Le déplacement d’O Sensei #7

Les six directions extérieures

Les 3 premières directions extérieures sont initiées par le pied avant

Direction extérieure n°3

Dans la direction extérieure n°3, aite, l’adversaire, vient de la droite:

Le déplacement expliqué ci-dessus est illustré par la photo suivante d’O Sensei (Shingu, vers 1960), qui utilise dans ce cas la troisième direction extérieure pour réaliser irimi :

Au moment de l’attaque, O Sensei était en hidari hanmi face aux spectateurs. Sur le cliché, on voit que son pied droit est extrêmement ouvert vers la droite. Or il ne s’intéresse nullement à l’uke qui se trouve à sa droite (dans le cas contraire, il l’aurait déjà saisi à ce stade).

Cela suffit à démontrer qu’il est dans la phase intermédiaire d’une rotation vers sa gauche. Dans la fraction de seconde suivante, il va donc compléter son pivot et saisir l’uke qui se trouve à sa gauche sur la photo. Son pied droit aura alors terminé lui-même son pivot vers la gauche, comme indiqué sur le schéma de la direction extérieure n°3.

Rappel important :

Il faut garder à l’esprit que dans le mouvement véritable, t et t’ sont confondus en un temps unique.

Ceci est la conséquence naturelle, inéluctable, de la cause initiale du mouvement qu’est la rotation de l’axe : en tournant sur lui-même comme le fait un cylindre qui se met en rotation, le corps ne peut pas lancer un pied après l’autre, il lance nécessairement les deux pieds en même temps : les pieds avant et arrière bougent donc ensemble (cf. Déplacement d’O Sensei #6).

Commentaires

bonjour Philippe, Vous venez de me donner la reponse, merci. Par contre je comprend le mouvement 7 mais pas sa logique et je m'en explique pourquoi faire une rotation de 210° (donc en presentant mon dos un court instant) n 'aurai je pas interet a rentrer happo giri entre les deux attaquants( de face et de droite) et ainsi trancher celui d'en face et continuer mon attaque sur celui de droite (a mon depart) il y a bien des attaques ou mon dos passe devant AITE mais une coupe previens tout risque ce qui n'est pas le cas ici. cordialement. gilles

bonjour Philippe, Concernant la photo d'OSENSEI, il semble qu'il soit entré sur l'attaquant d'en face via kote gaeshi MAIS en controle seulement ).S il avait utilisé le deplacement dont vous parlez il aurait sa main en controle sur le bout du JO d'aite (a sa gauche sur la photo) et le pied droit d 'OSENSEI sur la photo serait dans la direction opposée.Pour moi le mouvement est terminé reste a reprendre une spirale d'un coté ou de l'autre. TOUT ceci ne sont que des interpret

cordialement. gilles

la suite !!! ation d'images et rien ne vaut une video.

Bonjour Philippe,

Pour faire suite à nos discussions et interrogations durant le stage d'Héricourt.

  • Il y a Hanmi pour la position de garde, ok!
  • La "position" (tu comprends pourquoi je l'écris entre guillemets :) ) que tu nous montres avec tes carnets!
  • Enfin, tu nous démontres ici qu'il y a bien hito e mi entre la "position" intermédiaire!!

Certes, tu dis que les pieds se déplacent simultanément ainsi on ne peut plus voir ce qui est dans l'intermédiaire. Mais si on considère que le mouvement commence et s'arrête sur Hanmi, une position, Hito e mi et la "position" que tu décris ne ce voient plus mais existent belle et bien! Nous avons alors 2 intermédiaires dans un seul déplacement.

Bien à toi

Bonjour Gilles.

La position du pied avant d'O Sensei exclut une entrée de type kote gaeshi sur l'uke qui est à sa droite sur la photo.

Si l'entrée est bien celle que je décris, O Sensei est en cours de rotation, et son pied droit est sur le point de pivoter vers l'uke de gauche. Il est normal qu'il n'ait pas encore saisi cet uke. Il ne va pas saisir ou frapper avec la main gauche, car la rotation qui est en cours amène sa hanche droite en position de hanche directrice. C'est donc à la main droite d'agir à ce moment.

Philippe Voarino

Bonjour Thomas,

Du fait que les deux pieds se déplacent simultanément, on pourrait dire dans le meilleur des cas que le passage par hito e mi est ici virtuel. Mais peut-on véritablement continuer à parler d'hito e mi dans un tel contexte ?

Philippe Voarino

Bonjour Philippe,

Je suis d'accord avec toi, il est dangereux de s'arrêter sur un moment et j'irai un plus loin dans la réflexion.

A ce stade, il n' y a plus de positions, il y a juste irimi-tenkan! A ce stade, on ne peut plus s'attarder sur le placement des pieds puisqu'ils ne sont pas utile à irimi-tenkan. Irimi-tenkan se suffit à lui-même, il est l'essence même du mouvement.

A ce stade, c'est l'axe qui fonctionne au moyen des hanches... Quand l'une est tenkan, l'autre est irimi et inversement!

Hanmi, hito e mi et autres (si puis m'exprimer ainsi), n'existent que pour comprendre et permettre d'atteindre l'Aikido. Car quand il y a l'Aikido, il n'y a plus qu'un axe de rotation soit irimi-tenkan... le yin et le yang unifié!

Dis-moi si je me trompe.

Cordialement,

Bonjour Mr Voarino

Suite à nos échanges à Héricourt et aux questions de Thomas. Vous nous avez expliquez que cette position sans noms est un instant fulgurant de la coupe et que vous vous arrêtez dessus pour des raisons pédagogiques au risque de voir certains pratiquants considérer cet instant du mouvement comme la totalité du mouvement.

Vous n'avez finalement pas apporté de réponse claire à la question suivante, si ce n'est qu'un instant de la coupe quels sont les autres imoment?

Vous insistiez à une époque sur le fait que chaque fin de mouvement est déjà le début du suivant et ainsi peut naître la continuité. Pour le moment avec le plan que vous proposez vous mettez en avant des temps uniques par des positions de pieds basé sur les 6 directions intérieures et extérieures, mais que se passe t il si une fois le premier atémi ou première coupe effectué on cherche à en réaliser un / une dans une autre direction DANS LA CONTINUITE ?

Le corps pour se réorienter et ainsi permettre le déplacement du pied dans la direction désirée devra au préalable passer par une position de carrefour qui permettra alors de reprendre les différentes directions dont vous nous parlez vu que ce premier coup aura alors réinitialiser le plan. Cette position n'est elle la position ito e mi?

Et ici comme je vous l'ai évoqué je ne parle pas d'une position ito e mi qui est fixe mais qui va évoluer dans l'ouverture du pied avant en fonction de l'angle dans lequel le corps ira.

Ito e mi est une position qui permet d'enlever un côté du corps pour laisser entrer l'autre côté, pour revenir au début du message, la position sur laquelle vous insistez n'est qu'un temps du mouvement, alors quels sont les autres et comment passer d'une position à l'autre sans utilisez ito e mi et en utilisant la rotation et pas un déplacement par un pas?

Matthieu

bonjour Philippe, sur l'image OSENSEI ne devrait il pas etre main en l'air prete a frapper si il effectue votre deplacementn n°7, car le temps de la coupe est terminé(apparement) alors que la rotation ne fait que commencer.bien sur il pourrait faire une coupe montante mais le temps est passé pour fendre uke a sa gauche. je suis d'ailleur d'accord avec Thomas sur le fait qu'a un moment la position des pieds importe peux du moment que la rotation est la, le plus dur etant (pour moi) d'etre en mesure de faire coller l'armement et la coupe au bon moment. cordialement.gilles

Bonjour Thomas.

L'Occident a pour idée qu'il y a une essence au fond ultime des choses, et recherche cette essence.

L'Orient considère plutôt que la réalité de l'Univers ne peut être perçue autrement que dans le changement et la transformation permanente des choses les unes dans les autres.

Figer le mouvement d'Aikido fait courir le risque de n'y plus rien comprendre.

Mais apprendre directement ce mouvement conduit aussi à bien des égarements.

Ne peut-on imaginer un pont entre l'Orient et l'Occident ?

Philippe Voarino

Bonjour Matthieu.

La première frappe, quelle qu’elle soit, est un changement par rapport au hanmi initial.

Après cette première frappe ? peut-on reprendre un hanmi ? Oui, c’est même ce que préconisait O Sensei, il le dit explicitement dans Budo. Mais il est très possible, après un temps d’irimi, d’en enchaîner un second dans cette continuité dont tu parles, ce que faisait d’ailleurs très souvent O Sensei.

Dans un tel cas, passe-t-on nécessairement par hito e mi ? On y passe (furtivement) quand la seconde rotation amène tori dans le secteur qui est le plus éloigné (270°), mais on n’y passe pas nécessairement. On n’a pas besoin d’hito e mi par exemple pour enchaîner la première direction intérieure.

Hito e mi, c’est le lourd sac de riz que l’on charge sur l’épaule. On peut parfois voyager léger.

Philippe Voarino

Bonjour Gilles.

Bien malin évidemment celui qui pourrait dire quel type de technique O Sensei était sur le point de faire. L'intérêt technique de cette photo tient au sens de rotation qu'elle révèle.

Philippe Voarino

Le pont ne serait-il pas déjà présent?

Irimi-tenkan comme source, essence. Irimi-tenkan, un mouvement qui transforme et change, permettant à Tori de s'adapter, s'harmoniser...

Tout ceci devient un peu trop mystique et pas assez pragmatique pour qui veut comprendre. Je pense que pour la pédagogie, il est important d'éclater le mouvement puis les déplacements, enfin les techniques. Puis tout relier. Amenez les similitudes afin de démontrer l'unité.

Pour tout te dire, j'ai du mal à comprendre comment on peut déplacement ses pieds en simultanés sans créer de temps mort dans le mouvement... Il arrive forcément un moment où l'on "redescend" et où il faut redémarrer le moteur.

C'est là que je trouve l'utilité d'Hito e mi... C'est le liant, cette "position" à degré variable (très loin du hito emi de l'Aikido Yoshinkan) qui permet l'enchaînement et surtout au moteur de ne pas caler.

Cordialement.

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/le-deplacement-do-sensei-7
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)