, le mouvement ne peut pas apparaître, si l’awase n’est pas correct, le mouvement est voué à l’échec.

Philippe Voarino, août 2018.

Commentaires

Bonjour Sensei- vos explications (tres interessantes) posent cependant une question : doit on comprendre que tout ce qu' a expliquer SAITO SHIHAN (identiques a ce que vous dites ) n'a jamais été compris par les pratiquants ou alors (plus grave) les enseignants n'ont rien compris aux explications de SAITO SHIHAN. par contre je ne suis par certain que vos explications ameliorent leur pratique car beaucoup vont penser que du fait qu'ils ont vu vos videos et ecouté vos explications techniques c'est bon ils ont tout compris ....,-salutations.

Bonjour Patrick.

Ce qui est difficile en Aikido, comme dans tous les arts, et dans les sciences aussi j'imagine, c'est que la connaissance est constituée de strates successives, et que la compréhension d'une strate ne donne pas nécessairement accès à la strate suivante. Je répète la phrase d'Einstein que j'ai déjà citée je crois et qui éclaire parfaitement cette problématique : "Aucun problème ne peut être résolu à partir du même niveau de conscience qui l'a créé". Un moment vient où un saut épistémologique devient nécessaire. Je suis persuadé que beaucoup d'enseignants ont compris maître Saito au niveau d'enseignement où il se situait, mais cela ne garantit pas qu'ils aient compris que cet enseignement n'était pas une fin en soi.

Philippe Voarino

Bonjour Sensei - merci our precisions interessantesmais si l''on regarde "l'evolution" des techniques par SAITO SHIHAN on comprend vite que son enseignement n'etait pas une fin en soi puisqu'il a "rajouté" (si l'on peut dire ) des kumijo,kumitachi,ken tai jo etc etc par r

Bonjour Sensei - merci pour precisions interessantes-mais si l''on regarde "l'evolution" des techniques par SAITO SHIHAN on comprend vite que son enseignement n'etait pas une fin en soi puisqu'il a "rajouté" - "modifié "-(si l'on peut dire ) des kumijo,kumitachi,ken tai jo etc etc par rapport a ce qu'il pratiquait au "debut". mais bon chacun s'arrete ou il veut ......beaucoup semblent descendre en cours de "route"....salutations amicales .

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/comment/3382
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)