7ème Ken Tai Jo

  1. Même départ que dans le ken tai jo n°6. Ici également ouvrez légèrement la garde du jo vers la droite afin de susciter l'attaque shomen d'uchi tachi.
  2. Appliquez le suburi jodan gaeshi uchi sur l'attaque d'uchi tachi. Attention, en aiki jo la rotation se fait au dessus de la tête et le coup part du sommet du crâne, comme en aiki ken.

Frappez le ken de manière à prendre la coupe d'uchi : vérifiez que si on prolonge le ken il est sorti de l'axe de votre corps et que si on prolonge votre jo on aboutit au contraire dans le corps d'uchi.

A ce stade, uchi ne doit exercer aucune pression latérale vers la gauche sur le jo. Dans la réalité, le jodan gaeshi est destiné à frapper la tête, toute pression latérale est par conséquent un non sens.

Jo : enchaînez avec migi hanmi tsuki.
Ken : sortez sur la gauche et saisissez le jo par en dessous avec la main gauche.

Jo : déplacez vous immédiatement vers la droite en décrivant une spirale du haut vers le bas avec le jo de façon à déséquilibrer uchi sur l'arrière et à capturer son poignet en nikyo.

Tout en pivotant, exécutez une seconde spirale dans le même sens qui le déséquilibre vers l'avant. Continuez à pivoter en exécutant une troisième spirale qui crochète son bras (en réalité frappe sur la nuque) et amène uchi dans son déséquilibre latéral gauche.

Ce mouvement difficile exige une parfaite mise en œuvre du principe tenkan. Vous avez, à la fin du mouvement, pivoté de 270°.

Commentaires

Bonjour
Vous parlez souvent de retranscription possible entre le travail aux armes et le travail a main nue. Donc je me demande comment peut on retranscrire la suscitation a main nu pour que uke nous attaque en shomen en tachiwaza comme ce 7eme Ken Tai Jo.
en vous remerciant de nous donner tant d’effort et de travail

Bonjour leplombeur. Dans le premier temps de ce 7ème ken tai jo, si le jo ouvre vers la droite l’attaque naturelle du ken est shomen, si le jo ouvre vers la gauche, l’attaque naturelle du ken est tsuki (7ème suburi). Essayez, vous verrez. Ainsi, ukejo a la faculté de déterminer dans une certaine mesure l’attaque d’uchitachi. En taijutsu, si vous fermez complètement l’angle, aite (uke) serait suicidaire en attaquant shomen. Il préférera dans ce cas attaquer yokomen par exemple. Pour qu’il attaque shomen il faut laisser une légère ouverture, exactement comme dans ce 7ème ken tai jo. Si vous ouvrez vers l’autre côté, il aura comme le ken plutôt tendance à faire tsuki.

Bonjour,

Si on observe essentiellement la 7ème photo (http://www.aikidotakemusu.com/IMG/jpg/kentaijo_7_07.jpg), on voit dans le 7ème ken-tai-jo l’application de nikkyo ura.
Mais si on observe le 7ème ken-tai-jo dans son ensemble, n’est-il pas plutôt l’application de soto-kaiten nage ?

Bonjour Olivier,

Très bien vu. Le 7ème ken tai jo est effectivement une application de soto kaiten. En effet, dans cette forme, si uke saisit le poignet droit au lieu de saisir le jo, tori peut faire exactement le même mouvement jusqu’au contrôle au sol. A la fin c’est donc le bras droit de tori qui amène l’épaule d’uke au sol. La seule différence dans le cas du mouvement à main nues, c’est qu’il peut se terminer sur un authentique katame.Il y a un armlock sur l’épaule parce que le bras est maintenu. A la différence du mouvement avec le jo qui est un simple amené au sol sans armlock final sur le bras.

Il n’y a donc à proprement parler de nage ni dans un cas ni dans l’autre, et c’est pourquoi j’ai fait référence à soto kaiten et pas à soto kaiten nage. Si l’on pousse maintenant un peu plus avant cette réflexion, qu’est donc le mouvement nikyo ura sinon un soto kaiten dont la spirale terminale est réduite à la saisie du poignet ? Quand le regard commence à s’ouvrir sur ce genre de rapports, c’est qu’on approche de la compréhension de la notion de riai. En Aikido il n’y a rien de séparé et d’absolu, tout est relié. Merci Olivier pour cette question pertinente.

  • En comparant les sites des différentes représentants d'Iwama, je me suis aperçu que le programme n'était pas toujours le même. Certaines techniques ne sont pas demandées pour le même "dan", (par exemple, les ken tai jo sont au 5ème dan/mokuroku chez Guerri, au 4ème chez Hitohiro,...) et certains ont de exercices en plus que les autres (par exemple = hachi no jo). Je croyais que Saito avait codifié cela par des makimono ?
  • Je n'ai pas trouvé votre programme Armes sur le site ? S'il n'y est pas, peut-on recevoir un pdf ?

Bonjour renshi.

Le programme codifié par Morihiro Saito est une simplification à visée pédagogique des richesses infinies de l'Aikido.

Philippe Voarino

Du coup, la question subsidiaire devient : qu'est qui est écrit dans les 5 makimono ? Il ne s'agit pas des techniques par niveaux ?

Bonjour renshi.

Non, les mokuroku ne sont pas à proprement parler des "niveaux", mais plutôt les différentes parties d'un programme trop vaste pour tenir sur un seul diplôme. Il est vrai que les premiers mokuroku reprennent les exercices de base, et de ce point de vue sont plus élémentaires si l'on veut.

Philippe Voarino

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/7eme-ken-tai-jo
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)