Kajo #9

En lisant et relisant Budo, le seul livre écrit par le Fondateur de l’Aikido, je me suis pendant longtemps fait la réflexion suivante : tout est là, toutes les techniques fondamentales de l’Aikido sont montrées, démontrées, expliquées. Ikkyo, irimi nage, kote gaeshi, nikyo,sankyo, shiho nage, gokyo, yonkyo, tenchi nage, toutes sont là,…toutes sauf une.

En effet, parmi toutes les techniques qui sont reconnues aujourd’hui sous les noms ci-dessus comme le cœur technique de l’Aikido, il n’en manque qu’une seule dans le livre d’O Sensei : kaiten nage.

Pour quelle raison ?
N’était-elle pas encore inventée, manquait-elle à l’époque à la panoplie de l’Aikido ? Fallait-il attendre l’Aikido moderne pour que des épigones de génie améliorent l’Aikido de Morihei Ueshiba ?
De telles explications révèlent un profond manque de considération envers le travail du Fondateur. Je préfère partir du principe qu’il y a une raison pour les choses, même si je ne la vois pas toujours, et j’appelle cela faire confiance à 0 Sensei. Budo n’est pas un livre fait sans raison.

Comparons temps par temps le mouvement appelé aujourd’hui uchi kaiten nage au sankyo ura que nous avons analysé en détails dans Kajo # 8

uchi kaiten nage >


1


2


3


4


5


6

sankyo ura >


3'


4'


5'


6'

On s’aperçoit à l’évidence que d’une technique à l’autre les déplacements, aussi bien d’uke que de tori, ne révèlent aucune différence.

Quel sens se trouve derrière ce constat ?

Regardons d’abord attentivement les photos 3 et 3’ et agrandissons le détail de la main d’uke. On découvre que cette main est contrôlée dans une position identique dans les deux situations techniques.


kaiten nage


sankyo

Ce qui veut dire que le mouvement kaiten nage sollicite les articulations poignet/coude/épaule de la même manière exactement que l’immobilisation caractéristique et fondamentale de sankyo.

C’est pour cette raison que l’angle dans lequel s’effectue le contrôle d’uke en kaiten nage est, comme on peut le constater, rigoureusement identique à celui utilisé dans sankyo (tel qu’il a été analysé avec précision dans kajo # 8).

Mais si la clef de contrôle d’uke est la même, si les déplacements sont les mêmes, si la direction est la même, si l’effet sur uke est le même, alors c’est que la technique est la même. Autrement dit, contrairement aux apparences, nous ne trouvons pas ici en présence de deux techniques différentes, mais bien d’une seule et même technique présentée dans une forme fondamentale et dans une forme dérivée. Kaiten nage n’est pas une autre technique que sankyo, kaiten nage est une forme variante de sankyo.

Ceci prend d’ailleurs tout son sens quand on sait que la projection finale (vers l’avant ou vers l’arrière) sur kaiten nage est un adoucissement de la technique martiale véritable qui se termine en réalité sans aucun espoir de chute, avec une luxation de l’épaule et des cervicales, devant les pieds de tori comme dans sankyo.

Qu’est-ce que cela veut donc dire pour notre figure ? Et bien très simplement que l’angle de sankyo ura est également l’angle de kaiten nage :

Ajoutons donc ce nouvel élément à notre figure de référence :

Philippe Voarino, avril 2012.

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/kajo-9
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)