Au-delà de la méthode #26

USHIRO RYOTE DORI IRIMI NAGE

Cette projection irimi nage s’effectue quand uke tente de saisir les deux mains de tori et de les immobiliser dans son dos, à partir d’une attaque venue de l’avant.

Tori ne laisse pas uke aller jusqu’au bout de son attaque et le projette avec irimi nage au moment où il essaie de passer dans son dos.

Ce qu’il est important de voir sur la vidéo, c’est que le déplacement dans ce cas est absolument identique au déplacement d’ikkyo sur saisie arrière (eri dori, ryokata dori ou katate ryote dori).

C’est bien normal puisque dans les deux cas tori se déplace dans le quart de cercle situé à son arrière droit, en commençant également ce déplacement par son pied droit. Le mouvement de son corps ne peut donc pas être différent.

On constate ainsi qu’un même mouvement du corps, un mouvement identique, peut prendre des formes finales apparemment aussi éloignées qu’ikkyo et irimi nage.

Cette différence est proprement un détail.

Elle n’est qu’une conséquence du rapport différent qui existe dans l’espace à ce moment là entre le corps d’uke et celui de tori, et cela ne change rien au fait qu’il s’agisse rigoureusement du même mouvement de la part de tori.

De tels exemples permettent peut-être de mieux comprendre ce que recouvre la notion de riai qui est au cœur de l’Aikido. C’est une histoire de famille.

Philippe Voarino, janvier 2016.

Commentaires

excusez moi ,pourquoi ne sortez vous pas de la zone de danger des quatres direction sil vous plait Sensei serge

Bonjour Philippe, Pour faire un parallèle avec Rusty, Trouvez vous crédible qu'un uke fasse le tour de tori pour le saisir ? Ne pensez vous pas que l'action doit venir de tori, pas dans le but de laisser uke tenter de faire le tour mais plutôt dans le but de placer irimi directement apres taino henka, ce que vous démontrer ressemble a une mise en scène convenu dans l'apprentissage de l'aikido universelle à 1 CONTRE 1. Cependant je reste entièrement d'accord avec votre coupe, la coupe à besoin d'un appui pour être optimale.cdt.gilles

Bonjour Serge, bonjour Gilles.

Je réponds à vos deux questions.

D'abord, il est évident que les attaques dans le dos ne viennent pas nécessairement de l'avant, c'est justement ce qui fait tout leur danger. Je n'insiste pas. Mais il est aussi possible de parvenir dans le dos d'un adversaire en l'attaquant de l'avant, et en le contrôlant avec un étranglement par exemple. J'ai personnellement assisté, au cours d'un affrontement réel, à ce genre d'action. C'est redoutable et très rapide.

Ensuite, j’ai expliqué sur la vidéo, et dans le texte sous la vidéo, que le déplacement qui est utilisé ici est exactement celui d’ikkyo sur une attaque ushiro ryo kata dori par exemple. Qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire que tori se déplace dans le secteur situé sur son arrière droit (pour bien repérer les secteurs, je vous recommande de jeter à nouveau un coup d’œil à « Le déplacement d’O Sensei # 9 »). Il se rend donc dans ce secteur en sortant dans un premier temps avec le pied droit, et dans un deuxième temps avec le pied gauche. Mais je n'aime pas parler ainsi car cela laisse supposer qu’il fait des pas, or ce n’est pas le cas. Il s’agit en réalité d’une seule rotation dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, qui lance le pied droit vers la droite et le pied gauche vers l’arrière. On constate alors que tori se déplace bien dans le quart arrière droit du cercle, et qu’il respecte bien ainsi l’exigence de se positionner en tenant compte des quatre directions d’attaque.

Je montre d'ailleurs sur la vidéo l'erreur à ne pas commettre, qui consiste à faire la projection sans bouger, sans se déplacer vers l'arrière droit, à l'aide simplement d'un mouvement d'épaule et de bras : cette manière de faire est inefficace (pas de puissance) et dangereuse (tori reste exposé aux attaques venues des autres directions).

Philippe Voarino

bonjour Philippe, je dois mal m'exprimer, pour moi c'est vous qui devez foncer sur uke pour lui faire pourquoi pas cet etranglement pendant la rotaiton comme un kote gaaeshi soit apres taino henka faire irimi nage mais si uke rentre de cette maniere il ne peut etre arreter sur le champ car votre flanc droit est directment exposé au uke qui serait a votre droite a la fin de l'action. j'ai l'impression que c'est le bon irirmi mais a 1 contre 1.cdlt,gilles

Gilles,

Le déplacement qui est réalisé par tori et qui envoie le pied droit vers l'arrière droit est précisément ce qui lui permet - en quittant la ligne, et en entrant dans l'un de ces fameux quartiers du cercle - d'éviter l'attaque d'un adversaire venu de la droite. Qui plus est, cet adversaire de droite reçoit sur la figure le premier uke projeté avec irimi nage. Que veux-tu de plus ?

Philippe Voarino

Salut Philippe,

ce que tu dis est irréfutable concernant le déplacement en arrière droit du quartier du cercle, évidemment pas en ligne mais de manière spiralée, néanmoins il est difficile en pratique "puisqu'il faut le penser" , c'est déjà trop tard....comme une attaque ushiro alors qu'elle provient du devant ( et d'ailleurs que tu ne laisses pas se développer sur l'arrière) ce déplacement n'est pas aussi naturel que cela, dans le sens où s'il n'est pas réalisé correctement ou dans le bon timing , il met Tori et Uke en opposition,etc...c'est peut-être pourquoi irimi-tenkan avec "l'avancé ou rotation" du "pied arrière ou corps" dans la partie avant gauche semble plus abordable et souvent la plus pratiquée (certes parfois de façon exagérée à faire tourner Uke dans les démonstrations de l'Aikikai par exemple), mais c'est irimi-tenkan.....Bon y a du boulot en perspective pour ce que tu nous as montré....Respect. à bientôt Eric

Bonsoir Philippe , merci oui vous aviez plusieurs temps d avance sur ma question ,merci de votre réponse . une derniere question ,pour le besoin pedagogique vous vous immobilisez apres le mouvement ,dans l realite "non pedagogique" dans quel secteur finiriez vous le mouvement s il vous plait amicalement Serge

bonjour, tres bien , mais comment le uke de droite va attaquer si celui d'en face lui passe devant pour vous contourner, pour moi il va attendre de voir et frapper ensuite, vous voyez bien que les choses ne collent pas avec une attaque simultannée encore pire si elle ne l'est pas, vous aurez de gros soucis avec celui de derriere et celui de droite hormis l'attaquant qui sera au tapis. si vous prenez la place de votre attaquant pendant qu'il amorce son attque via irimi tenkan, vous sortez du centre et ferez irimi ensuite.cdlt

suite, ce mur est infranchissable pour moi,intellectuellement et physiquement , j'ai 'limpression d'etre un robot qui butte bêtement sur un muret sans arriver a l'enjamber, si d'autre personne pouvait se manifester se serait plus simple de trancher mais pour le momentt ce n'est qu'un quatuor pas vraiment a l'unisson, dommage, attendons pour voir si la lumiere fut.cdlt.gilles

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/au-dela-de-la-methode-26
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)