Le déplacement d’O Sensei #2

Les six directions intérieures

Les 3 premières directions intérieures sont initiées par le pied avant

Direction intérieure n°2 et 3

Hidari hanmi :

Dans la direction intérieure n°1, l’adversaire venait de face (cf. Déplacement d’O Sensei #1).

Dans la direction intérieure n°2, aite, l’adversaire, vient de la droite :

Dans la direction intérieure n°3, aite, l’adversaire, vient de l’arrière :

Pour la première fois, sont indiqués les angles nécessaires à comprendre les lois, conformes au plan de l’Univers, de ce système de déplacement qui est celui de l’homme, mais qui est en même temps plus grand que l’homme.

« Tout est nombre » enseignait Pythagore, et le déplacement de l’Aikido est nombre, au même titre que la musique.

Ces angles, par respect, sont pour l’instant livrés sans explication … dans leur perfection naturelle.

Ils seront commentés dans Déplacement d’O Sensei # 3.

Qu’on y pense. Qu’on réfléchisse à ce que représente l’étude de l’Aikido. Qu’on réfléchisse à l’objet véritable de cette étude. L’aspect martial existe, bien-sûr, mais c’est une goutte d’eau dans Takemusu Aiki.

Autour de la position hanmi, les trois premières directions intérieures, prises à partir du pied avant, sont donc :

Toutes trois sont initiées par un déplacement du pied avant vers l’intérieur du corps, c’est pourquoi on leur donne le nom de directions intérieures.

Le temps d’irimi n’est donc pas une position hanmi, ce n’est pas non plus une position hito e mi… Il se situe entre le temps de hanmi initial et le temps de hanmi final. En réalité, ce n’est pas à proprement parler une position, c’est plutôt un passage. Mais c’est un passage obligé.

A ce moment, les pieds forment entre eux un angle de 30°, les hanches sont au maximum de leur rotation irimi-tenkan, ce qui permet au bras avant d’entrer dans la sphère d’uchi, et au bras arrière de quitter simultanément la zone d’attaque.
C’est le moment où l’énergie est libérée :

Philippe Voarino, mai 2014

Commentaires

bonjour Philippe

pouvez vous dévelloper l aspect : l objet principal de Takemusu Aiki , s il vous plait car je vois au travers de vos articles la possibilité de pouvoir comprendre :comment se tenir sur le pont entre ciel et terre meme si ma question semble naive ou hative

Merci Serge

Bonsoir Philippe,

O sensei parait "magnifique" sur la photo de fin d'article, exactement dans le temps, peut-être a-t-il d'abord coupé de bas en haut, ce qui semble normal, il faut bien monter l'éventail pour qu'il soit en haut, puis celui-ci redescend.....ce sont bien des considérations de l'Aikido: monter et descendre les bras par exemple....

mon intervention ne concerne pas les aspects techniques d'O sensei, mais plutôt le partenaire qui fût souvent pris en photo, vidéo avec lui, à savoir Tamura sensei : il est toujours dans des attitudes de véritable escrimeur, kendoka en plein engagement de sa personne....il semble bien rare de nos jours d'avoir de tels aspects d'engagements dans nos cours et stages respectifs....autrement dit pour que Tori puisse pleinement se réaliser dans la pratique d'O sensei, Uke doit-il suivre un enseignement particulier à "l'attaque vraie" et "à "ses conséquences....taiso,échauffements,chutes,assouplissements...", vieux débat qui anime les fédérations soit disant "sportives" et la notre..... ou ne rien faire de plus que la gymnastique basique ( Tai no henka, morote dori....). Pour les pratiquants bien à toi Eric

Bonjour Serge.

La question n'est pas naïve, mais elle est immense. Il serait présomptueux de ma part de tenter une réponse.

Mais je peux donner quelques indications.

Le Ciel, dans la culture orientale, c'est la totalité, l'universalité. Rien ne peut se trouver en dehors du Ciel. Le Ciel est à l'Orient ce que Dieu est à l'Occident.

L'essence du Ciel est l'unité. Mais le mode opératoire de l'unité est la complémentarité de ce qui,d'un certain point de vue, peut sembler contraire.

Le lien, le Pont, que l'homme peut établir, au travers de son action, entre des éléments apparemment contraires, est la manière qui est en son pouvoir de réaliser l'unité du Ciel. Les techniques de l'Aikido sont une manière de réaliser l'unité du Ciel.

Philippe Voarino

Bonjour Eric.

Il n'y a pas de technique d'Aikido s'il n'y a pas d'attaque véritable. Aite doit attaquer de tout son coeur. Sans cela tout est faussé.

Je ne crois pas que la sincérité de l'attaque dépende d'un entraînement particulier. La sincérité de l'attaque dépend de la sincérité du pratiquant, de son esprit, et de sa compréhension du sens de l'entraînement.

Philippe Voarino

Bonsoir Philippe

merci pour votre explications qui m est précieuse , car elle vient completer et éclairer un texte que je lis réguliérement sans l appréhender entiérement .je me permets de le soumettre à vos lecteurs :

"Pour la plupart des occidentaux, le vide signifie qu'il n'y a rien, comme le vide de l'espace. Mais pas dans les traditions orientales où le Vide signifie une absence de détachement, ou une union complète, où le tout et le rien sont unis en un seul. Il est lié à l'idée de paradis céleste. C'est l'élément dont le concept est le plus difficile à comprendre. 

Dans les philosophies orientales, le vide est l'un des grands symboles de l'illumination. Une fois que vous arrêter de voir le faux détachement et les illusions, vous pouvez percevoir le monde tel qu'il est vraiment. A partir de là, tout est lié, tout est pareil et il n'y a pas d'attachement à une chose ou à une autre. Simplement, tout est. 

Pour les arts martiaux, agir à partir du vide signifie, qu'il ne faut pas venir à une bataille avec des idées préconçues et avec une tactique établie. Le vieil axiome, est qu'aucun plan de bataille ne survit au contact de l'ennemi, ce qui est aussi vrai pour la vie en générale. Agir à partir du vide signifie faire les choses tout naturellement et sans y penser. Les évènements se passent et vous, n'êtes plus lié à l'anticipation ou à l'attente, vous pouvez ignorer le décalage entre la pensée et l'action. Vous ne pensez pas, vous faites et vos actions sont parfaites. Ce niveau de capacité est presque surhumain. C'est le but que doit rechercher toute personne empruntant la voie du Budo."

serge

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/le-deplacement-do-sensei-2
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)