Shomen Uchi Ikkyo Omote #1

Il est impossible d’exécuter directement shomen uchi ikkyo omote si uke attaque en premier. Tori doit attaquer le premier. Ce point est fondamental, c’est l’enseignement du Fondateur :

Tori : Faites un pas d’écart avec le pied droit, frappez aussitôt le visage de votre adversaire avec votre te-gatana droit (...)
Uke : Cherchez à parer la frappe du bras droit.
- O Sensei, BUDO p 45/46

Trois mouvements différents doivent ici être réalisés simultanément :

  1. écarter le pied droit,
  2. frapper le visage,
  3. saisir le coude d’uke avec l’autre main.

Si tori n’attaque pas le premier il ne peut pas obtenir le déséquilibre arrière d’uke, indispensable pour la suite du mouvement.

Cette notion est difficile à accepter pour tous ceux qui ont reçu l’enseignement que l’Aikido était un art de défense. C’est pourquoi il est bon de méditer sans a priori cette Parole du Fondateur :

Il ne faut pas se faire un problème de concepts relatifs comme le bien et le mal.

Autrement dit, si l’on veut comprendre l’Aikido, il ne faut pas chercher à le faire à partir d’un point de vue moral. La morale est une création humaine qui varie selon les époques de l’histoire de l’humanité et selon les régions du monde que l’on considère.

Aucun système moral ne peut rendre compte des lois qui régissent le fonctionnement de l’Univers. L’Aikido, qui obéit à ces mêmes lois, est lui aussi au-delà de l’interprétation morale.

Commentaires

pourquoi directement la main sous le coude ?

Bonjour,

Comment qualiferiez-vous le shomen Uchi Ikkyo Omote réalisé à l’aikikai ?

merci

Une erreur d’interprétation.

Quel est le point de contact par lequel la poussée de votre jambe arrière est transmise au corps d’aite en vue de le déséquilibrer ? Son coude. Il faut donc aller directement au coude. Le contrôle du coude est la clef du contrôle du corps. Sous le coude parce que la poussée s’exerce de bas en haut.

Simple mais efficace comme réponse !
N’est-il pas ?

Pensez-vous que que shomen uchi avec la main en te-gatana peux être une attaque efficace si elle frappe effectivement le visage, ou bien est-ce uniquement une manière d’indiquer la direction d’où proviendrait une attaque plus "sérieuse", avec une arme par exemple ?

l’attaque shomen part du bas et remonte,une attaque venant du bas est une attaque que l’on ne vois pas venir. C’est l’uppercut des boxeurs, notre champ visuel ne nous permet de voir venir ce qui vient du bas sans avoir le regard sur nos pieds.

De plus cette attaque à pour but de casser les cervicales, ce sont les vertebres les plus fragiles de la colonne, et une bonne attaque avec tout le poid du corps derriere peu faire beaucoup de degats. Regardez l’effet d’un uppercut meme sur un boxeur entraine à recevoir des coups, il est souvent signe de KO...

Sur la photo figurant dans l’article, la main droite qui attaque est placée devant le front. Comment l’attaque peut-elle être ascendante ?

Je dirai qu’on atteint là la limite de ce que l’on peut montrer sur une photo.

Le danger d’un article technique c’est qu’il pour but de cibler un point technique particulier, et ne met peut etre pas en avant d’autres points techniques tout aussi important mais dont ce n’etait pas le sujet. Surtout que ne l’oublions pas en 1938 quand O’Sensei decida de faire des photos pour illustrer son art, cela m’etonerai fort qu’il ai eu la possibilite de faire des prises en rafale.

Amicalement

Bonjour Matthieu J,

L’attaque shomen qualifiée par O sensei de "coup dévastateur qui accablera l’ennemi" (Budo p 37), et que vous indiquez être ascendante, correspond -t-elle à celle démontrée par maître Tadashi Abe dans le livre "Arme et Esprit samourai" (1958).

Par ailleurs, les surprenants enchaînements d’atemi décrits dans ce livre appartiennent-ils à votre sens au registre de l’Aikido souvent considéré comme un art de défense ? Dans ce cas la meilleure défense serait-elle alors l’attaque ?

Amicalement Kakuto.

Bonjour Kakuto

En effet on peut retrouver ce coup devastateur p116 du livre de Tadashi Abe "Arme et esprit samourai".

L’aikido n’est pas à mon sens un art de defense.Tout d’abord si l’aikido etait un art de defense cela voudrait dire que l’on agit qu’en réponse à une attaque.

Au travers de l’apprentissage on se rend compte qu’il existe un rapport domine/dominant qui évolue avec le temps.

Si le débutant est dominé par l’attaque, et à tendance à réagir après celle ci (d’ou l’importance d’un travail sur saisie en kotai pour l’apprentissage), l’expert sera dominant, c’est à dire qu’il sera capable d’ammener uke (l’attaquant) à attaquer là ou il le veut.

Et cette inversion des rôles provient de la compréhension de ce que peut être une attaque.

Il est souvent dit dans les arts martiaux que toute attaque cree une ouverture.

A mon avis cette phrase a été bien souvent prise à l’envers. On peut comprendre que l’attaque aura obligatoirement une ouverture ou tori pourra rentrer, et dans ce cas là, effectivement, l’aikido pourrait etre considere comme un art de défense. Mais dans ce cas la notion de vitesse rentrerai en compte et s’il est quasiment impossible à vitese réelle de voir l’ouverture, il est surtout important de comprendre qu’il n’est pas question de vitesse en aikido mais d’awase.

Par contre si l’on considere que l’on est l’attaquant, l’attaque (ou la position du corps) que l’on va cree va comporter une ouverture, et cette ouverture sera le seul salut pour uke de pouvoir rentrer.

Et c’est en integrant et comprenant ce qu’est une attaque avec ces points forts et ces points faibles, que l’on va pouvoir prendre l’ascendant sur uke. Car celui entrant dans ce qu’il a perçu comme une ouverture ne se rend pas compte qu’il est deja "mort".

Pour illustrer ceci et essayer de rendre cela encore plus clair, prenons l’exemple du 1er kumi jo.

Uke jo va creer une ouverture pour que uchi jo puisse attaquer tsuki. ce qui semble être une ouverture correspond en fait au debut de l’attaque gaeshi tsuki. Donc le mouvement d’ouverture est en fait le debut du mouvement de l’attaque. Bien entendu quand ce type de mouvement est travaille en kotai il peu tres vite perdre son sens et alors juste devenir une ouverture.

En comprenant que chaque ouverture des kumi jo, kumi tachi, ken tai jo est en fait le mouvement initial d’une attaque, on peut alors voir l’aikido non plus comme un art de defense mais d’attaque.

Quand on se rend compte au travers d’un travail plus libre qu’un exercice kotai que la position dans laquelle on met notre corps, l’angle que l’on prend par rapport à uke, ne laisse lui guere de choix pour attaquer, toutes ces sollicitations ne sont rien d’autre que des attaques déguisées.

Bonjour Maître, bonjour à tous.Merci de m’accueillir sur votre forum.
Je suis un modeste pratiquant de la FFAAA (nul n’est parfait).Voilà deux ans que je consulte de temps à autre votre site avec intérêt. J’ai longtemps hésité à m’inscrire mais n’y tenant plus, je me décide enfin.

"Il est impossible d’exécuter directement shomen uchi ikkyo omote si tori n’attaque pas en premier".

Au regard des différents documents écrits et photographiques montrant O sensei pratiquer cette technique, on conçoit effectivement assez facilement que c’est le seul moyen d’obtenir un déséquilibre suffisant du uke.

Je souhaiterais toutefois vous poser une série de questions afin d’éclaicir cette notion qui apparait fondamentale, puisque si je reprends vos propos, vous qualifiez le shomen uchi ikkyo de l’aîkikaî d’erreur d’interprétation.
Notez par avance que je ne me permettrai pas à priori de contester ce fait au regard des éléments historiques que vous évoquez dans plusieurs articles.

Ma première question,qui peut paraître futile,sera la suivante : Quelle est la signification littérale de shomen uchi ?

La traduction qu’en proposent les différentes "méthodes" auxquelles j’ai été confronté est la suivante : Coup de face à la tête avec le tranchant de la main.
Etes vous d’accord avec cette traduction ?

Bonjour Phil.

Le terme shomen en japonais indique à la fois ce qui est devant et élevé. Cette notion d’élévation explique pourquoi le kamiza est aussi appelé le shomen : c’est le lieu qui est devant et qui est élevé, comme l’est un autel.

Shomen uchi, pour ce qui concerne la pratique, c’est donc porter un coup devant la partie élevée du corps, c’est à dire la tête.
Le point important ici c’est que ce coup peut être ascendant aussi bien que descendant, pourvu qu’il soit frontal.

Shomen uchi a été enseigné pendant longtemps comme un coup exclusivement descendant. C’est je crois pour cette raison qu’existe aujourd’hui ce problème de compréhension de la forme irimi d’ikkyo.

Philippe Voarino

Merci de m’avoir répondu aussi rapidement.

Je crois donc comprendre pourquoi je ne trouve aucune trace de l’attaque Jodan tsuki dans les ouvrages de Saito sensei que j’ai pu consulter, ni du reste dans le programme d’examen TAI de passage de grade.

C’est que tout simplement Jodan tsuki c’est...Shomen uchi.

L’erreur d’interprétation sur shomen uchi ikkyo omote explique sans doute alors pourquoi considérant que l’attaque était descendante il fallait "inventer" une attaque ascendante ?

Pouvez vous me confirmer qu’en fait, que l’attaque vienne du haut ou du bas,dans la mesure où elle est frontale, elle sera à traiter selon les mêmes principes ?

Et que dans ce contexte bien évidemment il est impossible de réaliser "jodan tsuki" ikkyo omote si tori n’attaque pas le premier...

Un dernier détail m’interpelle cependant.Dans votre programme d’examen vous demandez de démontrer les techniques, mais compte tenu de ce qui précède et si toutefois je n’ai pas fait d’erreur en confondant jodan tsuki et shomen uchi, comment démontrer shomen uchi ?

Merci pour votre réponse dans le cahier technique Irimi 2, cependant, et avant de vous poser des questions sur la technique shomen uchi ikkyo elle même, je me permets encore d’insister sur l’attaque.

Vous dites que l’on ne peut pas assimiler Jodan tsuki et Shomen uchi.

J’ai moi-même une édition récente de BUDO et je lis à la page 37 à entrainement Shomen : "Frappez indifféremment de la main droite ou de la main gauche. Employez le Te-gatana ou le poing...".

Si je m’en tiens à cette phrase et à la définition de Shomen uchi que vous m’aviez donné précédemment (coup frontal qui peut être aussi bien ascendant que descendant) j’ai du mal à comprendre...

Sauf à ce que Jodan tsuki ne soit peut être qu’une forme d’attaque Shomen uchi et non pas assimilable à Shomen uchi dans son ensemble.

Est-ce bien cela dont il s’agit, ou n’ai je toujours pas compris ?

D’autre part est-il alors possible de réaliser Shomen uchi ikkyo omote si uke attaque Jodan tsuki ? Merci encore de vos conseils.

Bonjour

Par analogie a la boxe , jodan tsuki est un direct . Uke projette sa force et son energie vers l’avant . c’est ce desequilibre qui sera utilise .

Shomen uchi est different dans le sens ou l’on utilise le mouvement ascendant du bras de uke pour trouver un desequilibre arriere .

En me relisant , je m’apercois que j’ai utilisé quelques racourcis .

Donc jodan tsuki est un direct a la face . C’est clair .

Shumen uchi est un mouvement vertical , ascendant ou descendant qui a pour objectif la tete de tori . Et donc , c’est la phase ascendante qui est utilisée ( et oui avant de descendre , il faut bien monter ) sur ikkyo omote .

Bonjour Geher,

Cette histoire d’attaque aura décidément pris du temps et j’espère qu’elle n’aura pas paru trop superflue.

Certains débutants se posent en effet beaucoup de questions et je crois que c’est important de pouvoir leur apporter des réponses cohérentes.

Je résume donc :

Jodan tsuki est un coup de poing direct à la face. De ce fait, il entraine un déséquilibre avant pour celui qui le donne. Ikkyo omote ne pouvant s’obtenir au départ qu’avec un déséquilibre arrière de uke, il n’est pas possible de réaliser Jodan tsuki ikkyo omote si uke attaque le premier.

Shomen uchi est une attaque de face ascendante ou descendante et cette attaque initiée par tori, entrainera chez uke, voulant s’en protéger, le déséquilibre arrière necessaire à la réalisation de ikkyo omote.

Est-ce enfin clair et êtes vous d’accord ?...c’est important pour la suite... Merci pour votre réponse.

Bonjour, c’est encore moi.

J’en profite pour compléter mon propos et avancer quelques arguments pour essayer d’y voir un peu plus clair...

Il semblerait que jodan tsuki ikkyo omote soit possible lors d’une attaque initiée par uke, mais avec la forme où l’on prolonge le déséquilibre sur l’avant en prenant un angle.

Si tel est le cas, est ce parce que sur jodan tsuki le bras de uke est tendu que cette forme est possible, contrairement à shomen uchi où le bras présente une angulation, et ce, que l’attaque vienne du bas ou du haut.

Merci de bien vouloir me répondre.

Bonsoir Phil.

Si uke attaque jodan tsuki ikkyo il est effectivement possible de faire ikkyo. Il faut dans ce cas absorber l’énergie qui arrive sur vous, c’est-à-dire pivoter vers l’arrière en accompagnant et en prolongeant la force d’uke en utilisant l’extension de son bras pour le "coller" au sol devant vous en développant le sentiment de couper shomen avec un sabre, l’avant bras d’uke représentant alors la tsuka du sabre.

Mais ce faisant, votre corps prend un angle qui le place légèrement sur l’extérieur d’uke. Du côté de son dos plutôt que du côté de son ventre si vous voulez. Dans un tel cas, vous ne pouvez donc pas parler comme vous le faites d’ikkyo omote. Car ikkyo omote est un mouvement ikkyo dans lequel votre corps entre dans l’espace situé vers la projection du ventre d’uke.

Pour que les choses se mettent progressivement en place en Aikido, il est important de bien comprendre la distinction entre les mouvements omote et les mouvements ura. Et il est plus important encore de ne pas confondre le concept omote/ura avec celui d’irimi/tenkan et de ne pas employer indifféremment l’un à la place de l’autre car ce sont des choses sans rapport. La confusion sur ce point est un obstacle majeur à la progression.

Philippe Voarino

Bonjour Maître et merçi de cet éclairage sur la forme jodan tsuki ikkyo qui dans le cas que j’évoquais n’est donc pas une forme omote.

Ce que j’écrivais le 3 août en réponse à Geher semble donc se confirmer ; il n’est pas possible de faire ikkyo omote sur jodan tsuki si uke attaque le premier, mais en revanche , la forme ura ( que je pensais être en fait une forme omote) est elle possible.

Mais alors, et pardonnez par avance mon acharnement, est ce à dire que la forme ura de ikkyo est possible sur shomen uchi si uke attaque le premier ?

Pleasfeee readyfheeachievement and youf waerrant high-fstrune toe o morffeour e-class artifecles.
tramadol buy soma tramadol 50 mg

Bonjour Maître et ,quoique tardivement, tous mes voeux pour cette nouvelle année.

J’ai longtemps hésité à revenir à la charge sur Ikkyo omote. Il y a deux ans lorsque j’ai découvert votre site c’est vrai que débordant de curiosité j’ai posé beaucoup de questions concernant notamment la forme omote de cette technique.

J’y reviens donc avec un autre regard et après avoir pris connaissance de tout ce dont votre site s’est enrichi à propos de cette technique.
Et je me permets de vous soumettre une vidéo montrant l’actuel Doshu effectuant Ikkyo omote sur une attaque Shomen uchi dont le lien est le suivant :

http://www.youtube.com/watch ?v=ZLZEbaKKQNc

J’ai pris bien évidemment volontairement comme exemple le petit fils d’O sensei réalisant cette technique.
L’actuel Doshu doit théoriquement enseigner et transmettre la "pratique juste"...

Vos différents articles, démonstrations et explications mon jusqu’à présent convaincu et m’on fait comprendre pourquoi cette pratique pouvait en fait être assez sensiblement différente de celle d’Osensei.

Toutefois j’aimerais que de façon tout à fait objective nous examinions encore cette technique.
L’avantage de cette vidéo c’est quelle présente des images en vitesse normale et au ralenti...

Si vous me permettez, je vais, dans un premier temps examiner l’argument qui consiste à dire que l’enseignement du fondateur dicte que c’est Tori qui doit attaquer. Je le fais non pas parce que je pense que c’est inexact,
je ne me le permettrai pas, je le fais parce que c’est théoriquement une condition sine qua non à la réalisation de la technique.

Sur la vidéo on voit le Doshu prendre contact avec le coude de uke par en dessous. A priori le coup semble pouvoir être paré, même si uke attaque le premier, et dans la mesure où la parade se développe de bas en haut sous le coude cela génère un déséquilibre arrière de tori.

L’action de coupe sur uke va ensuite se développer vers l’avant et précède l’engagement du hanmi droit permettant d’obtenir le déséquilibre avant.
A priori le Doshu fait irimi tenkan (Un hanmi s’engage quand l’autre s’efface).

Puis le déséquilibre se prolonge vers l’avant avec un changement d’angle sur un déplacement O irimi à priori.

Visiblement cela fonctionne.
Deux possibilités s’offrent alors à moi.

La première qui est de considérer que cette vidéo est une "pantomime" avec un uke complaisant. Je ne me permettrai pas de le penser(Vous voyez je prends des précautions).

La deuxième, qui permettrai de se situer à un autre niveau en posant alors la question suivante : Pourquoi ce mouvement qui apparemment est effectif dans sa réalisation, qui semble créer et prolonger un déséquilibre en respectant le principe Irimi tenkan ne peut pas être considéré comme un mouvement d’Aikido.

Bonjour Phil.

J’ai essayé de voir cette vidéo mais le lien ne mène nulle part.

Quoi qu’il en soit je ne pense pas qu’elle soit très différente de ce que j’ai vu Kisshomaru faire à l’Aikikai ou bien à Iwama quand il venait donner ses démonstrations pour les gens du village, selon les commémorations dans le dojo ou dans l’Aiki jinja. Je n’étais pas uke mais j’étais sur le bord du tapis et c’est un bon point d’observation.

Je crois que le discours théorique peut donner lieu à bien des débats, mais le point essentiel qu’il ne faut surtout pas perdre de vue est celui-ci : un coup arrive vite. Essayez une seconde d’attraper par en-dessous (dans la dynamique d’ikkyo omote) le coude d’un boxer qui a un peu de métier quand il vous frappe au visage avec un direct du droit. Vous comprendrez ce que je veux dire. Il faut absolument coller à la réalité physique sinon on s’égare.

Ce qui n’interdit pas la métaphysique, car soyez conscient de ceci : la métaphysique n’est pas l’opposé de la physique, c’est la continuité de la physique bien comprise. Il existe bien une spiritualité dans l’Aikido mais elle n’est pas construite sur les interprétations fantaisistes des hommes, elle est construite sur la réalité, à partir de l’ordre véritable des choses de ce monde. Cet ordre est admirable et il faut l’accepter. Avec respect il faut emprunter le chemin qui nous est indiqué. Il n’y a que cette manière d’avancer sur la route de la connaissance. Sans cela les années passent et l’on marche évidemment, mais on tourne en rond, et la fin de ce voyage peut être amère.

Philippe Voarino

Merci pour votre réponse et désolé pour le lien.
Je vous le redonne à tout hasard après l’avoir copié :

http://www.youtube.com/watch ?v=ZLZEbaKKQNc

Quoi qu’il en soi, j’entend bien votre réponse, mais sur la vidéo en question il s’agit d’un coup de haut en bas et pas d’un tsuki.

Or, et sans vouloir vous offenser, en assimilant une frappe descendante
(je prends en compte le fait que vous n’avez pas pu voir la vidéo) à l’exemple d’un coup direct tel qu’un boxeur pourrait le donner, ne change t-on pas le "contexte" de l’entraînement et ne se retrouve t-on pas dans une situation ou effectivement la forme omote n’est plus possible....

Merci pour votre réponse et désolé pour le lien.
Je vous le redonne à tout hasard après l’avoir copié :

http://www.youtube.com/watch ?v=ZLZEbaKKQNc

Quoi qu’il en soi, j’entend bien votre réponse, mais sur la vidéo en question il s’agit d’un coup de haut en bas et pas d’un tsuki.

Or, et sans vouloir vous offenser, en assimilant une frappe descendante
(je prends en compte le fait que vous n’avez pas pu voir la vidéo)à l’exemple d’un coup direct tel qu’un boxeur pourrait le donner, ne change t-on pas le "contexte" de l’entraînement et ne se retrouve t-on pas dans une situation ou effectivement la forme omote n’est plus possible....

Bonjour Phil.

Je ne peux toujours pas voir la vidéo mais ce n’est pas grave.

Quand on dit shomen uchi on pense généralement à un coup porté de haut en bas à la tête. Ce n’est pas faux mais c’est incomplet.

En Japonais le mot shomen signifie ce qui est élevé. Dans un dojo on fait par exemple le salut au shomen. Dans ce cas le shomen c’est évidemment le kamiza. Quand on frappe un homme au shomen on frappe donc sa tête. Et faites ici très attention : on ne frappe pas "shomen", on frappe le shomen. Ce qui veut dire que la frappe du shomen peut s’effectuer aussi bien de haut en bas que de bas en haut. C’est très important car dès lors le mouvement qui porte votre main au-dessus de votre tête n’est plus simplement un mouvement préparatoire à l’attaque descendante qui va suivre, c’est déjà une attaque shomen uchi.

Celui qui conçoit l’attaque shomen uchi comme une attaque exclusivement descendante se condamne à créer une ouverture béante dans sa garde à chaque fois qu’il monte sa main au-dessus de sa tête. Ce qui explique qu’il soit éventuellement possible de contrôler son coude.

Autrement dit,ce que l’on appelle shomen uchi c’est aussi bien le mouvement ascendant que descendant du kokyu, ce qui fait qu’il n’y a pas comme on le pense généralement deux phases : une qui consisterait à armer seulement et une autre qui consisterait à frapper, il n’y a en réalité qu’une attaque perpétuelle. En Aikido l’attaque est perpétuelle, c’est cela le sens profond d’irimi. Il n’y a pas de phase préparatoire à...

Quand shomen uchi est porté de la sorte, c’est à dire dans les règles de l’art, la manière d’exécuter ikkyo omote de Kisshomaru est absolument inapplicable.

Maintenant Phil, essayez de voir la conséquence de ce que je viens de dire concernant la pratique à mains nues pour la pratique de shomen uchi avec un sabre ou avec un jo.

Philippe Voarino

Merci beaucoup pour votre réponse.

Bonjour Phil,

un petit bug sur le site empêche de copier coller correctement votre adresse url.
Je la met donc sous la forme d’un lien :

Vidéo Doshu Ikkyo

A bientôt,
François

Bonjour François et merci pour le lien.

Bonjour Phil.

J’ai vu la vidéo grâce à la baguette magique du webmaster que je remercie de son intervention. Et je voudrais donc compléter mon dernier post à ce sujet.

Il n’est pas impossible à uke d’attaquer d’emblée avec un shomen uchi descendant. Mais il faut dans ce cas que son coup soit préparé, "armé" si vous préférez, à une distance qui ne permette pas à tori d’intervenir.

Ce qui choque dans la vidéo de Moriteru, c’est le manque total de compréhension du maai de la part d’uke. Le maai détermine ce qui est possible et ce qui ne l’est pas. Il y a trois distances type : too-ma, chika-ma et uchi-ma. Too-ma c’est la grande distance, il est encore temps de s’en aller et d’éviter le combat. Chika-ma c’est la courte distance, il n’est plus temps de s’en aller mais les deux adversaires ne sont pas à portée immédiate l’un de l’autre, ils ont encore besoin d’un pas pour se toucher. Uchi-ma c’est la distance de frappe où chaque adversaire peut toucher l’autre par une simple extension du bras.

La seule distance à laquelle uke peut éventuellement armer son coup sans risque est too-ma. Il devra ensuite avancer pour frapper. Le même mouvement exécuté à la distance chika-ma est une faute grave pour uke parce qu’il ouvre à tori une véritable autoroute : ce n’est pas seulement son coude qui est vulnérable, c’est son visage, sa gorge, ses côtes, son plexus. Le même mouvement exécuté à la distance uchi-ma est une absurdité.

A distance rapprochée, l’attaquant ne peut donc utiliser le shomen uchi que dans sa forme ascendante. C’est justement ce que fait O Sensei. Et c’est pour cela qu’il peut réaliser la technique ikkyo omote. Du point de vue des deux conceptions de l’Aikido "self-défense" et de l’Aikido "amour", c’est une hérésie bien évidemment que l’attaquant puisse réaliser la technique et l’emporter. Alors, comme une telle situation ne collait pas du tout avec ces deux théories simplificatrices de l’Aikido, on a préféré sacrifier la logique et la réalité du mouvement plutôt que de se demander si par hasard l’Aikido n’était pas un peu plus complexe que ce à quoi on avait tendance à le réduire.

Si vous voulez trouver une situation comparable avec l’aiki-ken, représentez-vous une seconde ce qui se produit lorsque les deux adversaires sont en garde chudan, pointes des sabres croisées et que l’un d’entre eux a la mauvaise idée de monter le sabre au-dessus de sa tête : à l’instant même où son sabre parvient au-dessus de sa tête, sa gorge est traversée par le sabre d’uketachi. Ceci est la conséquence inévitable et incontournable du principe d’awase.

Autrement dit, la technique ikkyo omote telle qu’elle est exécutée dans cette vidéo par Moriteru ne fonctionne que dans la mesure où uke commet une erreur grossière d’appréciation du maai. Une telle erreur est toujours possible bien entendu, mais c’est une erreur. Présenter cette erreur comme une base systématique du travail d’ikkyo et exiger que tous les uke du monde attaquent en dépit du plus élémentaire bon sens afin que la technique ikkyo omote devienne possible me semble présenter quelque contradiction avec les exigences d’un maai rigoureux.

Mais bien sûr tout cela c’est de l’Aikido "officiel" puisque sauf erreur cette vidéo est présentée et s’inscrit dans ce cadre. Pour ma part à l’Aikido officiel je préfère l’Aikido authentique.

Philippe Voarino

Merci enore pour ces précieux commentaires qui vont me permettre de donner un peu plus de sens à ma pratique.

Je dois aussi reconnaître avoir apprécié votre dernière phrase...

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/shomen-uchi-ikkyo-omote-1
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)