Kajo #21

1ère PARTIE : Un esprit, quatre âmes

Les kajos sont pleins de ressources. Qui aurait dit qu’ils nous mèneraient jusqu’à cette phrase célèbre, jusqu’à cette maxime inscrite au cœur de la cosmologie du fondateur de l’Aikido ?
Les commentaires que l’on trouve à son propos ne sont pour la plupart que des « copiés-collés » du shintoïsme et du bouddhisme ésotérique, et ils n’apprennent rien qui permette de relier concrètement la phrase d’O Sensei au travail du corps dans la pratique de l’Aikido.
Il est ennuyeux que le corps soit ainsi laissé de côté, car le corps n’est pas plus bas que l’esprit. Mais le dire ainsi c’est déjà les opposer et s’inscrire dans la dualité. Alors disons plutôt qu’esprit et corps ne sont que les deux faces d’une même réalité et que cette réalité s’exprime – dans le monde de la matière – sous la forme du corps. Je n’écris pas ceci sous la piqure d’une mouche quelconque, je l’écris sous l’autorité de Morihei Ueshiba :

 En assimilant constamment le mouvement de l’univers par son propre corps, l’esprit est assimilé à travers le corps.
— Takemusu Aiki, Volume III, 1er discours, Editions du Cénacle de France

Dans ce même discours, le Fondateur va plus loin encore : il explique que la divinité pénètre l’âme corporelle, mais – et c’est capital – que cette divinité n’a pas d’existence en dehors de l’âme corporelle qu’elle pénètre.
Autrement dit, dans l’idée d’O Sensei, le corps est la forme particulière de l’esprit, tout comme omote est la forme particulière d’ura, le corps de chair est l’expression palpable de l’esprit, son existence dans ce monde.

Je ne peux m’empêcher de penser à l’évangile de Thomas, cet écrit apocryphe chrétien du IIIème siècle découvert à Nag Hammadi, en Haute Egypte, qui commence par « Jésus a dit … », et ce logion 29 :

Si la chair est venue à l’existence à cause de l’esprit, c’est une merveille ; mais si l’esprit est venu à l’existence à cause de la chair, c’est une merveille de merveille. Et moi, je m’émerveille de ceci : comment cette richesse s'est-elle mise dans cette pauvreté ?

Et je demande aux chrétiens qui pratiquent le rite de la communion qu’ils réfléchissent à la phrase d’O Sensei « …l’esprit est assimilé à travers le corps ». Qu’est-ce donc en effet que manger le corps du Christ, et boire son sang… sinon une assimilation physique ? Et ce cannibalisme n’est-il pas l’image la plus forte que l’on puisse donner de ce fait que le corps de l’homme est l’assimilation et l’incarnation de l’esprit de Dieu ? L’esprit de Dieu et le corps de l’homme ne sont pas des choses différentes, ils sont les deux aspects d’une même réalité, ils sont comme un, ils communient.
On comprend dès lors pourquoi il est écrit qu’il ne faut pas chercher le Royaume des Cieux en un lieu quelconque, il ne faut pas du tout le chercher à l’extérieur, car il se trouve en l’homme. Et Ueshiba affirme cela lui aussi avec force :

Takaamahara est en soi-même. Si l’on cherche dans le Ciel ou sur la Terre, il n’y a pas de Takaamahara. Il faut comprendre que cela se trouve en soi. (…) Plutôt que de chercher Takaamahara dans le Ciel et sur la Terre, il faut d’abord le chercher en soi.
— Takemusu Aiki, Volume II, 3ème cycle de discours, Editions du Cénacle de France

Je ne remercierai jamais assez mon ami Pierre Chassang pour tous les enseignements qu’il m’a apportés, aussi bien sur un tatami qu’autour d’un café et de quelques croissants. Parmi les multiples anecdotes qui contribuèrent à mon instruction, il y a celle-ci.
Pierre, en tant que fondateur des Rencontres d’Aikido de la Colle sur Loup, y retrouvait chaque année Yoshimitsu Yamada, qu’il invitait d’Amérique pour enseigner. A l’époque de cette histoire, ce dernier venait d’ouvrir un restaurant à Manhattan, et Pierre le taquina un peu en lui disant:

Alors Sensei, il paraît que vous êtes devenu restaurateur ?

Yamada, peut-être un peu vexé, répondit

Et vous Chassang, vous faites toujours shiho nage ?

Pierre dit simplement

Oui Sensei.

Il avait à l’époque 80 ans.

La réponse de Pierre fut aussi sage que sobre.
Shiho nage en effet c’est le corps. C’est le travail du corps. Et la mission du corps – qu’il est seul à pouvoir mener à bien – c’est d’agir en sorte que l’âme spirituelle puisse s’épanouir. Sans l’âme corporelle, l’âme spirituelle est démunie, elle n’a pas, seule, le moyen d’accomplir ce qui doit être accompli. Oui, Chassang fait toujours shiho nage à 80 ans, et il a raison, car dans ce monde il n’y a de misogi que du corps.

C’est l’enseignement du Fondateur de l’Aikido :

 (…) le travail de la divinité interne, faisant du corps un organe de la création, réalisera le misogi par le corps.
— Takemusu Aiki, Volume II, 2ème cycle de discours, Editions du Cénacle de France

Pour s’unir au monde de la lumière, un corps de chair est reçu.
— Takemusu Aiki, Volume II, 3ème cycle de discours, Editions du Cénacle de France

La pratique de l’Aikido est le misogi nécessaire à l’épanouissement de l’âme spirituelle par le travail du corps, et à l’avènement de l’harmonie entre âme corporelle et âme spirituelle.

L’Aikido est donc tout entier dans la pratique, nulle part ailleurs, et Ueshiba donne ainsi raison à Chassang :

 Moi Ueshiba, j’ai besoin de m’entraîner plus encore. (…) je ne peux pas montrer la voie aux gens si je ne me tiens pas sur le Pont Flottant du Ciel. Je ne peux enseigner que par la pratique.
— Takemusu Aiki, Volume III, 1er discours, Editions du Cénacle de France

Le Fondateur, c’est intéressant, avait lui aussi 80 ans quand il tint ces propos.
… Et je souhaite beaucoup de prospérité au restaurant de monsieur Yamada.

Ce long préambule, était nécessaire, je crois, pour faire comprendre l’idée suivante : compte tenu de l’importance primordiale de l’âme corporelle, telle qu’elle est exprimée dans les discours du Fondateur, il n’est pas possible qu’ichi rei shikon sangen hachiriki ne soit pas explicable par des éléments concrets en rapport avec le travail du corps en Aikido.
Je précise tout de suite que ceci ne veut pas dire pour autant qu’il n’existe pas d’autres niveaux d’explication. Mais je crois qu’il est bon de commencer à raisonner en partant de ce que l’on a. Les éléments tangibles qui sont à notre disposition, ce sont les techniques de l’Aikido, et nous connaissons désormais l’importance de l’âme corporelle.

Ichi rei, un esprit

C’est l’esprit du Dieu unique, l’esprit de l’origine des choses (Ame-no-minakanushi). Celui qui est avant même que soit l’opposition de l’être et du non-être. Il est insaisissable, mais il peut être connu par la manière dont il produit la lignée des êtres. Car si Ame-no-minakanushi est insaisissable, son travail, lui, ne l’est pas, et Ueshiba l’explique :

 Ce travail est celui des trois divinités que sont Ame-no-minakanushi,Takamimusubi et Kamimusubi. Ces trois divinités sont elles-mêmes l’origine unique.
— Takemusu Aiki, Volume II, 3ème cycle de discours, Editions du Cénacle de France

Que ces trois divinités soient l’origine unique veut dire que 3 = 1, c'est-à-dire que Takamimusubi et Kamimusubi ne sont pas différentes d’Ame-no-minakanushi, mais qu’elles sont la forme que prend son énergie créatrice pour donner naissance aux mondes.
Ueshiba nous renseigne ensuite sur cette forme adoptée par l’énergie d’Ame-no-minakanushi :

C’est l’interaction des divinités Takamimusubi et Kamimusubi lorsqu’elles dansent, formant une spirale ascendante à droite et une spirale descendante à gauche.
— Takemusu Aiki, Volume II, 1er cycle de discours, Editions du Cénacle de France

La forme d’énergie adoptée par Ichi rei, l’esprit insaisissable de Dieu, pour produire l’être, c’est donc la spirale, tantôt ascendante, tantôt descendante, comme le cycle de la pluie.
C’est cela qui est exprimé dans le dessin ci-dessous de Tanaka Bansen, élève proche et méconnu de Morihei Ueshiba :

Shikon, quatre âmes

Les quatre âmes définissent le pays des morts doit être traversé.
Mais quelle traduction faut-il donner à ces quatre âmes sur le plan physique, sur le plan technique de l’Aikido ?
… Quatre lois. Ce sont les quatre lois (ho) que nous avons mises en évidence dans les kajos qui précèdent  (cf kajo #13):

IPPO
NIPO
SANPO
YONPO

Nous avons indiqué en effet que l’idéogramme (ho) possède deux sens supplémentaires qui sont contrôle et direction. Mais nous avons vu aussi les limites dans lesquelles ces deux sens pouvaient être utilisés :

  • contrôle ne rend compte que des techniques d’immobilisation et ne s’applique pas aux techniques de projection
  • direction est bien applicable à chaque direction technique, mais ne prend pas en compte simultanément la direction complémentaire, symétrique à 180°

Seul le terme loi permet de signifier en une fois l’ensemble des possibilités techniques de l’Aikido.

Shikon, ce sont donc les quatre diamètres de la sphère, les quatre âmes sur lesquelles Ichi rei, la spirale divine, dépose, au gré de ses hélices, les techniques de l’Aikido.
Et l’on comprend mieux peut-être désormais pourquoi O Sensei parle toujours des techniques de l’Aiki en disant d’elles qu’elles naissent spontanément, produites par l’action merveilleuse de la divinité (Takemusu Aiki).

Philippe Voarino, juillet 2012.

Commentaires

Bonjour Philippe, j'ai beaucoup (voir trop peu être) réfléchi a cette fameuse spirale et j'aurai tendance à l'imaginer plutôt sous la forme de TANAKA mais en 2 dimensions. Cet a dire comme une ellipse, un tire bouchon plus simplement. Car pour moi je dois rester dans ma sphère et dans un rayon convenable pour garder le contact avec UKE, sans trop tirer et surtout en gardant mon cercle d'acier ce que j'imagine mal avec la spirale!! Le mouvement doit être circulaire sur l'axe comme vous dites et proche de manière a garder un contrôle direct sur uke. L'armement et la coupe correspondent a l'axe verticale de mon ellipse, mon corps correspond a l'axe horizontale. qu'en pensez vous ? coridlalement .gilles

erratum !! je pensais forme helicoidale et j'ai ecris ellipse , désolé de cette erreur grossiere. cordialement gilles

l'HELIX n'est il pas a l'origine de la vie, imaginons que mon helix d'ARN se lie a celle d'AITE, j'obtiens un ADN et je ne fais plus qu'UN avec l'autre. c'est peu etre poussé un peu loin !! CDT, gilles

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/kajo-21
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)