5ème Kumijo

Même départ que dans les kumijo 1 à 4.
Uchi jo : tsuki.

Uke jo : frappez le jo d'uchi avec un mouvement spiralé de la gauche vers la droite et du bas vers le haut. Cette frappe en réalité, dans les conditions d'irimi, vise la pointe du menton, c'est un uppercut.

Uchi jo : déplacez le pied arrière vers l'arrière et vers la droite, le pied avant suit tsugi ashi, vous restez donc en hidari hanmi. A ce moment précis, la position des pieds est hito e mi. En même temps, armez le jo pour exécuter le suburi katate gedan gaeshi.
Frappez la tête d'uke jo avec gyaku yokomen.

Uke jo : accroupissez vous sur place le plus bas possible pour laisser passer le jo d'uchi. Armez en même temps votre jo. Pour que la position soit correcte, votre bras gauche doit être en extension.

Uchi jo : terminez votre frappe en récupérant le jo dans votre main gauche. Attention, la paume de votre main gauche n'est pas tournée vers vous mais vers l'extérieur.

Uke jo : initiez une attaque tsuki.

Uchi jo : dès que vous percevez l'attaque tsuki d'uke entrez sur sa droite pour le projeter en crochetant sa tête avec votre jo.

Uke jo : pivotez sur place instantanément et transformez votre migi hanmi tsuki en un hidari hanmi shomen uchi destiné à la tête d'uchi jo. Terminez par un tsuki (en réalité, uchi s'effondrerait et le tsuki s'effectuerait vers le sol).

Commentaires

Bonjour
Nouveau venu sur ce site de référence pour moi.
Je suis étonné que personne n’ait relevé les indications pour la partie qui suit la réception du jo après Katate Gedan Gaeshi .Il y a dû y avoir intervertion des commentaires avec un autre kumi jo :
Uke jo : initiez une attaque tsuki.& Uchi jo : dès que vous percevez l’attaque tsuki d’uke entrez sur sa droite pour le projeter en crochetant sa tête avec votre jo.
Comme je vois que vous revenez vers ce forum , c’est peut-être le moment de corriger ( sauf si l’erreur est mienne )car actuellement c’est incompréhensible pour ceux qui ne pratiquent pas ce Kumi-jo.
Merci encore

Bonjour Peter

La remarques que vous faites est intéressante car elle met le doigt sur une chose qui bien souvent est mise de côté : le sens des choses...

Là ou vous voyez une intervertion entre deux kumi jo, je vous engage à y voir le côté "caché", l’application IRIMI de ce travail pédagogique.

Il n’y a pas en Aïkido de protection, parade et autres mouvements qui demanderai un second temps d’action pour entrer. Il n’y a que des mouvements décisifs permettant d’en finir à tout instant (pour tori mais également pour uke).

C’est malheureusement pour des nécessités pédagogique que cet aspect des choses est passé au second plan. A force de ne retenir que la forme, on en oublie bien souvent le sens.

Et c’est ce que Philippe Voarino a donné dans cet article, il a donné des clé pour remplir de sens la forme pédagogique que l’on appelle 5ième kumi jo.

Mais comme vous le dites si bien à la fin de votre message : "c’est incompréhensible pour ceux qui ne pratiquent pas "

Cordialement

Matthieu

Merci

Effectivement,je pratiquais ce kumi jo différement :

Après la reception du katate gedan gaeshi , uchi jo poursuivait son initiative etc ,mais ma façon de mal faire n’a d’intérêt que pour moi pour la corriger.

Ce Kumi jo prend évidement un autre sens fort intéressant tel que démontré.Mais c’est bien sûr !!!

Il se trouve que je suis un peu isolé et n’ai pas de partenaire sous la main .Je poursuis donc la pratique du jo et du bokken seul pour les suburi et en alternant les rôles tout en visualisant un partenaire pour les kumi jo , kumi tachi et kata de 31 .D’où ma remarque un peu rapide.

Je me rappelle effectivement avoir été un peu "débordé" dans le rôle d’uke jo . (manque d’irimi donc , erreur d’apprentissage ou oubli du scenario de ma part sans doute )

Tout à fait d’accord,avec vos reflexions par ailleurs , je tournerais 7 fois mon commentaire dans ma bouche avant de l’envoyer la prochaine fois .

Encore merci à vous et à Philippe Voarino .

Peter

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/5eme-kumijo
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)