Au-delà de la méthode #24

SAN JU ICHI NO JO

Séquence 9 à 11 (exercice selon les quatre directions)

Sur le temps 9 de l’exercice pédagogique, uke jo recule la jambe droite dans un pivot à 180° (cf. Au-delà de la méthode #23). Dans le cadre de la méthode d’apprentissage de maître Saito, ce pas vers l’arrière est en effet indispensable, sans quoi uchi serait à distance de frappe, l’exercice serait dangereux et s’arrêterait là : les temps 10 et 11, en ligne et avec le même adversaire, n’auraient en effet plus aucun sens.

Au contraire, dans l’exercice selon les quatre directions, il est indispensable que le temps 9 corresponde à une frappe réelle d’uke jo. C’est pourquoi la frappe sur le premier adversaire s’effectue en faisant un pas vers l’avant avec la jambe gauche. La fin du balayage prend alors tout son sens en venant percuter au niveau gedan l’adversaire qui était à droite au départ de l’action. Ici encore – comme à chaque fois que l’on entre dans l’un des quartiers du cercle des attaquants – un seul mouvement élimine deux adversaires.

L’entrée se fait ici dans le quart arrière droit du cercle.

Nota Bene : sur la vidéo, les attaquants frappent tous avec tsuki uniquement, il s’agit là d’une version simplifiée de l’exercice. Un travail plus avancé exige que les attaquants suivent le modèle d’attaque qui est fourni dans l’exercice en ligne.

Philippe Voarino, janvier 2016.

Commentaires

bonjour Philippe, uke n'a aucune raison de faire tsuki devant lui alors vous que etes en train de pivoter, pourquoi ne vous fait il pas tsuki pendant votre rotation?.si c'est lui qui attaque dans votre dos vous etes hs sauf si tout le monde attaque ensemble mais la ce parametre est trop aléatoire pour servir de maitre étalon.Donc la seul possibilité ne serait t'elle pas une frappe hitoemi en sortant a droite et pas a gauche de uke, hitoemi suivi immediatement d' irimi tenkan et la du coup meme si uke recule et me réattaque je pourrai placer la deuxieme frappe sur le poignet comme dans le catalogue ou comme vous le faite cela depend de l'instant et du MAAI.CORDIALEMENT

Bonsoir à toutes et tous, meilleurs vœux pour cette année 2016,

Gilles (GMD), j'apprécie tes remarques et réflexions toujours très pertinentes, et tu es souvent le premier et le seul à réagir aux recherches de Philippe (beaucoup consultent dans l'ombre le site, sans pour autant s'exprimer ou réagir...c'est dommage); tu le fais d'ailleurs quasi systématiquement en étant en désaccord avec lui, comme si, tu venais de découvrir le sens et les mouvements profonds de l'Aiki.,sans besoin de personne; pour autant chacun son parcours, expérience, mais je pense que Philippe continue de questionner en permanence ses acquis et il a un peu de "vécu de l'Aiki" pour tout au moins en parler sur le net.... le mieux est de venir aux stages avec lui pour expérimenter et questionner, il ne tournera pas le dos aux questionnements... Bien à toi Eric

BONJOUR ERIC, Effectivement dommage que personne n'approuve ou ne desaprouve mes interventions techniquement en dehors de Philippe parfois!! Je pense que je dois l'agacer à force mais bon c'est un forum alors je forumise. J'ai déjà fait quelques stage avec Philippe avec grand plaisir, même celui d'1 semaine a ANTIBES en 2015, si je n'étais pas d'accord avec lui sur l'essentiel je ne le suivrais pas!! Le travail de Philippe est énorme est il m'a ouvert les yeux sur bien des choses mais je reste très dubitatif sur certaines choses et le dernier stage n'a rien solutionné. Il est possible que nous soyons comme je l'ai déjà constaté sur la même longueur d'onde et que ce n'est qu'une histoire d'interprétation mais en attendant le prochain stage que faire? Arrêtez de pratiquer ? Non. concernant les stages, il est très difficiles pendant un stage de remettre en question la vision de quelqu'un qui a une aussi solide maitrise de L'aïkido et surtout qui suis je pour oser cela.les réponses de Philippe pendant le stage sur les sujets qui me gène sont assez déroutante comme le pré requis "tout le monde attaque en même temps" je connais par cœur le réponse "OSENSEI disait que la pire attaque consiste à le faire simultanément" mais justement quelqu'un a t'il déjà essayé une attaque décalé et si oui pourquoi dire AMEN a ce pré requit qui arrange tout le monde mais qui en vérité pose un vrai soucis sauf si l'on applique certain principe. J'ai fait des heures d'entrainement contre 4 attaquants afin de vérifier les principes et irimi tenkan est la solution mais pas comme le dit Philippe donc j'attends la preuve en vidéo de sa théorie mais avec des Ukes qui piquent ou coupent au bon moment sans complaisance et pas dans le tempo voulu par le catalogue. Donc soit tout le monde est d'accord avec Philippe soit certain n'osent pas commenter, perso j'ai assez vu de bêtises fait par des grands maitres pour dire AMEN a tout, au risque d'être ridicule ou manquant d'humilité comme disent certain , je vais au charbon pour moi et mes élèves au moins. j'attend la démonstration implacable afin de ne plus poser les questions qui gène mais pour le moment les vidéos me font encore plus m'interroger. C'est vrai que j'oppose souvent des arguments a Philippe alors soit mes arguments sont idiot et la réponse doit être limpide soit j'ai juste et bizarrement je suis le seul a les poser (y a t'il quelqu'un qui suit ce forum? A part toi, noumea et rusty.Je ne pratique aucun autre forum sur l'aïkido car les autres versions sont sans grand intérêt pour moi et je ne suis pas la pour faire le troll mais le boulot de Philippe m'intéresse et je voudrais vraiment qu'il ai raison sur toute la ligne alors j'attend des arguments inattaquable. ps:a l'occasion mon dojo en DORDOGNE t'es grandement ouvert pour en débattre sur le TATAMI. Bien a toi gilles.

bonjour Philippe,(Eric va m'en vouloir encore) je reprend votre phrase "Au contraire, dans l’exercice selon les quatre directions, il est indispensable que le temps 9 corresponde à une frappe réelle d’uke jo. C’est pourquoi la frappe sur le premier adversaire s’effectue en faisant un pas vers l’avant avec la jambe gauche." pour le coup je suis d'accord MAIS a 1 contre 1 cependant N'avez vous pas dit que c'est tori qui doit prendre l'initiative imperativement si vous ne l'avez pas dit moi je le dis. J'ai une theorie sur le fait de l'attaque simultané qui aurait pu etre mal comprise, en dehors de tori qui ouvre le passage via hitoemi pour engager irimi tenkan sur celui d'en face(exclusivement) les autres UKE tentent en meme temps de toucher tori qui bougent devant eux. Qu'en pensez vous ? cordialement gilles

Bonjour Gilles.

Non, tes questions ne m’agacent pas. Elles sont simplement la preuve que tu cherches, et c’est une démarche que je trouve très estimable. Je réponds toujours, tu le sais bien, parfois avec un peu de retard. Mais le travail bénévole que je fais sur le site demande beaucoup de temps (il y a à ce jour près de 350 articles techniques, et je ne sais combien de centaines de réponses argumentées sur le forum). Et mon temps malheureusement n’est pas illimité.

Ce que j’essaie de faire comprendre, depuis un certain temps, c’est que le déplacement d’O Sensei n’est pas le résultat d’une décision de tori « au coup par coup », dans le genre : tel uke fait ceci alors je vais faire cela, tel autre uke fait cela alors je vais faire ceci. Ce n’est pas comme cela que le problème du « moment de l’action» doit être abordé, tout spécialement dans le contexte d’une attaque de groupe.

Ce que font les uke est en effet un problème relativement secondaire. Secondaire en ce sens que tori ne peut pas se permettre d’attendre de voir ce que fait uke pour se déterminer à agir ensuite de telle ou telle manière, car il ne dispose pas du temps nécessaire à analyser l’action d’uke une fois l’attaque déclenchée. Toute attaque véritable est fulgurante, l’attendre et l’analyser c’est la certitude d’être en retard. En outre, comme tu l'écris très justement, comment tori pourrait-il savoir ce que fait l’uke qui est dans son dos ?

Autrement dit, et c’est très important, l’Aikido ne peut pas être une réponse à l’attaque au sens ou on entend habituellement cela, dans le schéma un peu simpliste « agresseur-agressé ». L’Aikido se situe bien au moment de l’attaque, mais – et c’est toute la difficulté – dans ce temps très subtil où l’attaque est imminente et ne peut plus être arrêtée. Le mouvement d’Aikido naît en réalité au moment de l’intention de l’attaque, et très précisément au moment où cette intention est sur le point de se manifester physiquement.

Alors se pose une question vitale pour tori : comment bouger, pourquoi aller ici plutôt que là ? En vertu de quelles indications ou de quels critères puisque – par définition – il n’est pas possible d’attendre la manifestation bien concrète de l’attaque pour se décider à agir en fonction d’elle ?

Tu m’accorderas que c’est là un problème sérieux. C’est à vrai dire un problème fondamental. Et si l’on est un peu logique et conséquent on ne peut pas éviter cette difficulté.

J’ai le sentiment que tu as vu ce problème, Gilles, et tu sembles vouloir le résoudre de manière systématique avec hito e mi. C’est un bon départ, car hito e mi est bien l’un des aspects fondamentaux du déplacement d’Aikido, mais attention, ce n’est malgré tout qu’un aspect. Hito e mi est une pièce majeure du puzzle, mais ce n’est quand même qu’une pièce. C’est un des éléments qui permet au principe de se manifester, mais hito e mi n’est pas le principe. Et il existe de nombreuses facettes du déplacement de l’Aikido où hito e mi n’apparaît pas du tout. C’est bien pour cela au demeurant que ce n’est pas un principe. Car le propre d’un principe au contraire, c’est justement d’être présent partout : il ne peut pas exister un mouvement d’Aikido d’où le principe soit absent, or il existe beaucoup de mouvements d’Aikido dans lesquels hito e mi est absent.

Je crois pour ma part qu’il faut absolument faire confiance au Fondateur, parce qu’il a trouvé la réponse au problème en question. O Sensei est un géant, et si on peut monter sur les épaules d’un géant, il est en revanche assez improbable que chacun puisse refaire son parcours à partir de zéro comme s’il n’avait jamais existé. Il faut se servir de ce qu’il a trouvé. Or il a trouvé qu’il existait un principe unique de déplacement, applicable à toutes les situations martiales possibles, et quel que soit le nombre d’adversaires, un schéma qui sert de guide à l’action de tori, alors même que l’intention d’attaquer vient à peine de naître dans l’esprit de l’adversaire.

Il existe en effet dans l’univers un système de déplacement qui s’applique aussi bien à la marche des astres dans le ciel qu’aux pirouettes d’un petit humain sur le sol terrestre. Si ce petit humain n’est pas dans une situation martiale, ce déplacement sera qualifié de danse, c’est par exemple la danse des Soufis, les derviches tourneurs. Mais si ce petit humain est au centre d’une agression, le même déplacement produira alors l’écoulement infini des techniques divines de l’Aikido. La raison de cette étrangeté, c’est que ce déplacement, ou ce mouvement comme tu veux, fait partie des piliers du monde.

Or l’une des caractéristiques essentielles de ce déplacement, Gilles, c’est justement que l’efficacité la plus grande s’y combine avec la sécurité la plus parfaite. Car le mouvement qui frappe est celui la même qui permet que le corps évite toutes les attaques, et cela avec la même régularité remarquable qui fait que le soleil se lève chaque jour.

Je chante ce petit miracle sur tous les airs depuis un certain temps, mais je n’ai pas encore trouvé la mélodie qui touchera ton tympan. Sans quoi tu n’objecterais pas, que tori est à portée d’un autre adversaire quand il se déplace selon ce modèle. Car cela précisément, c’est le principe lui-même qui l’interdit.

Ces choses ne sont pas faciles à voir, même sur une vidéo, même quand elles sont expliquées. C’est pour cela qu’elles demeurent cachées depuis l’origine du monde, et qu’elles ne sont tirées de la poussière qui les recouvre que de temps à autre, par des hommes tels qu’O Sensei. Il n’y a pas de secret, ou plutôt, ce qui établit le secret c’est la difficulté par essence, la nature ardue elle-même de ce qui est en question.

En écrivant cela je pense à la question de Nouméa. Je sais qu’il est difficile de se représenter ce dont j’essaie de parler. Je sais combien il faut de temps, même sur un tapis, même avec des explications et une présence physique, pour que le regard commence à discerner ces choses, et combien il faut de temps pour que le corps les intègre. Moi il m’a fallu 35 ans de pratique pour parvenir à cette vision, et je n'ai pas eu les plus mauvais professeurs. C’est long. C’est ainsi. Aujourd’hui, j’essaie simplement de faire gagner un peu de temps à mes camarades plus jeunes, si c’est possible.

Philippe Voarino

Salut à vous, Gilles, c'est pas Isoyama sensei, mais cela fera peut-être écho à Philippe pour le déplacement d'Osensei:

"Si ce petit humain n’est pas dans une situation martiale, ce déplacement sera qualifié de danse, c’est par exemple la danse des Soufis, les derviches tourneurs. Mais si ce petit humain est au centre d’une agression, le même déplacement produira alors l’écoulement infini des techniques divines de l’Aikido. La raison de cette étrangeté, c’est que ce déplacement, ou ce mouvement comme tu veux, fait partie des piliers du monde."

au hasard de you tube, une trouvaille précieuse d'une professeur chinoise d'Aikido, avec toutes les imperfections qu'on veut, c'est une démo., mais la "toupie" est bien présente, respect:

https://www.youtube.com/watch?v=SxfXrSSauvM

Bon visionnage Eric

bonjour, de bon matin, un rayon de soleil alors qu'il fait encore nuit. Philippe, merci pour ta patience , cherchons encore alors je definis HITOEMI comme 1 des principes fondamentaux dont font partie , irimi tenkan , ou la lemniscate(hachi no gi gaeshi) mais pas comme LE principes le SENSEI est bien ISOYAMA en cherchant j'ai vu que c'était en fait le responsable d'iwama depuis que l'Aikikai l' a récupérée.Je comprend pourquoi le melange des genres, aikikai takemusu, ce ne peut etre que profitable et cela valide en partie la vision de Philippe. ERIC Pour ce qui est de la jeune femme, la rotation est bien la mais les coupes avec les hanches sont inexistante et les ukes tombent sans aucune raison, c'est dommage, je vais essayer d'expliquer l'interet du kote gaeshi fait comme dans la video d'ISOYAMA, ce que je fait sur toute les techniques maintenant, a la fin de taino henka je met un coup de rotation avec la hanche afin de faire tourner uke autour de moi et de ce fait sa dynamique complete ma coupe dans l'autre sens, c'est tres tres efficace voire dangeureux et c'est pour cela que la methode de MAITRE saito existe, pas de rotation = pas de danger de blésser = simplicité a retenir les bases lineaires. la grosse difficulté ce sont les deux coups de hanche aller retour car c'est le moment du fameux retrournement d'aller et retour dont parle Philippe, la fameuse lemniscate, irimi tenka est toujours la au cas ou ça loupe!!! bien sympa ce irimi tenkan.

merci encore a vous deux pour ces echanges, j'espere que d'autres viendront grossir le ruisseau.cdt gilles

Bonjour,

Gilles mon propos avec la vidéo de la prof.chinoise : https://www.youtube.com/watch?v=SxfXrSSauvM, n'était pas d'illustrer une quelconque "efficacité" ...mais de rebondir quant à ce que disait Philippe concernant le déplacement d'O Sensei ("la danse des Soufis, les derviches tourneurs"). Le pont entre les arts martiaux chinois et japonais est ainsi illustré.Et puis lorsque des profanes regardent les vidéo d'O Sensei à la fin de sa vie, beaucoup pensent comme toi que "les ukes tombent sans aucune raison, c'est dommage" , oui c'est dommage....je t'invite à regarder autre chose dans cette petite vidéo précitée. Enfin tu dis "couper avec les hanches" ou encore "je met un coup de rotation avec la hanche afin de faire tourner uke autour de moi "....ne serait-ce pas plutôt couper avec le corps et les bras qui n'est autre que la conséquence de la rotation de l'axe et des hanches ? Cdlt.

bonsoir ERIC, j'vais compris la comparaison, je soulignait juste un point crucial qui aurait permis a cette sympathique eurasienne une approche un peu moins dansante de l'aikido. OSENSEI était un grand maitre mais son grand age lui imposait l'economie de son corps, ce qui est normal, ce qui l'est moins c'est le coté completment suréaliste de nombre de cet demonstration, https://www.youtube.com/watch?v=XoDK3XuvZWw&feature=player_detailpage#t=26 pas etonnant que beaucoup s'en amuse, tiens juste pour rire https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=8L0dFcnux58, la aussi le profane que je suis ne voit pas la subtilité. Une rotation puissante sans appui n'est pas possible, de ce fait la puiisance de la hanche (du bassin ) existe parceque une jambe lui donne la consistance necessaire, voila pourquoi je parle de hanche, les bras et la ceinture scapulaire ont un role aussi bien evidement.La verticalité de l'axe de rotation agit sur la spirale qui au depart n'est qu'une helix,.cdlt

bonjour ERIC, voici un nouveau lien assez croustillant ou le ki est pour le moins énorme, soit les ukes ont été préparés par un hypnotiseur soit il simule mais dans tout les cas qu'elle est le but ultime ? l'estime de soi peu etre, tutoyer le divin, je ne sais pas .UN TAKEDA pourtant!! https://youtu.be/QhUqbAQ2dwA . une chose est sur, ne tenter pas cela avec le shomen d'un profane,pas sur qu'il arrête sa frappe ou la détourne. cdt

Salut Gilles, Yoshinobu Takeda, c'est la "quintessence" de l'enseignement de son maître ,feu Yamaguchi sensei, élève de O Sensei, et dont se réclament beaucoup d'enseignants de part le monde, en France (CH. Tissier, F. Noël, etc....), pour ma part je RESPECTE PROFONDEMENT la pratique des autres pour ce qu'elle est, plus semblable à l'Aikido que différente....je pense bien que s'il venait en France, j'irais à son stage et en retirerais tout autant de plaisir et d'enseignement qu'à un stage avec nos liens d'appartenance....je ne pense pas que j'essaierais de mettre cette personne en défaut, en lui résistant ou le contrant, en le frappant comme ceci ou comme cela, .....cela n'a pas de Sens dans la pratique et je pense aussi me retrouver très vite hors de nuire entre ses déplacements et ses mains....finalement j'ai plutôt tendance à admirer ce qu'il fait, mais ce qu'il montre, il faudrait que je regarde avec un oeil plus aguerri et averti, moins "profane"...je suis à des années lumières de sa compréhension de l'Aiki Cdlt.

bonjour ERIC, j'ai recement regardé comme beaucoup les demonstrations d'hypnotisme et il n'est pas impossible que certain eleve se retrouve sous le controle de leur SENSEI, comment ils en sont arrivés la , je ne sais pas, mais de grace ne voyez rien de mystique ou de divin, c'est soit une supercherie soit une manipulation mentale.il existe des gens capable d'endormir des animaux a distance en plusieurs seconde voir http://www.videobash.com/video_show/stan-lee-superhuman-chi-master-1482552, a la rigueur pourquoi pas tant de chose nous echappe mais irimi ou un kote gaeshi instantané sans toucher UKE, c'est vraiment pousser le bouchon tres loin, je respect votre vision des choses et mes contradiction ne sont que des echanges d'idee sans volonté de blesser de ma part.cdt gilles

Salut Gilles, Non la vidéo de Yoshinobu Takeda, puisque c'est toi qui l'a montrée, n'est pas de l'hypnotisme, mais bien de l'Aikido, à un autre niveau de pratique qu'est le nôtre....ses positions, déplacements, ses bras ( un sabre ou jo suivant le Riai) , etc, etc...son Aikido est très souple et en même temps très puissant...quant aux uke, ils sont dans l'enseignement de leur professeur, ils le connaissent bien et vis et versa, c'est une démonstration... enfin dirais-tu que les démonstrations de feu Shioda sensei sont aussi de l'hypnotisme?? a fortiori celles de Ueshiba Morihei??? respectons ce qui nous échappe ou ne comprenons pas encore....le chemin est souvent long et escarpé... Bien à toi.

bonsoir ERIC, je ne jette pas le bebe avec l'eau du bain , bien sur qu'ils ont(ou avaient) un niveau de pratique imposant mais je n'ai jmais vu Maitre SAITO dans ce registre, c'est technique necessitait toujours un contact, ce qui est logique.Maitre watanabe fait aussi ce genre de demo mais toujours avec ses ukes, le doute est legitime, uke peu se baisser pour simuler un irimi, cela je le conçois mais faire un kot egaeshi sans toucher quelqu'un, la c'est trop, dommage que nous ne soyon sque deux dans ce debat.respectueusment.

désolé, j'ai changé ma phrase sans me relire "ses techniques necessitaient"

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/au-dela-de-la-methode-24
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)