Morote Dori Kokyu Nage ou Sokumen Irimi Nage - Temps par temps

Uke est dans cette technique projeté vers l’arrière, c’est ce que l’on voit et assez naturellement on se contente souvent de pousser vers l’arrière.

Le problème est qu’il n’est pas possible à tori de projeter uke directement vers l’arrière.

On voit clairement sur la photo 1 qu’uke doit dans un premier temps être déséquilibré vers l’avant (regardez attentivement : avant ne veut pas dire vers son pied avant mais vers son déséquilibre avant, ce qui est bien différent).

O Sensei résumait ainsi le travail de tori dans le premier temps : « kata mo hiji mo koshi mo kimochi o sagete » (abaissez l’épaule, le coude, la hanche et le sentiment). C’est l’ensemble de ces éléments qui provoque le déséquilibre avant d’uke.

La rotation ainsi amorcée se termine par le déséquilibre d’uke vers l’arrière et sa projection vers l’arrière.

La photo 4 permet de comprendre que la deuxième clef fondamentale nécessaire à la réussite de ce mouvement est l’irimi : il doit être suffisamment profond pour que le centre du corps de tori capture le centre du corps d’uke.

Commentaires

Bonjour Philippe,

Si j’avais bien compris lors des stages, Morihiro SAITO ne faisait pas la technique de cette manière(telle que dans l’article)mais plutôt de la façon qui fut exposée, c’est à dire sans se retourner à 180° à la fin. Cela pour 3 raisons, en se tournant :

1-On quitte de vue la ligne d’attaque

2-Uke lors de sa chute peut asséner un coup de pied suite à l’ouverture des bras de Tori

3- Il y a risque d’être entrainer par lui lors de sa chute.

Il apparait, tel que montré dans l’article, qu’on peut faire la technique en pivotant à 180° par rapport à la position de départ.

Donc la question est :
Pourquoi la technique Morote Dori Kokyu Nage peut être faite des 2 manières ? Faut-il privilégié le travail de l’une par rapport à l’autre ?

Merci par avance pour tous les éclaircissements qui pourront être apporter.

Ahmed

Bonjour Ahmed.

La rotation sur les photos n’est pas comme tu l’indiques à 180°, plutôt à 90°. Mais il y a malgré tout un problème et je suis content de ta question.

La réponse est celle-ci. En Aikido il n’existe pas de technique qui ne commence par hito e mi et il n’existe pas de technique qui ne finisse par hito e mi. Hito e mi est la position unique de l’Aikido. Quand les pieds sont en hito e mi, le corps est en hanmi.

Dans la projection morote dori kokyu nage ou sokumen irimi nage, le hito e mi doit rester dirigé vers l’avant bien que l’action de projection soit vers l’arrière. Ainsi que je l’ai déjà expliqué, la position finale est exactement la même que celle adoptée lors du troisième suburi de jo : ushiro tsuki.

Donc quand Voarino finit ce mouvement dans une position qui a légèrement dévissé par rapport au hito e mi, cela veut dire qu’il stabilise par une rotation des pieds un entraînement de son corps vers l’arrière, chose qui ne serait pas arrivée s’il avait verrouillé la position hito e mi en "poussant" la jambe avant vers l’intérieur.

Ahmed, j’ai été un peu provocateur en publiant ce cahier technique qui est en opposition avec mon enseignement récent. Mais je voudrais simplement faire réfléchir sur ce point et sur l’exécution de cette technique si importante dans la pédagogie issue de maître Saito qui lui non plus ne terminait pas kokyu nage en hito e mi.

Philippe Voarino

Bonjour Sensei Philippe,

merci pour la réponse. Toute provocation instructive est la bienvenue. Que la réflexion continue.

Ahmed

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/morote-dori-kokyu-nage-ou-sokumen-irimi-nage-temps-par-temps
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)