Externe - Interne

Il est impossible de dissocier le travail des deux hanches : elles se mettent en mouvement simultanément et bougent ensemble. Le mouvement d’une hanche ne peut pas précéder le mouvement de l’autre, l’axe transmet sa puissance de rotation immédiatement et de manière égale aux deux hanches.

Mais on peut dire ceci : la hanche externe est celle qui crée le vide dans lequel pénètre la hanche interne. Il s’agit d’une complémentarité, et la notion de vide est ici fondamentale. Les deux hanches sur la colonne vertébrale fonctionnent comme l’hélice d’un bateau sur son arbre. Si l’on voit des bulles d’eau dans la trainée d’un bateau, c’est que l’eau est portée à ébullition par les pales de l’hélice (ce qui ne veut pas dire qu’on peut y faire cuire les spaghettis). Ce phénomène est connu sous le nom de cavitation : une partie de l’hélice crée une cavité, une dépression telle que l’eau se change en gaz à son niveau. Pendant le même temps, l’autre partie de l’hélice opère une pression sur l’eau qui permet au bateau d’avancer.

Les hanches en Aikido fonctionnent de la même manière : la hanche externe crée une dépression, un vide dans lequel l’adversaire est attiré, dans le même temps la hanche interne entre en pression dans ce vide, complétant le déséquilibre d’uke et provoquant sa chute.

C’est la hanche externe seulement qui est en mesure de créer la dépression, la hanche interne n’est capable d’agir qu’en pression. Voilà pourquoi, même si le travail des deux hanches est simultané, la hanche interne ne peut agir qu’en étant "autorisée" à le faire par la hanche externe.

Pour le dire avec les termes de la métaphysique orientale, l’aspect yang (actif, masculin) du principe dépend de l’action simultanée de son aspect yin (passif, féminin). Le yang n’existerait pas sans la vertu du yin, voilà comment une bonne compréhension du mouvement physique d’Aikido peut mener à une considération plus générale d’ordre métaphysique.

Philippe Voarino, novembre 2018.

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/externe-interne?language=en
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)