Au-delà de la méthode #25

SAN JU ICHI NO JO

Gros plan sur le déplacement du temps 9 pour comprendre hito e mi ainsi que la notion de riai

Le déplacement du temps 9 est le moyen pour tori d’entrer dans le quart de cercle qui se trouve vers son arrière droit.

Le premier temps de la rotation irimi-tenkan a pour conséquence d’ouvrir le pied droit en hito e mi, ce qui est indispensable pour que le pied gauche puisse ensuite entrer vers l’attaquant arrière.

Dans ce cas de figure, hito e mi est absolument nécessaire : sans l’ouverture en hito e mi, l’irimi serait ici impossible.

Mais attention, ce n’est pas toujours le cas : le deuxième irimi utilisable pour entrer dans ce quart de cercle arrière droit (en attaquant alors en premier l’adversaire qui se trouve à droite) ne demande pas que le corps passe par hito e mi, puisque ce serait, dans cette alternative, le pied droit qui partirait directement vers la droite. Dans un tel cas, la rotation irimi-tenkan n’a pas besoin d’hito e mi pour s‘accomplir.

On voit sur la vidéo que le même déplacement exactement pourra mener aussi bien à une technique comme kote gaeshi par exemple. On constate donc qu’à partir d’un déplacement unique, identique, naissent des formes techniques différentes.

C’est dans ce rapport là qu’apparaît la notion de riai. Le riai est la relation de parenté entre des techniques apparemment différentes, mais réunies en réalité par leur origine commune. Comme un arbre dont les branches différentes sont pourtant issues du même tronc.

Philippe Voarino, janvier 2016.

Commentaires

Bonjour Philippe, si vous analyser precismeent votre prestation a 1mm14.votre position sur kotegaeshi a la fin de taino henka ne place pas du tout votre pied droit vers le second uke, dans la coupe au ken la preniere frappe est une coupe qui n'a pas toute sa puiissance car l'appui va servir reellement sur le deuxieme uke, vous auriez effectivment pu faire la coup sur le prenier mais vous vous seriez retrouvé dans la position de votre kote gaeshi( le MAII legerement plus loin du fait de la longueur du ken. j'ai une approche diffferente de la chose qui demande une analyse de votre part, je ferai une video sur ma façon de faire(peu etre une chinoiserie aussi)cdt .gilles

rebonjour, une petite aparté sur les frappe des ukes, tsuki en avançant n'est pas efficace, la regle c'est :soit je frappe sur place avec mes hanches (en rotation) soit je fais un pas et je frappe ensuite,comme cela se fait au karaté, d'ailleurs j'avais deja souligné cela a un moment et cela correspondait pour moi a la difference entre shomen et yokomen, shomen se faisant pendant la rotation vers l'exterieur(hitoemi, omote) et yokomen se faisant pendant la rotation sur l'inteireur (taino, ura) alors que dans les manuels shomen est une frappe sur le front et yoko une frappe sur la tempe, que cela est bizarre comme ci il y avait une difference entre l'efficacité des deux, moi je pense encore une fois que les choses ont été masquées ou incomprise.cdtGILLES

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/au-dela-de-la-methode-25
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)