Go no awase

Nous débutons ici la deuxième centaine de dossiers "Au-delà de la méthode", et il n’est pas inutile je pense de commencer avec un exercice fondamental. Go no awase est un exercice d’étude avec deux ken : uchi tachi et uke tachi. Uchi tachi attaque avec le cinquième suburi (go no suburi). Uke tachi reçoit l’attaque du cinquième suburi avec le quatrième suburi qu’il exécute ici à reculons, il doit s’harmoniser avec l’attaque (awaseru), d’où le nom de l’exercice go no awase.

Dans le cadre de cet exercice uke tachi doit reculer de façon à toujours rétablir une distance qui permette l’attaque suivante d’uchi tachi. Du fait de cette convention, uke tachi ne peut pas pratiquer véritablement irimi-tenkan, car irimi-tenkan, comme son nom l’indique, exige que le résultat du tenkan soit un irimi (un mouvement où le corps entre, avance en rotation), et non pas un mouvement où le corps recule. C’est pourquoi on ne peut pas parler ici d’irimi-tenkan, si je le fais sur la vidéo c’est par abus de langage, faute de mots pour faire comprendre le nécessaire mouvement de rotation du corps, même dans un travail linéaire. La cible d’une entrée véritablement irimi-tenkan ne serait pas le sabre d’uchi tachi, mais son corps, cette action spiralée vers l’avant serait donc conclusive, empêchant ainsi tout exercice répétitif en ligne.

Uke tachi doit donc s’efforcer de couper sur le ken d’uchi tachi avec un sentiment de rotation des hanches le plus accompli possible, alors même qu’il recule du fait d’une convention de travail qui interdit l’authentique action irimi-tenkan. Reculer tout droit en coupant avec les bras serait un mauvais travail qui n’apporterait que fatigue physique, et ne serait même plus évocateur du principe irimi-tenkan. Reculer en se contentant de bloquer le sabre d’uchi tachi avec son sabre serait un total malentendu, la parade n’existant pas en Aikido ; bloquer le sabre de l’adversaire revient à bloquer les hanches, ce qui est aux antipodes du principe irimi-tenkan. Exemple d’une discipline de sabre sans rapport avec le principe irimi-tenkan de l’Aikido, et où la notion de parade et de blocage est au contraire présente:

Enfin, pour que l’exercice conserve un sens, une précaution importante doit être observée par uchi tachi : ne jamais avancer la jambe en montant le ken. Le corps peut avancer seulement quand le ken descend pour couper, armer le sabre au-dessus de la tête en même temps que l’on avance, c’est offrir à uke tachi une ouverture inespérée vers la poitrine et la gorge.

Philippe Voarino, juillet 2018.

Reprise: 

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/go-no-awase-0
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)