Uchi kaiten sankyo henka

Ce mouvement est bien souvent exécuté au moyen d’une entrée linéaire. Il est dans ce cas encore possible de passer sous le bras d’uke si l’awase (le timing) est respecté, mais le problème apparaît ensuite : uke n’est pas déséquilibré et il lui est très possible de résister à la technique.

Voilà pourquoi, encore et toujours, l’entrée d’Aikido doit être circulaire : le pas tournant de tai no henka (identique pour la même raison à celui d’uchi kaiten nage) est ici ce qui permet de pousser sur le creux du coude d’uke vers le côté de son corps, et c’est cette action qui le déséquilibre et permet de terminer cette forme de sankyo, ou bien de projeter uke directement avec kokyu nage si nécessaire.

Tai no henka est le nom donné au mouvement effectué par le corps quand est mis en action le principe qui unifie deux forces complémentaires du corps humain, définies en Orient par les concepts de yin et yang, et en Aikido par ceux de tenkan et irimi. L’union de ces deux forces – apparemment opposées – dans un équilibre parfait (le pont flottant du Ciel) est la source d’une énergie (ki) considérable, cette énergie ne peut apparaître qu’à la condition que les deux forces complémentaires soient unifiées (ai). Le concept d’Aiki doit donc être compris comme l’énergie qui naît de l’union des contraires-complémentaires.

La voie (do) qui consiste à étudier et mettre en pratique cette union des complémentaires (aiki) est l’Aikido. Il n’y a pas d’Aikido si le mouvement exécuté n’est pas produit par l’union d’irimi et de tenkan. La nature d’irimi et de tenkan est telle en effet que leur union ne peut être réalisée que dans une action spiralée, il n’est pas possible d’unifier irimi et tenkan dans une action linéaire. C’est pourquoi il faut quitter à un moment donné l’action linéaire si l’on veut faire de l’Aikido. Tout ce qui précède ce moment n’est qu’une nécessaire introduction à l’Aikido, c’est le domaine de la méthode.

Philippe Voarino, avril 2018.

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/au-dela-de-la-methode-90
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)