Gros plan sur le principe de déplacement de l’Aikido

(exemple dans le quartier avant droit du cercle)

Pas de technique dans ce dossier vidéo, mais une tentative de mettre la loupe sur la seule manière possible de se déplacer en Aikido, si l’on accepte de suivre le chemin proposé par O Sensei, c’est à dire le respect du principe irimi-tenkan.

Irimi-tenkan est la manière de la langue japonaise appliquée à l’art martial pour dire que le déplacement d’Aikido est une rotation. Quand cette rotation entraîne une hanche vers l’avant, elle entraîne l’autre vers l’arrière, et vice versa, c’est bien sûr inévitable, et personne ne conteste je pense cela. C’est tout simplement cette action rotative des deux hanches en complémentarité que l’on appelle irimi-tenkan.

La conséquence fondamentale de cette définition du déplacement d’Aikido comme une rotation « irimi-tenkan », c’est que tout déplacement qui ne respecte pas ce principe rotatif n’est pas un déplacement d’Aikido. Ceci n’est rien d’autre que la déduction logique tirée de la définition même de l’Aikido comme un art conçu autour du principe irimi-tenkan.

On voit ainsi que dans la position hidari hanmi prise en exemple dans la vidéo, tori n’a que deux possibilités, ou deux manières si l’on veut, d’aller dans le secteur à 90° qui se trouve dans son avant droit :

  1. – en mettant en rotation son pied avant pour aller vers la droite
  2. – en mettant en rotation son pied arrière pour aller vers l’avant

Tout autre chemin intermédiaire reste bien entendu utilisable ... pour ramasser un champignon, cueillir une pomme sur une branche, ou serrer la main à un ami, mais pas dans un contexte martial. Car le défaut majeur et rédhibitoire pour l’Aikido de tous ces chemins intermédiaires, c’est qu’ils s’empruntent avec de simples pas, c’est à dire sans rotation des hanches, autrement dit sans que soit respecté irimi-tenkan, le principe sine qua non de l’Aikido.

Si l’on veut faire l’Aikido d’O Sensei, il faut donc comprendre que le principe irimi tenkan a des conséquences fondamentales sur le déplacement de tori, ou encore, dit d’une autre manière, qu’un simple pas – fut-il rapide, fut-il même relativement efficace – n’est pas un pas d’Aikido, dès lors qu’il ne respecte pas le principe rotatif. Un simple changement de hanche n’est pas une rotation. Chacun peut en faire l’expérience en marchant ou en courant. Les hanches de l’homme travaillent en ligne depuis bien longtemps. Depuis qu’il s’est séparé de ses frères les singes, les hanches de l’homme ne travaillent plus en en rotation. Appeler rotation n’importe quel changement de hanche est une erreur sérieuse, qui empêche de comprendre ce que recouvre véritablement le concept irimi-tenkan.

Philippe Voarino, février 2016.

Reprise: 

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/gros-plan-sur-le-principe-de-deplacement-de-laikido?language=en
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)