Au-delà de la méthode #32

Le problème de l’inversion inopportune des hanches

exemple : shiho nage

Il existe en Aikido deux règles importantes :

    • Tout mouvement d’Aikido définit une spirale dans l’espace.
    • Toute spirale entamée doit être menée à son terme.

Autrement dit, il n’est pas possible en Aikido de commencer une spirale, de s’arrêter à la moitié de son parcours, et de repartir dans un sens opposé.

Quand on dit que l’Aikido s’applique en dehors du tatami, dans la vie de tous les jours, en voilà au passage un bon exemple : il est nécessaire de terminer ce qu’on entreprend.

Pourquoi cette règle simple n’est-elle pas appliquée sur shiho nage ?

Il y a une raison essentielle : le mouvement authentique n’est généralement pas enseigné.

Il y a une raison secondaire : le mouvement authentique est destructeur, et la sécurité à l’entraînement rend préférable qu’il soit enseigné sous une forme adoucie.

On observe en effet que shiho nage est enseigné de telle sorte que la rotation qui est engagée dans un sens jusqu’au pivot de tori à 180°, est brutalement inversée au moment de la coupe finale. L’énergie accumulée par la rotation initiale est ainsi annulée au moment où tori devrait normalement la mettre à profit pour finaliser son mouvement. Parvenu au point où il a le bras d’uke au-dessus de sa tête, il arrête en effet sa rotation et coupe en sens contraire à sa rotation initiale, dans un mouvement sans élan, et sans utilisation possible des hanches qui sont bloquées en position hanmi. Cette inversion des hanches est inopportune, mais elle est beaucoup moins traumatisante pour uke car elle lui laisse l’espace nécessaire à la chute.

Cependant, comme on peut le voir sur la vidéo, le principe du déplacement d’Aikido n’est pas respecté dans cette forme d’exécution de la technique. La seule possibilité de faire shiho nage en respectant le principe de déplacement est de mener la spirale à son terme en amenant le pied avant vers l’arrière (en carré) sur la coupe finale.

Philippe Voarino, mars 2016.

Commentaires

Bonjour Philippe, Shiho nage que tu le présentes est effectivement destructeur mais pour revenir a ce fameux aller retour qui semble ne pas te convenir, j'ai une question qu'il me semble t'avoir déjà notifié, kote gaeshi, koshi nage, irimi nage sont aussi des aller retour qui, s'y ils sont effectués en linéaire pose problème mais pas en rotation il me semble, l'aikido doit pouvoir préserver si nécessaire autrui et pas de katame possible dans ce shiho nage alors qu'il l'est en inversant le sens. Je suis tout à fait d'accord sur le fait qu'à aucun moment il ne doit y avoir d'aller retour linéaire!!Mais la lemniscate propose une alternative intéressante. Ps: Eric ne va pas etre content mais je me fiche de son avis et des ses politesses personnelle. Cdlt.gilles

Cher Gilles,

tu te trompes à mon sujet, point d'opposition ou de conseil, je suis très content que tu continues à poser des questions d'apprentissage sur le forum, d'autres ne le font plus ou ne se posent même plus de question (de la même façon, je précise en rapport à leur formateur) parce qu'ils ont désormais suivi un "autre chemin" tout aussi louable, respectable et autant passionné....mes simples remarques concernaient ton écriture et formulation ( fautes d'orthographe, style, affirmations qui devraient-être des questions etc...), pour le reste, rassure toi , ta pratique est bien "authentique et passionnée", rien ne remplace le tapis....bref ne cherche plus à t'opposer aux autres, le mieux serait la rencontre, ...et quand bien même.... Bonne pratique et bon stage. Eric.

bonjour - désole mais le retrait de la jambe sur fin shionage n'est pas valable - au contraire la finalité est de faire un tai sabaki sur jambe avant - ce n'est pas moi qui fait cela mais bien de haut gradé qi ont recu l'enseignement de O SENSEI . cdt

ERIC, qu'elle interet aurais je a m'opposer aux autres, dans quel but? je ne fonctionne plus aux grades et je ne dirige pas de stage, je suis dans mon coin avec mes eleves et je ne fais desormais confiance qu'aux principes.N'est ce pas Philippe lui meme qui a avoué s'etre trompé alors avant de suivre Philippe aveuglement COMME tu le proposes, je verifie que ce qu'il nous donne fonctionne parfaitement ,d'ou mes questions et mes affirmations parfois. Désolé mais malheureusement cette année mon boulot ne me permet pas de retourner au stage d'ANTIBES . ps:Je dors tres bien.cdlt GILLES

Salut GMD, je comprends mieux désormais,....alors bon enseignement, bonne pratique, recherche et surtout beaucoup de plaisir avec tes élèves dans la voie de "l'aiki"... bien à toi.

bonjour , Dieu je ne comprends pas ta position,si tu es un pratiquant avancé tu sais que tu n énonces cela : ésole mais le retrait de la jambe sur fin shionage n'est pas valable - au contraire la finalité est de faire un tai sabaki sur jambe avant - ce n'est pas moi qui fait cela mais bien de haut gradé qi ont recu l'enseignement de O SENSEI . cdt par simple opposition federale ou autre ,mais cela est sans conviction car dénué de sens martial amicalement Serge

Rusty desolé mais O SENSEI et SAITO SHIHAN ne faisait as ce genre de retrait jambe sur shioange - j'en deduis donc que comme moi O SENSEI et SAITO SHIHAN ne pratiquait pas correctement l'aikido comme le montre donc la video VOARINO. pour ma part je prefere considerer que SAITO SHIHAN et O SENSEI etait plus "avancé" que TAI. cdt

Bonjour Patrick.

J'ai moi-même pensé pendant longtemps, comme tu sembles le penser aujourd'hui, que l'Aikido qui nous a été enseigné était tout l'Aikido, et qu'il suffisait, pour connaître cette discipline, de faire le mieux possible ce qui nous était ainsi donné pour tel. J'ai compris désormais que cela n'est pas suffisant.

Je sais que tu connais bien Tiki Shewan et que tu apprécies son enseignement. Il a écrit récemment un article excellent sur le rapport entre omote et ura dans les arts martiaux (Magazine Dragon Spécial Aikido). Je le cite :

"Souvent on est initié à une série de techniques dites omote waza. Cet ensemble de principes est généralement enseigné d'une manière qui cache leur vrai sens au moyen de modifications diverses (...) L'idée de la série omote faisait donc en sorte que le pratiquant devait creuser longtemps pour mettre à jour lui-même le véritable sens de cet ensemble de techniques (..).L'élément positif est que cette formule réussit très bien à dissimuler les secrets de l'école (...) Le mot kage désigne l'ombre et, dans ce sens, indique que ces techniques sont les ura waza de la première série : une face cachée des techniques que l'on connaît depuis ses débuts dans la discipline! C'est ici aussi que le vrai sens combatif de la technique est dévoilé."

On pense généralement que cette dissimulation des fondements de l'art est le propre des kobudo ( budo anciens), et que l'Aikido, en tant que shinbudo (nouveau budo) ne suit pas la même règle. Ce que j'ai découvert, et ce que j'essaie de montrer depuis quelques temps maintenant, c'est que l'Aikido obéit en réalité à la même loi. Ce qui est enseigné aux masses de pratiquants dans le monde, bien loin d'être tout l'Aikido, n'est qu'une vulgarisation : il s'agit de la version omote de l'art. Elle n'est pas inutile évidemment, mais elle n'est que la surface des choses. Il existe une dimension ura de l'Aikido, qui en est le cœur véritable, caché au-delà de l'apparence. Et puisque tu fais référence à maître Saito, je te rappelle le titre de son tout premier livre, opuscule aussi fondamental que méconnu : "L'Aikido, son cœur et son apparence".

Ainsi, la coupe en hanmi sur la jambe avant pour shiho nage est tout à fait acceptable pour autant que l'on comprenne qu'il ne s'agit là que de la version omote de la technique, la version visible par tous. Que tout le monde, partout et en pafaite lumière enseigne cette version (O Sensei compris) est précisément ce qui devrait donner à réfléchir, et à penser que la vérité du mouvement se trouve très probablement ailleurs.

Le seul fil directeur que nous ayons dans cette recherche ne peut pas être la référence à telle ou telle autorité, le seul fil directeur qui nous est donné est le principe qui est au coeur de l'Aikido et que j'essaie de dégager par mon enseignements et les articles de ce site.

Philippe Voarino

Philippe bonjour - merci pour l'article relatif a Tiki dans dragon - il est evident que je suis toujours en contact donc au courant de ce qui se passe ou parait - devant faire un stage sous peu avec un enseignant qui suit SAITO Fils apres a voir suivit SAITO Pere ,je ne manquerai pas de lui demander conseil sur finition de shionage avec retrait jambe comme tu le montres et en profiterai pour lui demander si SAITO Pere et fils pratiquent cette forme. je pense que SAITO pere a revelé cette facon de faire a ses fideles eleves.merci .cdt

Dieu, ne pose pas la question de la fin de shiho nage dans ton futur stage....mais bien de sa construction d

Re, navré, message envoyé par erreur de manipulation....

je reformule :

Dieu, si tu le peux, ne pose pas la question de la fin de shiho nage comme cela dans ton futur stage....mais bien de sa construction dans son ensemble de rotation....si retrait du pied il y a, c'est simplement la conséquence de la rotation continue de l'axe du corps et des hanches qui tiennent les jambes, donc les pieds....pas l'inverse....d'ailleurs beaucoup de débutants le font naturellement dans l'apprentissage, puisqu’on leurs dit de tourner après le passage sous le bras, donc ils tournent....après, souvent, on les corrige par convention ou en leurs disant qu'ils risquent de perdre l'équilibre ( normal, ils sont en hanmi la plupart du temps et non en carré, moment de la coupe....)

shiho nage ne me semble pas, comme l'Aiki, mouvements d'aller et de retour, mais bien une seule coupe en rotation comme "un tire bouchon", pour les autres techniques (kote gaeshi, etc...) les lemniscates sont continus pareillement, dans des angles et dimensions respectables....

Respectueusement.

bonjour Je vous remercie d e m'expliquer ce que vous appelez "lemniscates " bien cordialement Merci

bonjour Nouméa, hachi no gi gaeshi, le signe infini, un aller retour qui décrit une courbe. cdlt gilles

bonjour ERIC, je ne comprend pas cette explication "les autres techniques (kote gaeshi, etc...) les lemniscates sont continus pareillement, dans des angles et dimensions respectables" il n'y a pas de lemnsicate dans le shiho nage "de Philippe"juste une rotation dans le meme SENS et dans une spirale, il est possible de faire aussi les autres techniques de cette façon ,d'accord mais le classique kote gaeshi ou le uchi kaiten nage a besoin de cette lemniscate, attention je ne prétend pas que ce n'est pas possible de faire sans mais juste qu'il pourrait y avoir deux solutions. AVEC ou sans LEMNSICATE. cldt gilles

eric il est effectivement possible de retirer la jambe avant du fait de la rotation des hanches mais la rotation des hanches peut egalement etre accompagné par une rotation sur le pied avant et envoi du pied arriere vers l'arriere . ceci est egalement valalble dans le cas d'une coupe au ken - donc pas de souci je poserai la question car elle concernera surtout la face "cachéee" des techniques - en effet quelle utilité a enseigner et faire travailler des "fausses"techniques et a etablir un "programme technique" pour passage de grades ,si tout cela est "faux ".. de plus comment savoir QUI a vraiment recu l'enseignement "secret" . de lus un pratiquant faisant des erreurs pourra toujours affirmer que cela est la technqiue "cachée".. enfin cela laissse le champ ouvert a beaucoup de "faux espoirs" me semble t il .. bonne pratique - cdt

peu être, pour ne pas dévoiler au monde la réalité martiale de l'aïkido JAPONNAIS et donc par conséquence, apprendre l'Aikido "PEDAGOGIQUE" pour ne pas blesser gravement son prochain et faire de belle chute , tout simplement.

Bonjour Philippe , pour faire suite article sur "ura " serait il possible qu une des raison de techniques "cachées " ou " ura" soit la preservation des techniques vis a vis de pratiquants dont on ne peut savoir le veritable interet pour l'aikido ,ni le veritable engagement dans la durée de la pratique . de ce fait intutile de perdre du temps avec des pratiquants non "serieux ". cela pourrait etre une possibilité envisageable du fait que le fondateur lui meme ne montrait pas les techniques "vraies" lors de demonstrations ,il faisait ,obturer les fenetres du dojo lors de certaine pratique et refuser de faire des demonstrations si des yakuzas etaient presents. (d'apres de nombreuses personnes qui ont connu le fondateur).merci a toi .

Phillipe bonjour - les videos sur le site TAI montre pas mal de choses - mais justement n'est ce pas la un probleme - certains pratiquants pourraient penser avoir tout compris de la technique ares avoir vu et revu ces videos, s'appropprier la decouverte de la "face cachée" (tous ne sont pas honnetes) et surtout croire qu'ils maitrisent donc la technique alors que le probleme d'un fim justement c'est qu'il donne bien une image mais "aucun ressenti "de la technique...d'ou de plus en plus de polemique sur untel ou untel qui ne pratique pas l'aikido etctetc . je commence a en parler car apres etre "passé" entre les mains de divers enseignants je me rends compte que cela existe... surtout avec les pratiquants qui se retranchent derriere le fait que "les stages ca ne sert que pour passer des grades" et/ou " pas besoin de grades" etc etc . merci pour ton avis sur ce point . salutations.

Bonjor Phillipe - j'ai regardé rapidement programme technique ITAF - pourrais tu me dire si dans le programme ITAF il y a des techniques en quwariwaza et hanmi handachi - il ne me semble pas avoir vu ces formes dans le programme technique - si ces formes de travil ne sont pas dans le prgramme pourrias tu m'en faire cconnaitre les raisons - en effet le fondateur travaillait suwari et hanmi handachi - désolé pour cette cette question mais si ce genre de travail est "enlevé" pour x ou y raisons,cela me gene car je comprends pourquoi certaines ecoles "suppriment" de fait le travail des armes sous pretexte que cela n'est pas "necessaire" .c'est un peu du "nivellement" par le bas, comme cela se passe de nous jours dans l'education nationale ,pour avoir plus de reussite ,on abaisse le niveau . merci - salutations .

désolé pour les fautes de frappe ,clavier ordinateur assez usagé . merci de rectifier.

Bonjour Patrick.

Suwari waza et hanmi handachi waza, comme tachi waza et buki waza, font partie du programme de préparation à l'étude de l'Aikido. A ce titre, ils sont évidemment enseignés dans le cadre d'ITAF.

J'attire tout de même ton attention sur le fait que tous ces outils, aussi nombreux, variés et nécessaires soient-ils, ne constituent encore qu'un stade préparatoire à l'étude de l'Aikido, et que si nivellement il y a, ce n'est pas tant par manque de connaissance ou de pratique de telle ou telle technique, voire de telle ou telle branche de l'enseignement, mais bien plutôt par la confusion qui fait que l'on prend pour Aikido ce qui n'est jamais en réalité qu'une forme d'introduction à la pratique, une sorte de gymnastique préparatoire à l'Aikido.

Si tu veux une image, toute l'immensité du programme technique est là comme le doigt qui montre la lune, et nous regardons le doigt, et nous glosons sur le doigt jusque à la fin des temps.

Philippe Voarino

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/comment/2695
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)