Jusan no jo - Ju kara jusan made (10 – 13)


Irimi en avançant la jambe arrière (gauche puisque vous étiez en migi hanmi).


Frappez le jo (en réalité la main gauche d’uchi) hidari hanmi.
COMPTEZ JU


Même mouvement vu sous un autre angle


Jodan tsuki hidari hanmi.
COMPTEZ JUICHI


Même mouvement vu sous un autre angle


Armez la main droite sans changer l’angle du jo et sans changer de hanmi, pour frapper avec un mouvement de levier la main ou l’avant bras d’uchi.


Même mouvement vu sous un autre angle


Frappez le jo d’uchi sans changer de hanmi et armez votre tsuki en utilisant la phase terminale du mouvement de frappe.
COMPTEZ JUNI


Choku tsuki.
COMPTEZ JUSAN


Même mouvement vu sous un autre angle

Fin de jusan no jo

IMPORTANT :

  1. Quand vous pratiquez tout seul Jusan no jo, sous la forme d’un suburi, vous devez tenir compte de deux directions opposées à 180°.
  2. Quand vous pratiquez Jusan no jo avec un partenaire, que ce soit en kotai ou en awase, vous devez tenir compte, ainsi qu’il a été indiqué ci-dessus, de quatre directions situées à 90° sur un cercle imaginaire.
  3. Quand vous pratiquez Jusan no jo librement, vous pouvez évoluer dans toutes les directions de l’espace. Chaque frappe est terminale. Chaque frappe est à la fois le début et la fin du mouvement.

Il n’y a aucune notion de kata.

Commentaires

  • Quand on utilise les expressions "31 no jo" ou "13 no jo" est-ce synonyme de "kata de 31" ou "kata de 13" (pratiqués seuls), ou bien, cela désigne-t-il justement le fait de faire le kata à deux (ou plus) comme lorsque l'on pratique des kumi-jo ? (J'ai vu que d'autres professeurs parlent de la pratique à 2 des kata en le désignant par le nom de "kumi-jo")
    • Certaines écoles pratiquent ces applications de kata non pas, morceau par morceau (1-3, 4-6, 9-12, 13-17...) mais d'une traite. Est-ce que cela porte un nom différent de relier tous les "kumi-jo" d'un kata ?

Bonjour renshi.

Quand sanju ichi no jo et jusan no jo sont effectués avec un partenaire, ils deviennent sanju ichi no awase et jusan no awase. Ils font partie de la grande famille des kumijo.

Morihiro Saito découpait 31 no awase et 13 no awase en séquences pour en faciliter l'apprentissage. Il enseignait également ces mouvements d'une seule traite. Mais en réalité, il faut bien comprendre que chaque frappe est unique. L'"enchaînement" n'a pas de valeur en tant que tel, il n'a d'intérêt que pour celui qui comprend dans quelle optique il doit être travaillé.

Philippe Voarino

Merci pour votre réponse, concernant la nomenclature.

Puis-je revenir sur la notion de "séquences" et "d'une traite". Quand vous parlez du fait de comprendre l'optique dans laquelle travailler, faites-vous référence au fait que, entre la version "séquencée" et la version "enchaînée", il peut y avoir une inversion de celui qui prend l'initiative pour un même mouvement ? Par exemple, au Roku du kata 31, en forme séquencée, c'est uke qui prend l'initiative (et finit par frapper dans le vide), et en forme "enchainement", c'est Tori qui enchaîne Go et roku dans le même esprit que le suburi 7 ? Renshi

Bonjour renshi.

Non. L'inversion est encore une convention à partir d'une convention initiale. Il y a suffisamment de conventions dans la pratique des armes de l'Aikido pour qu'il ne soit pas nécessaire de les multiplier à l'infini.

Philippe Voarino

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/jusan-no-jo-ju-kara-jusan-made-10-13
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)