Erreur #8 - Shiho nage, projeter en créant un porte-à-faux sur le coude

Shiho nage : défaut qui consiste à projeter en créant un porte-à-faux sur le coude d’uke.

Voici le mouvement de sabre qui, appliqué à mains nues, a donné la technique que nous connaissons sous le nom de shiho nage. Ce mouvement est constitué de trois temps principaux :

  1. une coupe gyaku yokomen,
  2. une rotation,
  3. une coupe shomen (ces trois temps ne constituant en réalité qu’une seule et même spirale).

A mains nues, dans la projection appelée shiho nage, on reconnaît parfaitement ces trois temps principaux.

Comme on peut le voir sur cette séquence de 1938, c’est ainsi qu’O Sensei effectuait shiho nage.

Après être arrivé dans le dos d’uke, vous devez donc couper tout droit shomen uchi.

Si tori ne tourne pas suffisamment loin dans le dos d’uke, il est à la merci de la main libre d’uke, comme on le voit dans le premier temps de la séquence ci-dessus (cf. Erreurs courantes #6 et #7). Parce que tori est placé devant uke au moment où il coupe shomen, sa coupe crée un porte-à-faux très important sur le coude d’uke qui chute pour ne pas être blessé au coude. La chute est belle et photogénique, mais le problème c’est qu’avant ou pendant sa chute, uke peut assommer tori avec sa main libre.

Que vous fassiez omote ou que vous fassiez ura, vous ne devez jamais être à portée de la main libre d’uke. Vous devez terminer votre mouvement dans le dos d’uke. Uke doit être en déséquilibre du début à la fin.

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/erreur-8-shiho-nage-projeter-en-creant-un-porte-faux-sur-le-coude
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)