Erreur #10 - Kote gaeshi, projeter uke dans le mauvais angle

Kote gaeshi : erreur qui consiste à projeter uke dans le mauvais angle.

Kote gaeshi est un mouvement où tori doit projeter uke dans son déséquilibre arrière comme on peut le constater clairement sur cette photo d’O Sensei.

Si vous tentez d’entraîner uke dans un déséquilibre latéral au lieu de le projeter dans son déséquilibre arrière, il a une possibilité de vous frapper avec son poing libre avant ou pendant la chute.

Dans l’exemple ci-dessus on constate que l’angle de projection latéral diffère de 90° de l’angle de projection correct (vers l’arrière). On voit également de manière évidente sur la photo centrale que tout le flanc de tori est exposé à la frappe du bras libre d’uke. Quand bien même uke chute parce qu’il est entraîné dans une certaine dynamique, il représente dans sa chute même un danger pour tori qui n’a pas le moyen, dans sa position, d’éviter d’être frappé au passage.

Évidemment la chute latérale est plus spectaculaire que la chute arrière, mais il faut savoir ce que l’on cherche et pourquoi on fait les choses. Si on estime que la sécurité de tori n’a pas d’importance et que l’Aikido n’est qu’un jeu de rôles, alors on peut faire ce que l’on veut.

Commentaires

Bonjour,

Nous passons du numéro 6 au numéro 10. J’espère ne pas avoir raté les 7, 8 et 9 de cette rubrique très intéressante.

Cordialement

Bonsoir M. VOARINO et merci pour cet article...

Ce dernier remet une nouvelle fois en cause les enseignements que nous recevons...

Je suis d’autant plus perturbé au quotidien que mon professeur utilise les kumitachi et kumijo de Maitre SAITO... sans respecter pour autant le reste de son enseignement.

Matlamb

Bonjour Mr Voarino,

Je vois que vous continuez vôtre guerre contre l’aikikai et le mauvais coté de la (non) force.
Je me demandais pourquoi vous ne faites pas un livre, un recueil de tous ces articles que vous avez fait et que vous envisagez de faaire ? Je suppose que c’est le coté marketing dont vous redoutez qu’on vous en colle une étiquette, mais peut être que cela pourra aider plein de gens à découvrir la vérité sur leur pratique.

Doomo arigatou gozaimashita

Bonjour Tabeti.

Je ne suis pas en guerre contre l’Aikikai. Mais je dis ce que j’ai à dire. Peut-être l’Aikikai et tous ceux qui le soutiennent se sont-ils mis eux-mêmes dans une position où ils se sentent agressés par l’évocation de simples faits et de réalités techniques.

Merci pour la suggestion concernant le livre. J’y songerai. Je n’ai pas de problème avec l’idée de gagner de l’argent grâce à l’Aikido. Chacun doit vivre. Quand O Sensei avait besoin de manger, ses élèves lui offraient des sacs de riz, quand il avait besoin d’une maison ses élèves la lui construisaient. Ce temps n’est plus. Et l’on ne peut pas consacrer l’essentiel de son activité à l’Aikido et vivre de l’air du temps.

Philippe Voarino

Vu que j’ai un peu été le père de l’idée, une fois le livre écrit ; n’oubliez pas de m’en envoyer une copie dédicacée ;)

Pour le reste, je crois que les arts martiaux quand ils sont bien appris et bien enseignés sont réellement un bon créneau pour ceux qui ne trichent pas dans ce qu’ils font ; et il n’y a vraiment pas de mal à vivre de ça. Au contraire, je crois même que c’est une aubaine pour les pratiquants de pouvoir trouver une chose utile où investir son temps et son argent.

Salutations

Bonsoir, un peu comme ... voir comme "irimi nage" pour pouvoir projeter uke dans son déséquilibre arrière il faut arriver à envoyer sa bonne jambe non ?
Sur la première photo d’O’sensei on voit bien qu’en faisant la technique sur la main droite il se retrouve (uke) avec la jambe droite en avant et offre son déséquilibre.
Si ce que j’écris est juste ma question est, comment on fait ? Autant pour "irimi nage" j’ai compris autant là je ne vois pas à part obliger uke à faire 2 pas ?

Merci.

Je n’ai pas compris la question sur kote gaeshi oim.

Oups, désolé, quand je l’ai écrit c’était clair dans ma tête mais en me relisant :-)

je reprend votre première phrase de l’article : "Kote gaeshi est un mouvement où tori doit projeter uke dans son déséquilibre arrière comme on peut le constater clairement sur cette photo d’O Sensei." de cette phrase et de la photo qui va avec, on voit que uke attaque avec sa main droite et on voit que c’est sa jambe droite qui est devant au moment de la torsion du poignet.

Le fait pour uke d’avoir la même jambe devant que la main (droite pour la photo) permet à O’sensei de se trouver en face du déséquilibre d’uke pour faire la clé. Alors que si uke avait eu sa jambe gauche devant le déséquilibre aurait été plus difficile à trouver voir impossible (on le voit sur les dernières photos encadrées en rouge, surtout sur la première main droite devant, jambe gauche devant)

Dans irimi nage vous expliquez bien comment on doit faire pour le déséquilibré afin qu’il arrive sur la bonne jambe mais pas là ; comment peut-on l’obliger à avoir la bonne jambe devant ? Il faut bien le déséquilibré une première fois ?

Suis-je plus clair :-)

Bonjour Beaucoup ont tendance a remonter l'avant bras (en direction de l'épaule donc) lors du retournement du poignet pour entrainer la chute.
Aussi je me posais cette question, quand on entre dans le déséquilibre arrière, la main saisie pour le Kote Gaeshi reste-t-elle sur un meme plan horizontal ou va-telle sur un plan vertical ?

Bonjour ophil.

Sur kote gaeshi, la main saisie ne fait que descendre à partir du niveau où elle est saisie. La difficulté du mouvement c'est que tori doit avoir une double action autour de la main d'uke : la main qui tient la base du pouce décrit une spirale latérale vers l'extérieur alors que la main qui couvre le dos de la main d'uke décrit une spirale verticale descendant vers l'arrière d'uke dans la direction de ses pieds. Kote gaeshi est le résultat de cette double action.

Philippe Voarino

Bonjour Maître,

Permettez moi tout d'abord de vous présenter mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année.

Aurons nous la chance de pouvoir bénéficier de vos précieux conseils concernant la réalisation des autres suburis de jo et éventuellement des suburis de ken de la même façon que vous nous avez déjà prodigué des conseils par l'intermédiaire des séquences que vous avez mises en ligne concernant les onze premiers suburis de jo?

D'autre part j'ai une autre question. Comme vous l'avez expliqué à ophil, kote gaeshi est le résultat d'une double spirale. Il y a également une double action dans tenchi nage, d'abord vers "l'arrière" d'uke, même si l'on est devant, puis vers l'extérieur (le mouvement se referme). Trouve t-on également la même idée dans irimi nage ? En d'autres termes y a t-il une action vers l'arrière de uke mais combinée à une fermeture donc une rotation des hanches vers l'extérieur et si c'est le cas, cette caractéristique constitue t-elle un lien manifeste entre ces trois techniques que sont kote gaeshi, tenchi nage et irimi nage au niveau de la forme générale du mouvement, bien qu'étant effectuées à des hauteurs différentes par rapport à uke ?

Bonjour phil et meilleurs voeux.

Vous avez raison, il y a un rapport entre kote gaeshi et irimi nage, celui-ci : il s'agit du même mouvement. La double torsion ou double spirale de kote gaeshi s'effectue au niveau du poignet, la double torsion ou double spirale d'irimi nage s'effectue au niveau de la tête. Car n'oubliez jamais ce point essentiel : irimi nage est un ashi mawashi, ce n'est qu'à la suite d'un adoucissement de la technique que l'on ne tord plus la nuque d'uke. Autrement, la rotation, l'angle d'entrée, la chute d'uke, tout est identique. Simplement kote gaeshi s'effectue au niveau gedan alors qu'irimi nage est par définition au niveau jodan.

Tenchi nage en revanche n'est pas comparable de ces points de vue. La tenaille de tenchi nage est dirigée vers le ciel, elle soulève uke alors que kote gaeshi et irimi nage plantent uke dans le sol, le dirigent vers la terre.

Philippe Voarino

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/erreur-10-kote-gaeshi-projeter-uke-dans-le-mauvais-angle
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)