Jusan no jo : temps #2

Le début de jusan no jo n’est rien d’autre que le suburi tsuki jodan gaeshi uchi. Mais il se trouve que ce suburi, qui est normalement pratiqué en trois temps, est pratiqué en deux temps dans le kata des 13 frappes (le temps de retrait vers l’arrière n’est pas marqué).

Par méconnaissance de cette différence, Christian Tissier avait transformé le kata des 13 frappes enseigné par maître Saito en kata des 14 frappes (il avait ajouté le retrait vers l’arrière) dans un ouvrage de jeunesse publié à la SEDIREP en 1983 :

Le temps 2 ne correspond donc pas à un retrait vers l’arrière comme ci-dessus, mais à la frappe yokomen, qui est du coup comptée 3 par erreur ci-dessus. C’est une anecdote sans grande importance, toutefois cette divergence manque un aspect de l’enseignement auquel maître Saito tenait beaucoup : la suppression du retrait vers l’arrière dans tsuki jodan gaeshi uchi permet de comprendre l’action irimi-tenkan des hanches. Cette action rotative y est en effet très nette, alors qu’elle est invisible quand le retrait vers l’arrière est pratiqué.

Comme cela est expliqué sur la vidéo, ce qui permet d’augmenter la puissance et la vitesse d’exécution du mouvement tel qu’il est pratiqué dans le kata des 13 frappes, n’est pas une plus ou moins grande vélocité ou dextérité des bras, c’est une bonne compréhension et une bonne utilisation du principe irimi-tenkan par lequel les deux hanches travaillent en synergie, l’une vers l’avant, l’autre vers l’arrière. Cette bonne compréhension passe par la vision claire que tout travail tenkan d’une hanche implique nécessairement l’ouverture du corps en hito e mi du côté de cette hanche.

Philippe Voarino, juin 2018.

Commentaires

Bonjour , on retrouve aussi ce passage de tsuki à jodan gaeshi uchi en 2 temps , dans le mouvement final du 31 no jo kata , bien que dans ce cas l'effet de chasse du tsuki influe à cette rotation directe.

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/jusan-no-jo-temps-2?language=en
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)