SHIODA/SAITO # 4 - Sokumen Irimi nage

Photos tirées du livre Dynamic Aikido by Gozo SHIODA et Aikido par Kisshomaru Ueshiba

O Sensei comme Shioda comme Saito enseignent que sokumen irimi nage doit être exécuté au contact rapproché du corps d’uke, hanche contre hanche, et que la jambe arrière doit être dans une extension impeccable.

Aujourd’hui, c’est flagrant sur les photos ci-dessus, ce maai n’est plus respecté, la projection est faite à bout de bras sans puissance ni réalité et la jambe arrière est pliée.

Commentaires

Le sokumen de Kisshomaru Ueshiba est-il juste ou faux ? Je ne saurais le dire. Je n’ai pas l’expérience nécessaire pour infirmer ou affirmer. Dans mon dojo, nous pratiquons le sokumen irimi nage comme O’Senseï...enfin comme O’Senseï non bien entendu, il serait idiot de dire "comme O’senseï" mais la forme reste semblable à celle présente sur la photo du fondateur. Nous devons travailler corps contre corps en gardant la notion de centrage, hanche contre hanche cela je pense l’avoir compris.

Par contre j’aimerais savoir pourquoi doit-on garder la jambe arrière en extension ? Peut-on aussi travailler en non-extension ? un peu comme sur la photo de Kisshomaru ueshiba ? en position "kibadachi", enfin tout en gardant un contact étroit ce ma aï juste, entre les deux partenaires ?

Bonjour Ono-San.

J’ai copié-collé la phrase ci-dessous dans la rubrique SHISEI, article "La jambe arrière" de ce site :

Cherchez l’erreur… Quand la jambe arrière plie, le buste a tendance à partir vers l’avant, il est impossible alors que le shisei soit correct. Inévitablement la puissance transmise par la poussée est alors plus faible qu’avec la jambe en extension.

Vous avez à la page en question une très belle photo d’O Sensei en sokumen, jambe arrière en parfaite extension pour illustrer ces propos.

Pourquoi la jambe arrière doit-elle être en extension au moment de la projection ? Parce qu’à ce moment vous poussez et que vous avez besoin de transmettre toute la puissance de votre rotation. Si la jambe est pliée elle ne peut transmettre qu’une puissance moindre.

La jambe arrière n’est pas en extension tout le temps évidemment, elle ne l’est qu’au moment de la projection ou de l’immobilisation, c’est à dire aux moments où tori a besoin de toute sa puissance et de toute sa stabilité. A tout autre moment - c’est à dire quand il doit se déplacer - les genoux et les jambes sont souples bien-sûr.

Philippe Voarino

à Phillipe Voarino,

Je suis allé voir l’article dans la rubrique shisei. il y a des photos intéressantes issues du livre Budo que j’ai reconnu.
Je l’ai en ma possession depuis peu, car Saito Senseï faisait souvent référence parait-il de ce livre très détaillé. Pour accentuer rma recherche je me le suis procuré. et ne serait-ve que pour ma culture personnelle il est très enrichissant. En tout cas, merci pour votre réponse, elle m’est très utile pour la poursuite de mon apprentissage de l’aiki.

cordialement,

Ono-San

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/shiodasaito-4-sokumen-irimi-nage
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)