Au-delà de la méthode #44

Dossier détaillé sur le kumitachi n°5

# 4 : le sabre coupe avec la lame mais frappe aussi avec le pommeau

Rappelons ce qui a été dit à propos de l’exercice hidari awase dans « Au-delà de la méthode 42 » :

Uchitachi attaque avec shomen uchi et uke tachi répond avec shomen uchi à gauche. C’est une réponse plus rapide que yokomen uchi, et parfaitement sure dans cette situation, puisque le sabre d’uchitachi ne se trouve pas dans le champ d’uketachi au moment où ce dernier décide de faire shomen. On sait que yokomen est utilisé au contraire quand le sabre d’uchitachi est dans le champ d’uketachi et que shomen est dans ce cas impossible parce qu’il offrirait une ouverture à l’adversaire. Pourquoi alors, dans le premier temps du kumitachi n°5, dans une situation parfaitement identique donc à hidari awase, uketachi fait-il yokomen uchi au lieu de shomen uchi alors que cette technique est plus longue à exécuter et n’est pas exigée par le contexte martial ?

Il n’existe pas de réponse à cette question dans le cadre de la méthode. Il n’est pas possible en effet de comprendre pourquoi faire tantôt shomen et tantôt yokomen si la situation ne change pas. Et en l’occurrence, dans l’exercice en ligne de la méthode, il n’y a pas de changement ou pas de différence si l’on préfère entre hidari awase et le premier temps du kumitachi n°5.

Or c’est une règle constante que rien ne se fasse par hasard ou par fantaisie dans un art martial (et tout spécialement en Aikido) : chaque mouvement est la conséquence d’une logique rigoureuse, biomécanique et stratégique, qui est elle- même issue d’une nécessité martiale initiale. Rien, dans la méthode, ne justifie donc le yokomen d’uketachi au départ du kumitachi n°5, puisque ce dernier devrait en toute logique couper avec shomen uchi dans une telle circonstance, en suivant le modèle de hidari awase.

La logique de ce yokomen existe pourtant, mais pour la comprendre il faut connaître l’application martiale du suburi (un kumitachi n’est jamais qu’un suburi à deux).

On sait que l’application martiale tient toujours compte des quatre directions, qui symbolisent la réalité omniprésente des dangers multiples et simultanés du champ de bataille.

Dans le cas présent, uketachi frappe d’abord avec le pommeau de son sabre l’adversaire qui se trouve à sa gauche. Ce mouvement constitue en même temps le départ du yokomen qu’il va alors terminer en coupant l’adversaire qui attaque dans son dos.

Cette frappe s’effectue évidemment dans le respect du déplacement de pied que nous connaissons bien maintenant, et qui s’effectue dans le cas présent vers le quartier arrière gauche d’uketachi.

Le mouvement en ligne de la méthode (qui ne s’occupe que de l’adversaire qui se trouve devant) a disparu et laissé la place au mouvement réel. Et c’est ce mouvement réel qui permet désormais de comprendre la raison de la coupe yokomen effectuée dans le mouvement en ligne.

La méthode conserve bien tous les aspects du mouvement réel, mais ces derniers sont victimes d’une distorsion inévitable liée à la réduction artificielle d’une réalité martiale circulaire, à un exercice pédagogique en ligne. Cette distorsion les rend parfois incompréhensibles si l’on reste confiné au cadre de la méthode.

Philippe Voarino, juillet 2016.

Commentaires

bonjour ,

merci a vous Philippe pour ce dossier qui apporte une fois de plus des eclaircissement important et martiaux .juste une question ,j ai regarder le taux de visite de ce site et je suis surpris du nombre important de visiteurs mais tres tres peu de commentaires ,c est dommage vraiment cdt Serge

BONJOUR RUSTY, martialité ? Je vois surtout mort certaine pour tori, si l’uke a sa gauche fait tsuki au lieu d’armer en avançant. TOUTES les démonstrations de Philippe sont sur le même principe, tout les ukes attaquent shomen en même temps mais si un des quatre décale son attaque que se passe-t-il ? . Pour ce qui est des interventions sur le forum, entre ceux qui suivent Philippe et qui ne font qu’adhérer a tout cela et pour cause, dieu et ses interventions basé sur ce qu’il lis dans les livres de SAITO , et moi qui ne suit pas apte a contredire de plus haut gradés, reste les autres qui ne vont pas se risquer a intervenir sur un site qui remet en question leurs acquis ou leurs efficacité martiale.Je me décide a faire une dernière bafouille au seul reel intervenant qui semble libre, libre a Philippe de me répondre ou pas. Au fait pourquoi les ukes font des attaques linéaire alors que tori est dans la rotation ? faire un pas chassé shomen vers tori c’est s’exposer a un tsuki immédiat . Drôle de martialité !! Respectueusement

Bonjour Gilles.

Il faut bien comprendre ceci : les quatre directions ne sont jamais que le symbole d’attaques venant de différentes directions, ce qui est le cas sur un champ de bataille (à la différence d’un pugilat comme la boxe ou la lutte par exemple), et ce qui fait la différence entre un sport et un art martial.

Evidemment, il pourrait y avoir plus de quatre adversaires, il pourrait y en avoir moins, il pourrait même n’y en avoir qu’un seul. Cela n’est pas très important, ce qui est important c’est de connaître et d’utiliser le seul mode de déplacement qui permette de répondre à toutes les situations, aux pires comme aux plus faciles, et cela de manière toujours identique, sans jamais rien changer : il n’y a qu’une manière de se déplacer, quel que soit le nombre d’adversaires, celle utilisée par O Sensei. C’est cette manière unique que j’essaie d’expliquer depuis quelques années déjà, et récemment dans la série « Au-delà de la méthode ».

La pire situation, la situation la plus dangereuse, c’est quand tous les adversaires attaquent en même temps. Le déplacement de l’Aikido permet de gérer une telle situation.

Mais imaginons comme tu le dis qu’un adversaire attaque de manière décalée. Il y a alors deux possibilités seulement : ou bien il attaque avant les autres, ou bien il attaque après les autres.

S’il attaque avant les autres, c’est lui que le déplacement irimi-tenkan de tori ciblera en premier.

S’il attaque après les autres, il n’empêche en rien tori d’accomplir son déplacement vers les autres adversaires. Ce faisant tori s’éloigne alors nécessairement et systématiquement – par la vertu de son irimi-tenkan – de cet adversaire "décalé" à qui il faudra donc à chaque fois un temps supplémentaire pour toucher tori. Ce temps supplémentaire est le bouclier invisible de tori qui l’accompagne à chacune de ses rotations. Qui plus est, l’irimi-tenkan place à chaque fois un des adversaires coupés entre tori et tout autre adversaire (décalé ou pas). Chaque adversaire coupé devient ainsi un obstacle pour uchitachi et un rempart pour tori (uketachi).

A tout ceci il faut apporter la réserve suivante : la description que je viens de faire ci-dessus est schématique, c’est un pis-aller qui simplifie les choses jusqu’à les rendre caricaturales. L’action d’Aikido ne se résume pas en effet à une simple réaction à l’attaque ou aux attaques. J’allais écrire que l’action d’Aikido est antérieure à toute action adverse, mais ce n’est pas juste non plus. La vérité je crois c’est que l’action d’Aikido parfaite se situe en marge du temps, elle se situe dans une dimension où le temps cesse d’être un critère objectif. Dans une telle circonstance, tu comprendras aisément, Gilles, qu’il devient dès lors indifférent qu’un adversaire soit "en avance" ou "en retard" dans son attaque. En avance et en retard n’ont de sens que dans une temporalité classique.

Philippe Voarino

pour les pratiquants qui aurait raté la lecture de cet entretien de Maitre Nocquet .bonne pratique http://www.guillaumeerard.fr/aikido/entretiens/entretien-avec-andre-nocq...

Philippe, "La pire situation, la situation la plus dangereuse, c’est quand tous les adversaires attaquent en même temps" cette phrase est connu et pourtant je n'y adhère toujours pas, je vais essayer de vous expliquer pourquoi. Si je suis au centre et que l'attaque simultanée interviens, vous êtes d'accord que tout les attaquants visent mon corps donc comme vous le dites si bien il suffit de bouger hors de cette place pour être sauf, je suis ok MAIS justement si un seul attaquant attaque comment savoir ou bouger sans risque d'être couper PENDANT mon déplacement par un autre ? j'ai une solution a cela qui fonctionne parfaitement mais elle ne va pas plaire a beaucoup car elle remet en question la position des pieds de départ, qui pour moi bride mes possibilités d'action , pour essayé d' être concis, disons que la position classique migi hamni m'autorise deux directions, a gauche ou a droite de mon attaquant d'en face, une autre position de pieds ouvre le même chemin symétriquement sur l'attaquant de gauche et inversement en hidari hamni. Mais d'agir sur 360° a partir d'hanmi m'est impossible sans m'exposer. classique hamni 90° de champ d'action, avec l'autre 180° . il est évident que si je fais irimi tenkan sur place donc hitoemi j'accède a 90° d'un coté et 90° de l'autre donc au final j'ai mes 360° cependant irimi tenkan sur place suppose que c'est un mouvement préparatoire a l'action a mener en aucun cas un mouvement de coupe c'est illusoire je serai coupé pendant ce mouvement sans déplacement. voila ce n'est pas simple et risqué de ma part de m'exposé ainsi a vos critiques, c'est vrai suis je pour oser dire cela. un besogneux de l'aiki; cordialement gilles

mais non RUSTY, le questionnement était juste, il faut essayer de passer outre, ce que j'essaye mais je ne peux le laisser dire ses calomnies sans reagir au détriment de la qualité du forum, j'essaye de soulever des choses bien installé depuis des lustres et cela ne palit pas toujours, j'ai peu etre tord et j'attend vos arguments , cordialement

PHILIPPE,une chose tres surprenante par rapport a ce que j'avance, faites la tentative, a partir de hamni faites un pivot irimi tenkan mais arretez vous a mi distance, vous obtiendrez une posiiton de pieds en carré mais par rapport a deux attaquants a 90°, inversement si vous partez des le depart avec les pieds en carré, un pivot irimi tenkan vous place dans la position de hamni que preconise OSENSEI MAIS vous ne serez pas sur le même axe que l'un ou l'autre uke et c'est justement ce qui est interressant.cdlt

bonjour Philippe, pour en revenir a votre dossier bien plus intéressant que le déballage indépendant de ma volonté, je voulais reprendre cette phrase essentiel et en débattre si vous le permettez. "pourquoi faire tantôt shomen et tantôt yokomen si la situation ne change pas" voici ma loqigue perso, il n'y a pas de shomen seulement des frappes diagonales(yoko) , plus simplement irimi tenkan quand j'attaque et tenkai irimi quand on m'attaque. La frappe avec le pommeau est envisageable mais a condition que ce le MAAI autorise cela, dans le cas présent le sabre de uke tachi semble a même de vous trancher le bras d'ailleurs dans la méthode vous ne pourriez rentrer ce genre de chose qu'en entrant pendant q'uke arme shomen, bien sur uke fais cela dans la vidéo mais avancer sans couper est une aberration. Pire ou est le principe de rotation sur ce déplacement latéral, C'est ce qui m'étonne de vous, vous êtes d'une précision incroyable et cependant vous faites des impasses pour expliquer un principe. j'attend de vous des démonstrations sans failles, vous êtes un phare dans la nuit pour certains d'entre nous, n'ajouter pas de brouillard!! respectueusement.gilles

plus serieusement en ce qui concerne les techniques aikiken le Fondateur a toujours dit et SAITO SHIHAN repeté : on n'entre que sous le sabre qui MONTE. pas sur le sabre qui descend - il est evident qu'une video educative peut etre mal interprétée ,ce qui semble le cas . salutations et bonne pratique

bonjour a tous - merci si parmi vous ,pratiquants ou enseignats ou SENSEI,l'un d'entre vous pourrait me dire pourquoi de nos jours de nombreux pratiquants (ou soi disant pratiquant) confondent AMOUR et Gentillesse dans la pratique de l'aikido . en effet mon professeur initial (R VAN LAERE - 6 dan judo et 3 dan aikido a l'epoque ou j'ai debuté) m'a toujours porté beucoup "d'amour" je ense ,puisqu'a son depart du senegal il m'a donné la responsabilité de son dojo,et cependant il n'a jamais pratiqué "gentiment" lorsque je subissais ses techniques !!! alors je pense que AMOUR et Gentillesse sont totalement different surtout dans la pratique des budos. peut etre pour cela que certains pratiquants disent que certains SENSEIS sont de "grosses brutes" ou des "bourrins".salutations et bonne pratique.

bonjour a tous - merci si parmi vous ,pratiquants ou enseignants ou SENSEIS, vous pourriez me dire pourquoi de nos jours de nombreux pratiquants (ou soi disant pratiquants) confondent AMOUR et Gentillesse dans la "pratique" de l'aikido . en effet mon professeur initial (R VAN LAERE - 6 dan judo et 3 dan aikido a l'epoque ou j'ai debuté) m'a toujours porté beaucoup "d'amour" je pense ,puisqu'a son depart du senegal il m'a donné la responsabilité de continuer l'enseignement de son dojo,et cependant il n'a jamais pratiqué "gentiment" lorsque je subissais ses techniques !!! alors je pense que AMOUR et Gentillesse sont totalement differents surtout dans la pratique des budos. peut etre pour cela que certains pratiquants disent que certains SENSEIS sont de "grosses brutes" ou des "bourrins".salutations et bonne pratique.

Bonjour Gilles, bonjour Patrick.

Le forum est un lieu d'échange, j'aimerais s'il vous plaît que vous cessiez de l'utiliser pour vous disputer. Aucun argument ne peut justifier un tel déballage publique.

"Ne serait-il pas judicieux de faire une différence entre une réponse a une attaque venant d'une des quatre directions et une réponse quand nous sommes encerclés? La différence est énorme."

Non Gilles, mille fois non. L'enseignement d'O Sensei est qu'il n'y a aucune différence justement, c'est l'exact contraire de l'idée que tu avances. Je te rappelle ce qu'écrit le Fondateur :

"Quand vous êtes entouré par une horde d'ennemis, comportez-vous comme s'il n'y avait qu'une seule personne; quand vous faites face à un seul ennemi, comportez-vous comme s'il y en avait plusieurs." Budo p 36 de l'édition anglaise.

Ceci veut dire que les mouvements de l'Aikido ne peuvent pas être différents selon qu'on a un adversaire ou qu'on en a plusieurs. Ou si tu préfères, qu'une technique d'Aikido doit nécessairement fonctionner de manière identique avec plusieurs adversaires comme avec un adversaire unique. C'est la même technique qui est utilisée dans les deux cas, et c'est là le sens de la phrase d'O Sensei:

"Utilisez le un pour frapper le multiple." Budo p 32 de l'édition anglaise.

Et dans ce sens,j'ai déjà expliqué à plus d'une reprise que la manière de savoir si l'on se trouve bien en présence d'une technique d'Aikido est de la vérifier avec des attaquants multiples: si la technique marche avec un adversaire mais qu'elle laisse tori vulnérable aux autres attaquants, c'est qu'il ne s'agit pas d'une technique d'Aikido.

Chaque professeur d'Aikido devrait vérifier ce qu'il enseigne à l'aide de ce critère, et en tirer les conclusions qui s'imposent.

Philippe Voarino

Bonjour Philippe, dommage que vous ne fassiez pas la différence entre mon intention et celle de Patrick, vous me connaissez pourtant un peu.

Avec tout mon respect, je ne suis toujours pas d’accord avec votre interprétation des phrases d’Osensei, NON Philippe mille fois NON, en quoi les phrases d’OSENSEI impose de faire une action identique dans les 8 directions, pourquoi ne pas voir simplement les choses, que Tori grâce a son déplacement soit sauf dans tout les cas de figure. VOTRE attaque dans l’attaque ne colle pas( problème de MAAI) sans parler encore une fois du Uke dans votre dos qui voit un Tori pivoter devant lui mais qui coupe quand même ou vous étiez, a un moment il faut que ce soit réaliste.

Mais je vais stopper définitivement les échanges car l’autre énergumène n’arrêtera jamais et comme personne n’est à même de faire le nécessaire, je vous laisse en sa compagnie, il ne manquera pas de vous inonder de lien et de phrase prise dans les livres des autres, lui n'a rien a dire perso sauf vomir sa bile.

Cependant veuillez m’excuser pour l’avoir attiré sur le site bien malgré moi.

Sans mon intervention, le site devrait retrouver son calme très rapidement, je vous autorise à supprimer toute mes interventions déjà inscrite non nécessaire à la qualité du forum.

TRES RESPECTUEUSMENT. Gilles

Philippe , il en va de plus qu en initiant le yokomen la hanche droite passe vers l arriere :d ou un debut de rotation horaire ,et comme vous l avez expliqué ,il faut finir cette rotation initiée ,d ou frappe sur le Uke a 90 degrés du depart . cordialement Serge

De plus et principalement ,initier ce Yokomen par lea rotation horaire vous sort de la zone de danger : quoique fasse tel ou tel Uke . Srg

bonjour , je pense ,qu au meme titre qu en Kraté Shotokan,le concept de faire face a 4 directions (au moins) est impossible a faire comprendre ,car la codification des katas et bunkais ne laissent plus place : a ce que j appel " le travail personnel en amont" cdt

de plus comme j aime la "vérité" a tout prix ,et ce n est pas une qualité ,j aimerais juste rapeler que lorsqu on cite un homme comme O Sensei ou Sensei Saito,ces hommes et surtout O Sensei ont redecouvert le mouvement d Aiki naturel lors de reel combats et j insiste sur ce point ,et pour une raison évidente :car ces duels ne laissaient pas de place au questionnement systématique de la Méthode . Srg

mon dernier commentaires ne vous concerne pas Philippe . cordialement

certain ne semble pas comprendre pourquoi O SENSEI parlait des 8 directions.. d'apres des ecrits sur le japon il ne faut pas oublier que la reference au chiffre 8 ( qui semble un chiffre "sacré" pour les japonais) simplement du au fait que la reunification du japon n'a pu etre fait que grace a des attaques portées dans les 8 directions . rasion pour laquelle beaucoup de shihan n'accorde plus d'importance au grade au dela du 8 dan et refuse meme les grades superieurs ..salutations .

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/au-dela-de-la-methode-44
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)