Au-delà de la méthode #34

KUMIJO n°8 - Les difficultés nécessairement liées au respect de la méthode

Application sur un départ du pied avant : kaiten nage

La méthode exige la pratique des exercices selon la ligne. Le kumijo n°8 ne fait pas exception.

Ce qui permet de travailler sur une ligne, c’est l’adoption de la position hanmi du début à la fin du mouvement, c’est à dire non seulement au début et à la fin du mouvement, ce qui est normal puisque la position hanmi (roppo) est la condition de la mobilité dans les six directions, mais aussi pendant l’action, ce qui en revanche n’est pas normal parce que la position hanmi ne permet pas la rotation des hanches (irimi tenkan) nécessaire à l’exercice de la puissance.

Soyons bien clairs : la position hanmi (roppo) est indispensable, sans elle il n’y a pas d’ouverture des hanches dans les six directions, et c’est à partir de la position hanmi seulement que l’action d’Aikido peut être construite, mais la rotation qui naît de la position hanmi est une transformation, et sa base n’est plus un triangle mais un carré, car c’est le carré seulement qui permet cette utilisation caractéristique des hanches que l’on appelle en Aikido irimi-tenkan.

Conserver la position hanmi du début à la fin du mouvement, il faut bien voir cela, c’est retrancher de l’Aikido la dimension du carré, et faire du triangle la seule figure utilisable. Or ce n’est pas la définition de l’Aikido par O Sensei qui a dit et écrit au contraire que c’est parce que le triangle se transforme en carré que le cercle peut apparaître, et l’aiki est l’union de ces trois. L’Aiki n’est pas l’application exclusive du triangle.

Mais attention, si l’on veut travailler sur une ligne il faut s’en donner le moyen, et il faut alors conserver hanmi et donc le triangle tout au long de l’action : c’est cela le fondement de la méthode. Inévitablement, des contradictions apparaissent quand les exercices sont pratiqués de la sorte, car il s’agit d’un artifice. Certaines de ces contradictions et impossibilités sont expliquées dans la vidéo.

Encore une fois, les contradictions de la méthode ne sont pas le signe de sa faiblesse ou de son inutilité, elles sont simplement la marque de sa limite. Il s’agit simplement de savoir ce que l’on fait et pourquoi on le fait. Ce n’est qu’à cette condition qu’un enseignement peut être profitable. Ce n’est jamais qu’au tout début de la pratique que l’on doit se contenter de répéter sans comprendre, comme le fait un enfant du monde des adultes. Mais l’enfance comme toute chose ne peut et ne doit avoir qu’un temps.

Le cahier 35 expliquera comment on arrive au travail véritable à partir de l’exercice en ligne qui est illustré ici.

Philippe Voarino, avril 2016.

Commentaires

Bonjour phillipe - interessant comme travail mais d'apres ce que j'ai pu voir sur certaine videos de SAITO Sensei avant de projeter uké par moment SAITO Sensei ne faisait pas la forme "aspiration" mais simplement un pivot sur jambe avant en faisant un cercle avec jambe arriere vers la gauche , ce qui permettait de ne pas monter les bras de uké contre "sa force" mais de l'ouvrir dans un mouvement de cercle . mais bon il est vrai que SAITO Sensei a changer pas mal de chose au cours de sa vie . amical salutations . patrick

Salut,

merci Patrick de ton commentaire,peux-tu mettre le lien vidéo de Saîto sensei, je te cite: "SAITO Sensei ne faisait pas la forme "aspiration" mais simplement un pivot sur jambe avant en faisant un cercle avec jambe arriere vers la gauche" ...j'ai du mal à comprendre dans la configuration que présente Philippe .... Bonne pratique

Tres vieux film de SAITO Shihan - on voit bien le deplacement de la jambe arriere en circulaire .il est evident que SAITO Shihan lui meme a evolué avec le temps mais bon ca reste pour moi la reference !! sans vouloir vexer personne soyez en sur - https://www.youtube.com/watch?v=s0UF9hOB668 - chacun est libre d'evoluer comme il le veut

Merci Patrick,

ce lien vidéo me rappelle mes débuts en aikido quand on visionnait en "super 8" transformées en cassettes, les images de Saïto sensei en tentant de l'imiter sans rien comprendre du fond, mais c'était déjà cela, une attirance....Christian Tissier a fait la même chose pour élaborer les livres consacrés aux armes, simple caricature, avec le respect de la personne,.....Saîto sensei était puissant et en pleine force de l'âge....mais montrait bien le catalogue....en ligne....et un peu d'indices de rotation....

cependant Patrick, à moins que cela m'ait échappé, le 8ème kumijo tel qu'illustré dans le présent article technique de Philippe n'existait pas encore ou pas sous cette forme, d'où mon incompréhension...mais peu importe...l'important et la difficulté étant de comprendre et mettre en rotation tout ce qui est donné comme linéaire, autrement dit, lier l'espace et le temps dans l'Univers cosmique.....vaste débat j'en conviens.... merci encore et bonne pratique...

cependant concernant

Bonjour eric - les kumijos "anciens" pratiqué par SAITO SHIHAN ont bien evolué c'est sur - d'ailleurs si l'on fait attention a ce que pratiquait SAITO sur ce film ont se rend compte que lui meme a "modifié" les kumijos et meme rajouter des variantes . ce qui est normal vu que l'aikido n' ajamis été "figé". le fondateur lui meme a modifié sa pratique tout au long de s avie . comme m'a souvent dit un enseigant por lequel j'ai beaucoup de respect " rien n'est gravé dans la pierre" . raison pour laquelle je pense tres sincerement que si le fondateur avait vecu encore longtemps sa pratqiue aurait evolué . le probleme est que beaucoup evoluent sans tenir compte des "fondations". donc ca finit par s'ecrouler !! mais bon chacun sa pratique - certains en viennet meme a supprimer le suwariwaza , hanmi handachi , les chutes etc etc ...bonne continuation et courage ...

petit rajout : contrairement a ce que l'on pense ou croit voir SAITO SHIHAN a toujours inclus la rotation - le probleme est que la rotation n'est pas forcement "grande" un point reste un cercle ,meme si il est iinfime,si je peux m'exprimer ainsi ! d'ailleurs des l'origine le fondateur et SAITO ont bien parlé de rotation il suffit de les "voir" ..

bonjour a vous , Dieu votre argumentation est infentil dans son devellopement ,facteur etrange vu l age que vous avez: rien n est gravé dans la pierre",ou du moins la voie enoncé n est pas la voie (lao tseu tao te king),une chose me rassure ,au meme titre que bcp de pratiquant l age n attend pas la valeur voir l inverse amicalement ps:pas de retrait de jambe arriere sur shio nage ,jamais sinon la spirale serait achevée et ainsi le principe Serge

le PREMIER problemes des AIKIDOKAS est qu ils n ont jamais combattus martialement ,de ce fait tt est vicié ,Mr Voarino vous offre sur un plateau la possibilité de comprendre et etudier l Aiki de O Sensei tel qu il l a retrouvé e vous n avez comme seul intéret de denigrer une verité qui vous géne car elle vous demanderai tant d effort physiques et intellectuels que vous vous refugiez dans "la methode lineaire" ,citez moi un seul art martial s inscrivant dans la linearité ? cest ridicule ,heureusement Mr Voarino n est pas primaire comme je le suis ,car sur un tatami j ai passé plus de temps a saigner et reflechir ensuite que reflechir avant de saigner en 35 ans de pratique amicalement Serge

pour etre synthetique ,Mr Voarino ne s est pas perdu lui ,je vous laisse mediter et comprendre pourquoi lui ne s est pas refugier dans la methode et a recu la possibilite de comprendre la methode Srg

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/au-dela-de-la-methode-34
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)