Kajo #12

Nous avons examiné dans kajo # 8 l’angle utilisé par le Fondateur pour réaliser la technique sankyo ura. Il est intéressant de vérifier sur la pellicule ci-dessous qu’O Sensei, s’il n’exécutait pas toujours sankyo ura de manière classique, respectait en revanche systématiquement l’angle déterminé par le 3ème diamètre à 60°.

L’angle de la technique se trouve bien, ici également, sur l’arrière droit d’uke, c'est-à-dire sur le troisième diamètre à 60° :

Il est intéressant de déterminer maintenant la direction de sankyo omote.

Nous avons expliqué en détails dans kajo # 6 la différence fondamentale qui existe entre ikkyo omote et nikyo omote : dans ikkyo le bras d’uke est en extension, à angle droit, et presque parallèle au sol, alors que dans nikyo il est courbé, dans un angle plus fermé, et perpendiculaire au sol.

Comme on peut le voir sur les photos suivantes d’O Sensei, le bras d’uke dans sankyo est également amené dans une position où il se trouve perpendiculaire au sol :


1 - nikyo


2 - sankyo

Il y a donc une parenté entre nikyo et sankyo plus particulière encore qu’entre ikkyo et nikyo.
En réalité, dans le temps de la descente initiale du bras d’uke, il n’y a de différence ni de position ni d’angle entre nikyo omote et sankyo omote. La différence est ailleurs, elle se trouve dans la saisie de la main d’uke : pour nikyo c’est le dos de la main qui est saisi (photo 1), pour sankyo c’est la paume de la main et les doigts (photo 2).

Mais cette différence va avoir une conséquence importante pour la suite du mouvement.

En effet, à partir de la saisie nikyo (photo 1) il est possible de terminer l’immobilisation immédiatement et sur place (photo 1’ ci-dessous) :


1 - nikyo


1' - nikyo

En revanche, à partir de la saisie sankyo, tori doit encore changer de main (photo 2’ ci-dessous) avant de terminer l’immobilisation (photo 3’) :

Ce temps 2’ supplémentaire par rapport à nikyo se fait en augmentant de 60° l’angle de nikyo omote auquel tori était parvenu dans le premier temps de sankyo omote.

Précisons cela sur notre graphique :

Nous constatons dès lors que la direction de sankyo omote est opposée à 180° à celle de sankyo ura et kaiten nage (cf kajo #8 et #9) et nous pouvons désormais placer cette nouvelle information sur notre figure de référence :

Nous avons donc découvert depuis le début de cette étude sur les kajo qu’il existe trois axes fondamentaux :

I ikkyo –●– shiho nage -------------------- Cet axe est appelé ikkajo par Tadashi Abe
II nikyo –●– kote gaeshi ------------------ Cet axe est appelé nikajo par Tadashi Abe
III sankyo –●– kaiten nage --------------- Cet axe est appelé sankajo par Tadashi Abe

Ces trois axes définissent sur le cercle six directions (roppo) qui ont entre elles un espacement régulier de 60°.

Toutes les techniques de l’Aikido que nous avons examinées jusqu’à maintenant sont placées au croisement de ces axes et de la double spirale que l’on peut diviser en spirale intérieure et spirale extérieure.

Il reste quelques techniques à positionner avant de parvenir à une idée plus précise du plan remarquable qui apparaît progressivement sous nos yeux. Les prochains kajo nous mènerons vers plus de surprise encore.

Philippe Voarino, mai 2012.

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/kajo-12
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)