Au-delà de la méthode #66

Jo dori: la lance ne projette pas, elle pique et elle coupe

L’entrée dans le quartier avant gauche s’effectue ici à partir du pied avant, et selon les deux pas classiques de la spirale d’O Sensei qui aboutit comme toujours à la position carrée indispensable à la rotation des hanches en irimi-tenkan.

Il est essentiel maintenant de comprendre ceci : tori n’utilise pas la lance qu’il saisit pour projeter uke, il utilise la lance pour piquer et couper. S’il pique et coupe tel qu’il est censé le faire dans l’art de la lance aiki, alors il éliminera les adversaires qui l’entourent et en outre uke sera projeté d’une manière idéale.

En revanche, si tori n’est pas conscient de l’utilisation qu’il peut faire de la lance, si, dès qu’il s’en saisit, sa conscience ne se place pas dans la coupe et dans la pique des adversaires qui l’encerclent, et qu’elle se limite à projeter uke dans une forme de moulinet, alors non seulement le mouvement sera inefficace sur les adversaires alentour, mais en plus uke sera mal projeté du fait d’un déséquilibre insuffisant. C’est seulement le fait de couper avec intention, en utilisant l’arme telle qu’elle doit être utilisée, qui déséquilibre uke et le projette de manière parfaite. La projection d’uke n’est qu’une conséquence de l’utilisation purement martiale de la lance.

Sur un champ de bataille, chaque fraction de seconde doit être utilisé pour frapper, il n’y a pas de place pour le moindre temps mort. La lance fonctionne en continu à la manière d’une hélice dont chaque pale travaille en même temps que toutes les autres. L’adversaire qui peut un moment s’accrocher à la lance sera éjecté et projeté par la force centrifuge couplée aux axes de déséquilibre d’uke.

Philippe Voarino, mai 2017.

Commentaires

bonjour Philippe , merci pour ce dossier pur sur tt les plans et limpide en explication et réalisation .puis je savoir pourquoi au stade des dossiers ,il serait possible que vos tori aplique le schéma et non la linéarité des suburi lorsqu ils effectuent les assauts ,car cela donnerai tout son sens au mouvements amicalement Serge

Salut Philippe,

encore une belle illustration du "principe" et de ses conséquences logiques.....je te remercie pour tous ces liens et aller-retours , ce qui unie....le "riaï".....mais ici (fin du mouvement sur la vidéo....même si la fin n'est que le début d'autre chose, je suis d'accord....) pourquoi repartir en ligne et te retrouver au centre du champ de "bataille", donc en danger, en avançant la jambe pour la projection???? certainement que tu vas nous éclairer.... Amitiés, Eric

bonjour , pardonnez moi ,mais comme le titre le dit ;lorsque phillipe avance la jambe arriere il pique le 3 eme tori ,sachant qu il en a eliminé deja deux ,il n est plus en zone de danger ,zone de danger de depart etant determinéé par le centre des tori ,ce qui n est plus le cas amicalement serge

sur la photo de O sensei ,sur un tsuki jo ,il a les pieds en position carré ,puissance distance et stabilite a l impact ,ce qui rends le desequilibre particulierement difficile ,ainsi que la vitesse du jo https://fr.pinterest.com/pin/398076054533310688/ amities

j ai ommis d ajouter que le simple fait de passer sur cette position de pieds carre ( par les hanches ,donc spiralé) comme O Sensei sur la photo ,va generer un leger decallage sur la zone d impact du tsuki ,ce qui rends tres difficile la saisi de la lance ,contrairement au tsuki en ligne pieds en Hanmi srg

le decalage dont je parle ,equivaut a l epaisseur d un buste ;soit la moitie du buste lorsqu il est de face ( a peu pres ). et pour cause car le tsuki va pouvoir ainsi piquer uke sur son profil ( lorsqu il va bouger pour esquiver) mes excuses si l explication est un peu cahotique . srg

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/laikido-et-lhomme-de-vitruve-5 en reference pour les proportions du buste cdt srg

Salut Rusty, belle démo...... d'Irimi Tenkan.... Merci pour tous....aller je mets un lien d'une coupe en "carré": https://www.youtube.com/watch?v=xzJAUKZGyNQ Amitiés

Bonjour Sensei - vous dites la lance pique ou coupe - cela est" possibilité" mais je ne suis pas certain que cela etait toujours et a jamais la vision du fondateur . - pour ma part je dirai qu'il est vrai que la lance "peut" couper ou "peut" piquer mais egalement que lorsque le fondateur utilisait le jo, 'il ne l'utilisait pas toujours comme etant coupant ou tranchant. il utilisait egalement le jo comme element "spirituel" si 'lon peut dire et dans ce cas nul bout coupant ou tranchant.bonne pratique a tous - salutations .

bonjour, une lance ne peux pas couper car la lame a besoin d’être orienté pour trancher et le jo est rond donc impossible de savoir que l'angle de coupe est bon. Après libre a vous de tenter une coupe avec un plat de lame. L'ovalisation des poignées sur les armes tranchante est une obligation, faire croire le contraire est une HERESIE!!!

l'explication est ailleurs mais pas dans ce qui est proposé. CDLT

Bonjour, "l'explication est ailleurs mais pas dans ce qui est proposé",..... aller ne soyez pas avare, donnez la votre explication, et puis pour tout ce que vous avez découvert.... merci par avance.

Bonjour Patrick, bonjour GMD.

Patrick et GMD ont mis le doigt sur un point important. Quel usage O Sensei avait-il de la lance, et quel rapport entre la lance et le jo ?

GMD souligne la nécessité d’une angulation correcte du tranchant de la lame pour la coupe. Il a parfaitement raison. Et je vais aller plus loin que lui encore : l’angle de la lame est tout aussi important dans le cas d’une pique avec la lance, on ne pique pas avec une lame « à plat », le tranchant doit être perpendiculaire à l’exercice de la force. Je prends un exemple simple : si le plat de la lame est vers moi au moment où je débute le suburi choku tsuki, la lame arrivera obligatoirement à plat au moment de la frappe. Pour que la pique de choku tsuki soit effectuée dans de bonnes conditions, et que la lame arrive verticale au moment de l’impact, il faut donc que le tranchant de la lame soit orienté vers moi au départ du mouvement.

La pratique avec une lance véritable à deux tranchants développe la faculté d’orienter la lame dans l’angle correct, pour la pique aussi bien que pour la coupe, et il n’y a pas besoin pour cela de manche « ovalisé », pas plus qu’un violoniste n’a besoin de repères sur le manche de son violon pour savoir où se trouve le si bémol ou le fa dièse, c’est une question d’entraînement. Ce qui est tout à fait remarquable avec le déplacement que j’appelle la spirale d’O Sensei, c’est qu’il y a un rapport entre l’irimi-tenkan et l’angle pris par le tranchant de la lame : c’est la rotation du corps qui positionne les tranchants, et pas du tout un quelconque mouvement des mains autour du manche de la lance.

Pour répondre à Patrick, il est vrai qu’O Sensei utilisait parfois le jo comme une sorte de paratonnerre, dans le but d’unir en lui les énergies du ciel et de la terre, mais on voit clairement sur les vidéos que ce n’était pas du tout des mouvements de ce genre qu’il utilisait quand il s’agissait de frapper un adversaire. Il ne faut donc pas mélanger la pratique martiale et la pratique ésotérique qui peut naître de la pratique martiale quand elle est bien conduite.

Il est vrai également que le passage au jo, à partir de la lance à deux lames, a modifié les sensations au niveau de la manipulation de l’arme, et essentiellement celle-ci : avec le jo on a pris l’habitude de ne frapper qu’avec une extrémité à la fois. Avec la lance à deux tranchants, si les piques se font évidemment et nécessairement une extrémité à la fois, dans les coupes en revanche les deux tranchants sont actifs simultanément, chaque lame coupant un adversaire différent dans le même instant, dans une même hélice de la lance. Mais encore une fois, cet aspect des choses ne peut être perçu que si l’on a compris préalablement le principe du déplacement qu’utilisait O Sensei.

Philippe Voarino

bonjour Philippe, ce n'est certainement pas une question d'entrainement, l'exemple du violoniste est sans rapport, il a justement de multiple repère sur le corps de son instrument il a aussi conscience de la distance dans l'espace de son bras par rapport a son corps mais nous parlons "pour le jo" d'un manche rond sans aucun repère et hors de question de visualiser sa lame pendant le combat. a contrario c'est vrai que je n'est pas besoin de voir ou sont placé mes mains sur le jo, mon cerveau a intégré la longueur de l'arme cependant il y a toujours des variation de positionnement de quelques centimètres parfois , c'est a exclure lors de l'utilisation du tranchant d'une lame ,l'angle doit être parfait!!!

deuxième chose, vous dites "avec le jo on a pris l’habitude de ne frapper qu’avec une extrémité à la fois" QUI a pris cette habitude ? je ne vois pas surtout que la frappe ushiro tsuki existe depuis fort longtemps.

j'irai même plus les deux cote deux pointes du jo ne sont ni plus ni moins que les deux mains de tori, elles opèrent simultanément mais pas dans le même plan. BON sinon pour le reste je suis assez d'accord, comme quoi !!

cdlt

Phillipe, " la lame arrive verticale au moment de l’impact" etes vous sur de cela?

CDLT

mon cher ERIC, quel dommage de souligner les propos qui pourrai me mettre en porte a faux et pas ceux qui semble juste mais j'y suis habitué.mais comme je suis joueur(voir taquin) j'avais deja formulé des propositions encore faut il les lires!!
jouons un peu alors, et si la première coupe n'était pas obligatoirement percutante !!

j'ai pris les manies de Philippe, j'aime bien répondre par une question. cdlt

Bonjour Sensei - pardonnez mon raccourci sur utilisation de la lame mais soit on sait utiliser un yari soit on ne sait pas .... si on ne sait pas on ne l'utilise sinon c'est que l'on est idiot... ca revient a laisser un enfant utiliser une arme a feu (comme le font certains ) sans lui avoir appris a le faire ... on connait le resultat...donc ....

Bonjour Sensei - site tres interessant sur la ance yari -http://www.techniques-martiales.com/tm-forum/La-yari-ou-lance-japonaise-... - perso je doute fort que O Sensei considerait qu'il utlisait une lance yari a lame courbe tranchante, mais plutot une lance yari lame droite (pique)de ce fait je pense que c'est la raison pour laquelle il maniait le jo comme ce type de lance (en pique et pas forcement en coupe ) mais bon chacun est libre de faire ce qu'il veut en fonction de l'outil qu'il considere avoir entre les mains... je pense que c'est egalement pour cela que lors d'une attaque l'on peut projeter uké ,du fait que l'on ne considere pas le jo comme tranchant mais piquant - d'ailleurs sur les vieux livres de SAITO SHIHAN la photo des armes de O SENSEI montre bien une Yari avec bout en acier pointu et non tranchant . bonne pratique - salutations amicales .

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/comment/3036
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)