Kajo #6

O Sensei explique pour la technique ikkyo qu’il est essentiel que le bras d’uke soit maintenu dans un angle droit (page 41 de la version anglaise de Budo). Mais droit avec quoi ? Avec le corps d’uke ? Oui, comme on peut le constater sur les photos d’O Sensei, mais ceci n’est qu’un niveau de réalité élémentaire.

A un niveau de réalité plus fondamental, l’angle à 90° est celui que fait le bras d’uke avec l’angle d’entrée d’ikkyo à 23°.

On ne fait pas un angle droit avec un coté tordu : si l’angle formé par le bras d’uke avec l’angle d’entrée est droit, c’est évidemment parce que le bras d’uke est lui-même droit au moment de la descente et du blocage (il ne l’est pas dans la phase initiale du mouvement). En effet, ikkyo fonctionne seulement si le bras d’uke est en extension, à angle droit au moment de la descente, car ce n’est qu’ainsi que le levier effectué sur son coude est efficace.

La réciproque de cette propriété c’est que le maintien du bras d’uke en extension à angle droit en omote n’est possible qu’à la condition d’entrer dans l’angle de 23°, l’ouverture des pieds étant dans ce cas dans la première direction à 60°.

En effet, si la rotation du corps est plus importante, les pieds ouvrent davantage, jusqu’à atteindre la deuxième direction à 60°, cette rotation plus ample de l’axe de tori a pour conséquence de vriller le bras d’uke, qui ne peut plus à cause de cela être maintenu en extension : la rotation au-delà de la première ligne à 60° a pour effet de courber le bras d’uke, accompagnée et aidée en cela par la saisie du dos de la main dans la forme caractéristique en « enroulement » de nikyo (cf photos d’O Sensei ci-dessous).

Dans cette position de vrille du bras d’uke, les conditions nécessaires à l’application de la technique ikkyo ne sont plus réunies car il n’est plus possible d’exercer de levier direct son coude.
Parce que le bras est vrillé, tori doit désormais faire plonger le coude d’uke vers le sol, avant-bras presque vertical (à la grande différence d’ikkyo), ce qui a pour effet de conserver le poignet de ce dernier bloqué à un niveau supérieur. C’est à cause de cette circonstance particulière que l’immobilisation finale de nikyo se fait toujours de la manière caractéristique illustrée par la troisième photo ci-dessous:

Et c’est pour cette raison biomécanique logique que l’immobilisation de nikyo et l’immobilisation d’ikkyo sont différentes. Quand le bras d’uke est plié dans la phase de descente, le moment d’ikkyo est passé. C’est alors, et seulement alors, qu’apparaît le moment de nikyo.

Cette descente du coude d’uke par une rotation plus importante de l’axe de tori et l’immobilisation qui suit s’effectuent donc dans un angle supérieur de 60° à l’angle d’ikkyo omote.

Nous figurons cela sur notre graphique de la manière suivante :

Et nous pouvons désormais ajouter à notre figure un élément supplémentaire :

Commentaires

Bonsoir Maître,
Merci pour le voyage initiatique à travers cette série kajo.
Je voudrais être certain d'avoir bien compris votre propos sur kajo 6.
Vous dites que la descente du coude et l'immobilisation sur nikyo s'effectuent par une rotation supérieure de 60° à l'angle d'kkyo omote. Le seika tanden de tori est donc orienté alors à 83 degrés par rapport à la ligne initiale "verticale" représentée sur votre figure. Mais rassurez moi, cette rotation s'effectue bien dans la descente du coude et non dès le début de l'action. Au début l'angle est bien celui de ikkyo. Dans ce cas qu'est ce qui détermine la "réorientation" de tori vers une ouverture plus grande, la réaction ou résistance de uke?

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/kajo-6
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)