Au-delà de la méthode #56

Tachi dori # 4 : de la nécessité d’utiliser la spirale d’O Sensei

Irimi ne consiste pas seulement à entrer dans le temps de l’attaque : irimi consiste à entrer dans le temps de l’attaque et à projeter uke. Dans le cadre de la méthode, ces deux actions sont rarement possibles en un temps unique. C’est le cas d’aiki nage et de certains kokyu nage par exemple, mais dans la plupart des autres techniques, et notamment dans les techniques de saisie du sabre ou du jo, il est impossible d’entrer et de projeter dans le même temps.

La vidéo montre ce problème, et on voit clairement que ce tachi dori exécuté selon les indications de la méthode, s’il permet de projeter uchi tachi vers l’adversaire qui attaque le dos de tori, ne permet pas d’éviter la seconde attaque des adversaires de droite et de gauche. C’est bien normal puisque ce n’est pas l’objectif de la méthode.

Cette seconde attaque des adversaires de droite et de gauche est rendue possible justement par l’existence – dans la méthode – du deuxième temps, dont tori a besoin pour projeter uchi tachi vers l’attaquant qui se trouve derrière lui.

En revanche, si la spirale d’O Sensei est respectée, c’est-à-dire si tori se déplace en rotation dans le quartier avant droit du cercle, en utilisant irimi-tenkan et non plus seulement irimi, alors il lui est possible d’entrer et de projeter dans le temps unique de la rotation.

N.B: irimi = irimi-tenkan, et à proprement parler irimi ne peut donc jamais se trouver seul, il ne s’agit donc ici que d’une commodité de langage pour décrire l’entrée de la méthode.

Dans ce cas, du fait de la rotation, uchi tachi n’est plus projeté vers l’adversaire qui se trouve dans le dos de tori, mais cette fois vers l’adversaire de droite, tout en gênant au passage l’action des adversaires de gauche et de l’arrière qui ne sont pas en mesure de l’atteindre dans ce temps précis.

L’instant qui suit immédiatement est le départ d’une nouvelle action dans laquelle tori est cette fois en possession du sabre, et dans laquelle le danger immédiat n’est plus que celui des deux adversaires restants (gauche et arrière).

Philippe Voarino, décembre 2016.

Commentaires

Salut Philippe,

les tachi dori 3 et 4 (au delà de la méthode 54 et 56) sont très semblables ou "identiques" en irimi-tenkan 270°, mais le second n'est pas dans un mouvement continu ( on prend la tsuka, on "relève" kokyu pour projeter, ce qui marque inévitablement un temps d'arrêt....), le plus Aîki dans ce mouvement n'est-il pas qu'il soit continu en prenant la tsuka pour projeter en cercle vers le bas ????

De très bonnes fêtes de fin d'années à toi.... Eric

Bonjour Sensei - suis tout a fait en accord avec vos explications sur attaque a 4 - par contre ca me semble pas "marcher" contre 6 ou 8 attaquants.(du moins c'est ce qu'il me semble) comme d'ailleurs la technique "initiale" ne marche que contre 2 . ne souhaitant pas de polemique je ne demande pas de reponse - saluations et bonne année 2017

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/au-dela-de-la-methode-56
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)